lun. Mai 27th, 2024

Les banques américaines entament la saison des résultats du premier trimestre et nous pouvons nous attendre à ce que l’accent soit mis sur les prévisions de la direction afin de soutenir leur hausse à deux chiffres cette année. Le deuxième plus grand secteur américain est une valeur classique, avec un ratio cours/bénéfice proche de la moitié de celui du S&P 500, et les perspectives de bénéfices du secteur s’améliorent à mesure que l’activité des marchés de capitaux reprend et que la pression sur les marges s’atténue. Cependant, les banques européennes restent probablement la plus grande opportunité. Il s’agit du plus grand secteur boursier européen et de la source de 80 % du financement du continent, ce qui est l’inverse des États-Unis. Leur croissance et leur rentabilité sont nettement supérieures à celles de leurs homologues américaines, tandis que les valorisations sont un tiers moins chères.

Les bénéfices des grandes banques américaines sont estimés en baisse de 20 %, tirés par les banques régionales. Cette baisse s’explique par la faiblesse de l’activité sur les marchés financiers, la compression des marges due au fait que les taux de dépôt rattrapent les taux de prêt, et l’augmentation des provisions pour prêts à titre de précaution. La baisse globale des bénéfices du secteur financier est amortie par la forte croissance des bénéfices de l’industrie de l’assurance (40 %). Mais les marchés anticipent déjà un redressement des marges d’intérêt nettes et une amélioration de l’activité sur les marchés des capitaux, ce qui se traduira par une surperformance des actions bancaires cette année. Les banques américaines se négocient sur la base d’un rapport cours/valeur comptable de 1,1 fois (P/BV), avec un rendement des capitaux propres (RoE) prévu de 10 %.

Le secteur financier est le plus important des marchés de la région et les valorisations sont en train d’être revues à la hausse après une décennie d’absence, grâce à des taux d’intérêt plus élevés et à des politiques de retour sur investissement plus favorables. Les valorisations des banques européennes ont presque doublé par rapport à leur niveau le plus bas, passant de 0,4 fois la valeur comptable, contre une augmentation de 50 % par rapport à 0,8 fois aux États-Unis. L’Europe tire environ 80 % du financement de ses entreprises de ses banques, plutôt que de ses marchés de capitaux. Fait unique, les banques européennes affichent aujourd’hui une croissance des bénéfices et un rendement des capitaux propres supérieurs à ceux de leurs homologues américaines. Cela n’a fait que creuser l’écart de valorisation relative (voir graphique) entre elles. Les banques européennes se négocient à 0,7 fois leur cours/valeur comptable, avec des perspectives de rendement des capitaux propres de 10,6 %.

Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *