ven. Juin 14th, 2024

Les places financières se sont repliées la semaine dernière en raison des incertitudes persistantes qui entourent la politique monétaire de la Fed.  La volatilité reste élevée, et les opérateurs restent nerveux, réagissant rapidement aux nouvelles données économiques. 

Toutefois, vendredi a été publié l’indice des prix à la consommation PCE aux États-Unis, en augmentation de 0,3 %, conformément aux attentes des analystes. Cette mesure d’inflation, qui est la favorite de la Réserve fédérale, a suggéré qu’elle pourrait continuer à ajuster sa politique monétaire en fonction de l’évolution de l’inflation. 

En zone euro, les investisseurs anticipent une baisse de taux de la BCE une première fois dès ce mois de juin, cela étant, une inflation plus marquée que prévu en Allemagne a contribué au regain de tensions sur les rendements obligataires observé en début de semaine. Le Cac 40, a accusé une troisième semaine de repli, en baisse de – 1,26 %, tombant sous les 8 000 points. Du côté des valeurs, Renault à grimpé de + 6,52 %, plus forte hausse de l’indice, à la suite de plusieurs annonces favorables notamment la création d’une coentreprise avec le groupe chinois Geely. De l’autre côté du spectre, Cap Gemini a chuté de – 12 %, dans un contexte défavorable pour les valeurs des logiciels, caractérisé par la chute de 20 % de Salesforce. 

Cette semaine, la décision de politique monétaire que prendra la BCE le jeudi 6 juin sera l’événement marquant. Côté statistiques, vendredi les chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis retiendront l’attention ainsi que les directeurs d’achats PMI aujourd’hui. 

Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *