Gaz : +12,8% sur les prix pour 2024 et +18,3% pour les prix de avril 2023. Alors même que l’ensemble des fondamentaux dans le secteur gazier ont plutôt été favorables à une baisse des prix sur le papier, les prix du gaz sont fortement remontés, en raison des déboires du nucléaire français. Le marché craint qu’il ne faille produire plus d’électricité à partir de gaz naturel afin de compenser une disponibilité nucléaire moins élevée que prévue.  

  

Électricité : +25,3% sur les prix pour 2024 et +9,1% pour les prix de avril 2023. L’annonce par EDF de la découverte de nouvelles fissures sur des réacteurs, pouvant potentiellement toucher l’ensemble du parc nucléaire, a provoqué une forte remontée des prix de l’électricité. L’électron français est à nouveau le plus cher d’Europe et cette situation provoque également des hausses de prix dans les pays voisins.

 

CO2 : +8,26% sur le prix des quotas pour décembre 2023. Le prix du CO2 est fortement remonté suite aux annonces d’EDF, puisqu’il faudrait produire plus d’électricité avec des centrales thermiques, si de nouveaux travaux sur des réacteurs nucléaires étaient à prévoir, impliquant plus d’achats de quotas de CO2 sur le marché.

 

Pétrole : le prix du baril a été plutôt baissier avant de remonter en fin de semaine. L’affaiblissement du dollar et les bons chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis ont permis au prix du pétrole de remonter. La forte hausse des prix du gaz en Europe a également pu jouer un rôle sur ce mouvement à la hausse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *