dim. Juil 21st, 2024

Par Collectif national Stop CETA – Mercosur

En pleine mobilisations agricoles un peu partout en Europe, et notamment en France, les eurodéputés votent majoritairement en faveur des accords de libéralisation du commerce UE-Chili et UE-Kenya qui vont contribuer à importer toujours plus de produits agricoles de l’autre bout de la planète sans garantie d’être alignés sur la législation qui encadre la production de produits agricoles en UE. 

 

Un vote en séance plénière du Parlement européen aura lieu en février 2024.

 

Après l’accord de libéralisation du commerce UE-Nouvelle-Zélande ratifié fin 2023 qui conduit à importer des produits agricoles de l’autre bout de la planète, les députés européens sont saisis de deux nouveaux accords : les accords avec le Chili et avec le Kénya sont en effet à l’ordre du jour de la Commission commerce international du Parlement européen mercredi 24 janvier 2024, avant de l’être de celui du Parlement européen dans son ensemble à la fin du mois de février. 

 

Dans deux déclarations distinctes, des dizaines d’organisations de la société civile – dont plus d’une vingtaine pour la France – appellent les eurodéputés à s’opposer à ces deux accords qui s’inscrivent dans un modèle de libéralisation du commerce (et de l’investissement) totalement obsolète, prolongeant des logiques d’appropriation des ressources naturelles au détriment des populations locales et de la protection de l’environnement. Veut-on vraiment, encore en 2023, augmenter les importations de biens, y compris agricoles, provenant de l’autre bout de la planète ? 

 

En savoir plus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *