lun. Mai 27th, 2024

Depuis près d’un an, le Français AviaSim, leader européen de la simulation de vol est partie à la conquête du marché nord-américain. Une aventure entrepreneuriale réussie puisqu’un second simulateur va ouvrir à Montréal la 1ere semaine de mai. Retour sur comment une PME française est partie à la conquête de l’Amérique.

1ere étape : Destination Canada ! 

Implanté en France depuis 2012, AviaSim est le réseau de loisirs spécialisé dans la simulation aéronautique leader en France et en Europe. L’entreprise présente dans 19 villes de France et qui exploite 35 simulateurs de vol a décidé de tenter sa chance au Canada.

« La Canada est la première étape de notre stratégie afin de nous implanter sur le marché nord-américain, précise Thomas Gasser, fondateur d’AviaSim. Pour cela nous, avons été accompagné par Business France qui nous a permis de rencontrer les bonnes personnes sur place. En l’occurrence, nous avons pu rencontrer des hôteliers afin d’implanter l’un de nos simulateurs dans un Hôtel de Montréal ».

« L’avantage du marché Canadien, c’est qu’il est très similaire au marché américain »

Développement d’une nouveau site internet, élaboration d’un central-center afin de faciliter les réservations… Cette première implantation à Montréal, devient alors un véritable laboratoire pour AviaSim. « On apporte le savoir-faire développé en France mais dans une sorte de V2 de notre modèle » explique Thomas Gasser.

En quelques mois, l’opération est une réussite, et l’entreprise affiche une rentabilité X4 par rapport au marché Européen.

« 2 mois d’exploitation à Montréal, représente 1 an d’exploitation de deux simulateurs en France. Montréal est un lieu idéal pour une entreprise française. Elle permet une implantation dans un marché totalement inconnu, mais auprès d’une population franco-anglaise rassurante. Cela constitue une bonne préparation si on souhaite après s’étendre aux USA ».

« Nous devrions atteindre le million de dollars Canadien de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année »

S’exporter sur le marché Nord-américain n’est pas de tout repos pour autant, cela implique de nombreux sacrifices. « Depuis un an, j’enchaine les allers-retours au Canada afin d’accompagner le développement sur place. Nos simulateurs connaissent ici un succès tel que nous devrions atteindre le million de dollars Canadien de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année, et qu’un second centre doit ouvrir la 1ere semaine de mai. En parallèle, des discussions ont actuellement lieux pour nous développer dans d’autres villes canadiennes et une 1ere ville américaine ! Ce n’est pas toujours simple, mais ça en vaut la peine ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *