dim. Juil 21st, 2024

E-mobilité : En Europe, l’électrique dépasse le diesel mais l’intention d’achat baisse pour la France

  • Près d’un tiers des consommateurs mondiaux interrogés ont l’intention d’acheter un véhicule électrique d’ici deux ans
  • Le scepticisme vis-à-vis de l’électrique baisse légèrement (28% de sceptiques en 2023 vs 30% en 2022)
  • Si les utilisateurs de véhicules électriques sont majoritairement satisfaits de leur achat, près d’un quart des répondants souhaitent néanmoins revenir aux véhicules thermiques
  • L’achat en ligne d’un véhicule bouleverse la commercialisation, avec près de 7 répondants sur 10 envisageant leur prochaine acquisition via ce canal
  • L’électrique d’occasion suscite de l’intérêt, avec 60% des propriétaires de voitures électriques à batterie envisageant l’achat d’une voiture électrique d’occasion
 
La 4e édition de l’étude eReadiness de PwC Strategy&, l’entité de conseil en stratégie de PwC, qui étudie les intentions et le comportement d’achat de plus de 12 800 conducteurs dans 18 pays à travers le monde, confirme le grand intérêt des consommateurs pour la mobilité électrique. En effet, 30 % des personnes interrogées ont l’intention d’acheter un véhicule électrique au cours des deux prochaines années.
 
Ce chiffre se reflète également dans les immatriculations de voitures neuves en France. En juillet 2023, le nombre d’immatriculations pour des voitures électriques à batteries a dépassé celui des voitures diesel, atteignant une part de marché de 13,1%[1]. En Europe, la croissance de l’électrique est également tirée par les pays d’Europe du Nord et d’Europe centrale, tels que la Norvège et l’Allemagne.
 
« L’intention d’acheter des véhicules électriques exprimée par les consommateurs français est inférieure à celle d’autres pays européens où le marché de la mobilité électrique à la même maturité, comme en Allemagne. Cependant, la France se démarque par ses infrastructures de recharge et la variété de constructeurs Pure player de l’électrique actifs sur le marché local. » souligne José Baghdad, Associé responsable du secteur automobile chez PwC France et Maghreb.
 
L’intérêt croissant pour la mobilité électrique est également confirmé par l’évolution du profil de la demande, comme en témoignent l’abaissement progressif de l’âge moyen (44 ans en 2023 vs 47 ans en 2022) et des revenus des propriétaires de voitures électriques, et par la baisse de la part de consommateurs encore sceptiques quant à la migration vers la mobilité électrique (28% des répondants en 2023 vs 30 % en 2022).
 
Comportements et expérience d’achat des véhicules électriques
 
Dans l’ensemble, les propriétaires de voitures électriques sont satisfaits de leur achat. Cependant, il convient de noter que 24% des répondants en Europe envisagent de revenir à une motorisation traditionnelle, principalement en raison du temps de charge élevé et des performances de la batterie lors d’épisodes de froid.
 
En France, tout comme dans les autres pays couverts par l’étude, le concessionnaire reste le canal préféré pour l’achat d’une voiture électrique. L’intérêt pour l’achat en ligne augmente, avec près de 7 répondants sur 10 prêts à acheter leur prochaine voiture via ce type de canal, grâce à des délais d’achat plus courts, à la praticité et à la transparence des prix.
 
Environ un acheteur sur trois achète également une solution de recharge, via une offre packagée avec l’achat de son véhicule électrique.
 
L’intérêt pour les véhicules d’occasion est important, puisque 60 % des propriétaires de véhicules électriques déclarent envisager l’achat d‘une voiture électrique d’occasion, en raison de coûts d’acquisition moins élevés et de la disponibilité immédiate du véhicule. Cependant, l’incertitude concernant l’état de santé des batteries reste un obstacle majeur.
Indice Strategy& eReadiness de PwC – Se préparer à la transition vers l’électrique
 
L’indice Strategy& eReadiness de PwC est un indicateur synthétique qui mesure le niveau de maturité d’un pays par rapport à la transition vers la voiture électrique. Les 4 dimensions prises en considération sont : les incitations gouvernementales ; l’infrastructure de recharge ; l’offre de véhicules électriques ; et la demande des consommateurs.
 
À l’échelle mondiale, parmi les 18 pays étudiés, Hong Kong se classe comme le pays le plus mature, tandis que l’Australie se classe dernière avec un niveau limité d’incitations publiques et une infrastructure de recharge encore à développer.
 
Au niveau européen, la Norvège montre la voie, enregistrant le score le plus élevé dans les quatre dimensions étudiées. La Suisse se classe au deuxième rang, tandis que l’Italie, l’Espagne et la Pologne se classent au dernier rang, principalement en raison du manque d’infrastructures de recharges publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *