mar. Avr 23rd, 2024

Benoit Grunemwald – Expert en Cybersécurité chez ESET France Des cyberattaques d’une « intensité sans précédent » ont ciblé plusieurs institutions gouvernementales françaises à quelques mois des Jeux olympiques de Paris, mais ont été contenues, a annoncé lundi le bureau du Premier ministre, écrit France24. Le bureau du Premier ministre Gabriel Attal a déclaré que plusieurs organes de l’État avaient été ciblés, mais n’a pas fourni de détails. « De nombreux services ministériels ont été ciblés » à partir de dimanche « en utilisant des moyens techniques familiers mais d’une intensité sans précédent », a indiqué le bureau d’Attal.

La dernière cyberattaque à frapper la France fait suite à un avertissement du conseiller à la défense du Premier ministre la semaine dernière selon lequel les Jeux olympiques de juillet et les élections du Parlement européen en juin pourraient être des « cibles importantes ». Plusieurs groupes de pirates informatiques ont revendiqué la responsabilité des attaques contre Telegram, une application de messagerie, dont un se faisant appeler Anonymous Sudan qui a déclaré avoir lancé une attaque par déni de service distribué (DDoS) contre l’infrastructure réseau du gouvernement français. « Les institutions de l’UE sont souvent ciblées par des attaques DDoS, où les hacktivistes utilisent cette technique pour faire entendre leur voix plutôt que pour les impacts sérieux qui pourraient être obtenus par des attaques de rançongiciels ou des violations de données. L’attaque en France qui a commencé dimanche soir est différente, notamment en termes d’intensité. Plusieurs groupes ont revendiqué la responsabilité des attaques.

Avec les Jeux olympiques en vue, la France pourrait devenir une cible de plus en plus privilégiée, soulignant la nécessité de protéger les jeux et tous les autres acteurs concernés. Avec l’aide de l’Acte de Solidarité Cybernétique, l’UE crée un bouclier pour nous protéger. En outre, l’année électorale 2024 sera marquée par de nombreuses élections majeures à travers le monde. Des milliards de personnes se rendront aux urnes pour décider de leurs prochains dirigeants politiques, et les résultats de ces élections et d’autres pourraient façonner la géopolitique pour les années à venir. Avec tant d’enjeux, les inquiétudes concernant les interférences électorales augmentent. Outre les attaques par déni de service distribué (DDoS) couramment utilisées, qui pourraient empêcher les électeurs d’accéder à des informations clés, d’autres menaces, y compris les rançongiciels et l’hameçonnage, peuvent avoir de graves conséquences. Cependant, à bien des égards, la plus grande menace pour l’intégrité des élections proviendra des campagnes de désinformation, y compris les deepfakes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *