ven. Juin 14th, 2024

Modèle de vol de l’instrument de surveillance de l’air Sentinel-4/UVN

Munich, le 13 décembre 2022 – Airbus Defence and Space a livré le premier modèle de vol de l’instrument multispectral Sentinel-4/UVN (ultraviolet, visible et proche infrarouge) à l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Il sera intégré au satellite MTG-S1 (pour Meteosat Sounder de troisième génération) l’année prochaine.

L’instrument surveillera en permanence les principaux gaz à l’état de traces et les aérosols impactant la qualité de l’air au-dessus de l’Europe et de l’Afrique du Nord depuis une orbite géostationnaire. Les gaz à l’état de traces qu’il surveillera comprennent le dioxyde d’azote (NO2), l’ozone (O3), le dioxyde de soufre (SO), le formaldéhyde, le glyoxal et les aérosols, qui sont des marqueurs essentiels pour évaluer la qualité de l’air. Le développement et la fabrication du spectromètre Sentinel-4 pour le programme Copernicus ont été menés par Airbus à Ottobrunn/Munich, en Allemagne. La compréhension de la composition de l’atmosphère contribuera à réduire les risques liés aux phénomènes tels que les nuages de poussière du désert, le transport à longue distance de polluants atmosphériques, y compris le pollen, ainsi que les panaches de cendres des éruptions volcaniques.

“Les mesures de l’’instrument Sentinel-4 aideront les décideurs à façonner les politiques européennes en matière de santé publique et de sécurité du trafic aérien afin de protéger les citoyens Européens”, a déclaré Philippe Pham, directeur de l’observation de la Terre et des sciences chez Airbus. “La combinaison d’un satellite géostationnaire et d’un instrument tel que Sentinel-4 permet de quantifier les gaz à l’état de traces dans l’atmosphère terrestre au-dessus de l’Europe en un temps record d’environ 1 heure.”

L’instrument Sentinel-4 est un spectromètre à haute résolution avec un temps de revisite rapide fonctionnant dans trois bandes couvrant les longueurs d’onde de l’ultraviolet (305-400 nm), du visible (400-500 nm) et du proche infrarouge (750-775 nm).

Le premier modèle de l’instrument sera embarqué sur le satellite MTG-S1 dont le lancement est prévu en 2024 et le second, encore à construire, volera à bord de MTG-S2 qui sera lancé en 2034. L’objectif est de garantir la disponibilité des données pour la communauté scientifique pendant deux décennies.

Le satellite et son instrument seront exploités par EUMETSAT, l’Organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques. L’instrument Sentinel-4 s’appuie sur l’expérience des précédents instruments éprouvés de l’ESA, tels que Sciamachy et Tropomi (à bord de Sentinel-5P), également construits par Airbus.

La mission Sentinel-4 est une initiative de l’Union Européenne et de l’Agence Spatiale Européenne qui assure une surveillance continue de l’atmosphère au-dessus de l’Europe. Avec la mission américaine TEMPO (Tropospheric Emissions: Monitoring of Pollution) et la mission sud-coréenne GEMS (Geostationary Environment Monitoring Spectrometer), Sentinel-4 fournira aux scientifiques des connaissances cruciales sur la qualité de l’air dans de grandes parties de l’hémisphère nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *