Le secteur du luxe a progressé de 23 % au niveau mondial cette année, au coude à coude avec les semi-conducteurs en tant qu’industrie la plus performante au monde. Il a propulsé la France et l’Italie vers des gains de marché à deux chiffres, LVMH devenant le plus gros titre européen. Les investisseurs ont récompensé le luxe pour sa combinaison de résistance de la demande et de pouvoir de fixation des prix. Le secteur a échappé à la récession actuelle, mais a été durement touché par la crise financière mondiale, lorsque les valorisations et les bénéfices ont chuté plus que la moyenne. Aujourd’hui, ces valeurs sont plus importantes et plus diversifiées, et la reprise chinoise est anticyclique. Il convient toutefois de rappeler que le secteur du luxe résiste à la récession mais n’est pas à l’abri, car il s’agit toujours d’achats discrétionnaires.

La surperformance du secteur du luxe cette année a porté sa prime d’évaluation P/E à 65 % au-dessus du marché mondial. En comparaison, la moyenne sur 10 ans est de 45%. Elle est soutenue par des perspectives de croissance des bénéfices de 12 %, ce qui est bien supérieur à la croissance zéro observée pour les actions mondiales. Mais la prime d’évaluation a disparu lors de la crise financière mondiale et les bénéfices ont chuté de 20 %. Le secteur du luxe a connu une meilleure pandémie, puisque la prime de valorisation n’est tombée qu’à 33 %, alors que la croissance des bénéfices a temporairement chuté de 35 %. Le secteur résiste au ralentissement, mais pas à une récession plus profonde. 

Nous avons créé un indice de dix marques britanniques de patrimoine et de luxe qui détiennent des mandats royaux du roi Charles (voir le graphique). Sa forte surperformance a été menée par Watches of Switzerland (WOSG.L), le propriétaire des bijoutiers Mappin & Webb, le propriétaire des fusils de chasse Purdey, Richemont (CFR.ZU), Burberry (BRBY.L), le propriétaire des chaussures Lobb, Hermes (RMS.PA), Fiskars (FSKRS.HE) qui possède le fabricant de céramique Royal Doulton, et le propriétaire du tailleur Gieves & Hawkes, Frasers (FRAS). Cela a compensé les pertes subies par Aston Martin (AML.L), Associated British Foods (ABF.L), propriétaire du thé Twinings, Newell Brands (NWL), propriétaire des stylos Parker, et le brasseur Shepherd Neame.

Ben Laidler, Global Market Strategist chez eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *