dim. Juil 21st, 2024
CGA by NielsenIQ partage comme chaque mois son rapport mensuel OPUS sur la consommation des Français en CHR (café, hôtel, restaurant). Un mois de décembre 2023 festif sur fond l’inflation et d’adaptation. Ce rapport aborde les perspectives 2024 de la consommation des Français en CHR. 
Quelques enseignements: 
  • En décembre, les visites en restauration baissent, celles en bar se maintiennent. 
  • L’inflation, le coût de la vie, restent les freins majeurs des dépenses en CHR. 
  • En 2024, seul 1 consommateur sur 10 prévoit d’augmenter ses visites en CHR. La moitié va maintenir sa fréquentation et plus d’un quart la réduire
  • En termes de priorités de dépenses, en 2024, les sorties en CHR, occasionnelles ou régulières, restent la priorité
Focus sur Dry January, la consommation d’alcool en 2024 et le succès de café en CHR. 
  • Le Dry January : Le dernier rapport sur les tendances de consommation de CGA by NielsenIQ révèle que la santé et le bien-être sont des préoccupations majeures pour les consommateurs hors domicile à l’heure actuelle. L’enquête de décembre a montré que près d’un quart (23 %) des consommateurs prévoyaient d’arrêter complètement de boire en janvier, et que ce chiffre atteignait 31 % chez les 18-34 ans. Un autre tiers (32 %) a l’intention de réduire sa consommation d’alcool. 
  • Au-delà, en 2024, 3 consommateurs sur 5 prévoient de modérer leur consommation d’alcool en 2024 au-delà du Dry January. 
  • Le café : En ce qui concerne la fréquence de consommation, 5 % des consommateurs prennent un café en CHR tous les jours ou presque, 14 % le font trois à cinq fois par semaine et 27 % au moins une ou deux fois par semaine. De plus, à certains moments de la journée, les consommateurs consomment plus de café en CHR qu’il y a un an. Cette augmentation est la plus marquée pendant le service du petit-déjeuner, avec une différence nette de +12 % d’une année sur l’autre, suivi par la fin de soirée (à partir de 23 h), avec une différence nette de +10 %, et le milieu de matinée (p. ex. brunch), avec une différence nette de +5 %.
 
 
 

Le « Dry January » met les boissons sans alcool et à faible teneur en alcool à l’honneur dans les établissements CHR de France

 

La sobriété affecte les dépenses des consommateurs dans les bars et restaurants français en janvier, mais il s’agit d’une excellente occasion d’accroître l’intérêt pour les alternatives sans alcool et à faible teneur en alcool.

 

Le dernier rapport sur les tendances de consommation de CGA by NielsenIQ révèle que la santé et le bien-être sont des préoccupations majeures pour les consommateurs hors domicile à l’heure actuelle. L’enquête de décembre a montré que près d’un quart (23 %) des consommateurs prévoyaient d’arrêter complètement de boire en janvier, et que ce chiffre atteignait 31 % chez les 18-34 ans. Un autre tiers (32 %) a l’intention de réduire sa consommation d’alcool. 

 

Bon nombre de ces consommateurs ont considérablement réduit leur fréquentation des bars et des restaurants. Plus de la moitié (57 %) des consommateurs qui réduisent leur consommation ont déclaré qu’ils sortiraient moins souvent que d’habitude pendant le mois de janvier, et 11 % qu’ils ne consommeraient pas du tout à l’extérieur. Seuls 7 % des sondés avaient l’intention de sortir davantage. 

 

Cependant, le « Dry January » offre la possibilité d’attirer l’attention des consommateurs sur les alternatives à leurs boissons alcoolisées habituelles. Deux tiers (66 %) des consommateurs ont déclaré qu’ils prévoyaient de boire davantage de boissons sans alcool en janvier, tandis que 16 % avaient l’intention de choisir des versions sans alcool ou à faible teneur en alcool de boissons telles que la bière et les cocktails. 

 

L’étude de CGA montre que manger et boire sainement sera une priorité tout au long de l’année, et pas seulement en janvier. Les trois quarts (75 %) des consommateurs reconnaissent qu’ils donneront la priorité à leur santé et à leur bien-être en 2024, un chiffre qui atteint 87 % parmi les membres de la génération Z. Plus de la moitié (58 %) pensent qu’ils contrôleront leur consommation d’alcool tout au long de l’année 2024.

 

La réduction de la consommation d’alcool peut également être due à l’augmentation des coûts auxquels sont confrontés les consommateurs français, qui continue à peser sur leurs dépenses. Un quart (26 %) de tous les consommateurs pensent qu’ils se rendront moins souvent dans des établissements CHR en 2024 qu’en 2023, soit le double de ceux qui prévoient de sortir plus souvent (13 %). Le nombre de consommateurs qui sortent plus fréquemment est beaucoup plus élevé dans la tranche d’âge des 18-34 ans (48 %) que dans celle des 55 ans et plus (17 %).

 

Julien Veyrondirecteur des solutions clients chez CGA by NielsenIQ, a déclaré : « Après avoir dépensé beaucoup et s’être fait plaisir à Noël, de nombreux consommateurs limiteront leurs visites dans les bars et les restaurants en janvier. Mais même s’ils surveillent leur consommation d’alcool, certains, en particulier les jeunes adultes, sont toujours prêts à sortir boire. Proposer des alternatives de qualité et à un prix intéressant aux boissons alcoolisées est un excellent moyen d’attirer le public dans les établissements CHR, et il s’agit du moment idéal pour les fournisseurs de lancer et de faire prospérer des marques de bière, de vin, de spiritueux et de cocktails sans alcool ou à faible teneur en alcool. Un investissement intelligent dans la compréhension et la réponse aux priorités des consommateurs en matière de bien-être peut s’avérer payant tout au long de l’année 2024. »

Pour lire l’intégralité du rapport sur les tendances de consommation en France, cliquez ici

 

Les rapports sur les tendances de consommation et les enquêtes sur les consommateurs hors domicile de CGA by NielsenIQ fournissent une analyse experte de l’engagement des individus dans les établissements CHR en France. Différents services relatifs aux enquêtes sur les consommateurs hors domicile sont disponibles pour aider les entreprises à réaliser des gains rapides en termes de parts de catégories et de circuits et à améliorer la planification stratégique à long terme. Des études personnalisées sont également disponibles pour explorer en détail des sujets, des circuits et des catégories. Pour en savoir plus, contactez Julien Veyron à l’adresse julien.veyron@nielseniq.com

 

++++++

 

Le café, ou la recette du succès, dans les établissements CHR en France 

Le dernier rapport de CGA by NielsenIQ sur les tendances de consommation en France examine de plus près la consommation de café et explique pourquoi l’augmentation des ventes et de la fréquentation donne du grain à moudre aux marques et aux points de vente.

La France est depuis longtemps réputée pour sa culture du café. C’est une tradition qui ne montre aucun signe d’essoufflement, puisque près de la moitié des consommateurs français boivent du café dans des cafés, des bars, des restaurants ou d’autres lieux similaires au moins une ou deux fois par semaine, si ce n’est plus. 

En ce qui concerne la fréquence de consommation, 5 % des consommateurs prennent un café en CHR tous les jours ou presque, 14 % le font trois à cinq fois par semaine et 27 % au moins une ou deux fois par semaine.

De plus, à certains moments de la journée, les consommateurs consomment plus de café en CHR qu’il y a un an. Cette augmentation est la plus marquée pendant le service du petit-déjeuner, avec une différence nette de +12 % d’une année sur l’autre, suivi par la fin de soirée (à partir de 23 h), avec une différence nette de +10 %, et le milieu de matinée (p. ex. brunch), avec une différence nette de +5 %.

En outre, l’attrait croissant pour la consommation de café en fin de soirée dans des établissements de consommation sur place représente une bonne opportunité d’exploiter davantage le café en proposant boissons contenant du café ou de la liqueur de café.

Les opportunités sont encore plus intéressantes dans cette catégorie si l’on considère les facteurs qui poussent à choisir une boisson. Les consommateurs français qui choisissent de boire du café lorsqu’ils sortent (47 %) déclarent commander du café pour se détendre (37 %), pour savourer leur café (35 %) et pour avoir des interactions sociales (20 %). 

De plus, le consommateur moyen est prêt à dépenser 3,12 euros pour un café, soit 0,49 euro de plus que son homologue italien. Les données éclairent sur comment optimiser les ventes et la fréquence des visites notamment lors de la conception et de la mise en œuvre de promotions et d’offres dédiées au café. 

Julien Veyron, directeur des solutions clients pour la France, a déclaré : « De par son attrait culturel et historique auprès des consommateurs, le café est perçu comme une source de plaisir. Il est important que les marques et les points de vente tirent parti de l’attractivité du café en créant des expériences en CHR qui captivent et interpellent des consommateurs exigeants mais très réceptifs. »

Le rapport de CGA by NielsenIQ sur les tendances de consommation fournit une « prise de température » de ce circuit et des consommateurs qui fréquentent les bars et les restaurants en France, en examinant leur comportement au cours du mois dernier et en sondant leurs intentions de visite pour le mois à venir. 

Téléchargez le rapport gratuit ici. Pour en savoir plus sur l’engagement des consommateurs en matière de café en vue d’optimiser les stratégies dans les établissements CHR, contactez-nous à l’adresse suivante : julien.veyron@nielseniq.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *