ven. Juin 14th, 2024

La faillite de la Silicon Valley Bank (SVB), orchestrée par les autorités américaines ce week-end, invite à s’interroger sur la résistance du système bancaire à la hausse des taux d’intérêts. Il s’agit en effet de la deuxième plus grosse faillite bancaire de l’histoire américaine, derrière Washington Mutual en 2008. 

A l’heure d’écrire ces lignes, la crainte d’une contagion fait chuter les marché action de 2.5% en séance, et de presque 5% par rapport à la semaine dernière.

SVB, 16ème banque du pays avec une clientèle principalement constituée d’entreprises et entrepreneurs de la Silicon Valley, a en effet enregistré des pertes colossales en investissant… dans des obligations d’état américaines. 

En 2020 et 2021, en période de taux bas, et alors que ses dépôts augmentent considérablement, la banque décide de placer ces avoirs dans des obligations d’états à long terme. Deux ans plus tard, la hausse des taux la force à révaluer ses avoirs et enregistrer une perte de 1.8 milliards de dollar. Pour mémoire, les obligations américaines ont perdu près de 15% depuis juillet 2020.
Menacé d’une baisse de sa notation par l’agence Moodys, SVB annonce une augmentation de capital surprise qui panique le marché. S’en est suivi un bank run qui a eu raison de la banque en 2 jour.

Les autorités américaines font tout pour éviter une contagion en proposant des mécanismes de garanties et de financement plus favorables, en particulier pour les petites banques régionales. Cela n’empêchera pas la faillite de deux autres institutions, plus petites : Signature Bank et Silvergate Capital, tous les deux actifs dans le monde des cryptos.

L’or valeur refuge, s’est significativement apprécié dans ce contexte de crise bancaire et financière. Le cours du métal jaune en euro atteint 1 756 euros, en progression de 2.15% sur les 4 dernières séances. Le cours en dollars bondit lui de 3% environ. Sur ces dernières séances, on observe donc ne corrélation négative entre le cours de l’or et les marchés actions, synonyme de diversification et de protection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *