lun. Mai 27th, 2024

Au quatrième trimestre 2022, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi résiste toujours aux contraintes  conjoncturelles et baisse de nouveau après une très légère hausse au troisième trimestre. Les conditions d’emploi  favorables sont propices à la mise en œuvre d’une réforme des retraites, qui provoquerait un afflux de travailleurs sur le  marché du travail. Un passage progressif de l’âge légal de départ à 64 ans augmenterait légèrement le chômage sur les 10  prochaines années, avec un pic à +0,7 points à horizon 2030.  

En décembre 2022, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit à 3 031 400, une très légère  augmentation par rapport à novembre. Sur l’ensemble du quatrième trimestre, on compte 114 400 chômeurs de moins  à Pôle Emploi, confirmant à nouveau la bonne santé de l’emploi face aux vents contraires. La catégorie A de Pôle Emploi est celle qui correspond le plus à la définition des chômeurs du BIT et de l’INSEE, et permet d’entrevoir l’évolution du  chômage de manière avancée. 

Dans le sillage des baisses soutenues en 2020 et 2021, le chômage continue de se maintenir à niveau très  favorable compte tenu de la conjoncture. En témoignent la baisse des nouvelles inscriptions pour licenciement  économique, ainsi que celles pour fin de mission d’intérim. Les sorties de Pôle Emploi sont toutefois gonflées par  l’augmentation des radiations administratives et des cessations d’inscription pour défaut d’actualisation.  

🢩 La persistance de l’emploi dans un contexte conjoncturel contraint est le signe que les entreprises se portent mieux  que pourraient le suggérer les nombreux signaux négatifs de l’économie. Les interventions toujours très actives du  gouvernement depuis la crise de la COVID-19 sont probablement pour beaucoup dans le maintien de l’emploi et de la  santé de nombreuses entreprises.  

Le marché du travail actuel, caractérisé par un taux d’emploi relativement élevé et des difficultés de recrutement, est propice à la mise en œuvre de la réforme des retraites projetée par le gouvernement. Le choc d’offre de travail que  provoquerait la réforme est plus à même d’être absorbé par le marché si les entreprises cherchent à recruter. La réforme  devrait malgré tout conduire à une augmentation du chômage à moyen terme, d’environ 0,5 points en 2028 puis 0,7  points fin 2030, selon les simulations du Conseil d’Orientation des Retraites et de la Direction Générale du Trésor,  confirmées par celles de l’OFCE.  

🢩 Un recul de l’âge légal de départ augmente brutalement le nombre d’actifs et donc l’offre de travail, quand la  demande de travail reste rigide à court terme. Toutes choses égales par ailleurs, cela se traduit par une hausse  temporaire du chômage puis un retour progressif à l’équilibre à mesure que l’économie s’ajuste à cette nouvelle offre  de travail. Les simulations du COR et de la DG Trésor estiment la hausse temporaire du chômage jusqu’à 0,7 points,  lorsque la réforme a pleinement produit ses effets. A noter que le PIB, lui, s’en trouve structurellement plus élevé. 

🢩 Le projet de réforme actuel est d’augmenter progressivement l’âge légal à 64 ans, à raison d’un trimestre tous les  ans à compter de septembre 2023. La réforme prendrait donc pleinement effet au bout de 8 ans. Cette progressivité  permet entre autres de lisser son effet sur le marché du travail, évitant qu’un afflux trop important d’actifs ne vienne  grossir les rangs de Pôle Emploi. Le graphique ci-dessous présente les prévisions du taux de chômage en l’absence de  réforme, tirées de l’OCDE1, de la Banque de France2 et de l’OFCE3, et les prévisions de taux de chômage en cas de  passage de la réforme, calculées par Asterès à partir des simulations de la Direction Générale du Trésor et du Conseil  d’Orientation des Retraites.  

1 OCDE, Prévisions des taux de chômage 

2 Banque de France, Projections macroéconomiques – Décembre 2022

3 OFCE, Quelle trajectoire pour l’économie française au cours du prochain quinquennat ? , 2022 

4 COR, Les effets macroéconomiques d’une augmentation de l’âge d’ouverture des droits à la retraite , 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *