dim. Juin 23rd, 2024

Israël et la bande de Gaza sont à nouveau plongés dans un conflit samedi suite au déclenchement d’une offensive militaire surprise par le Hamas, qui a lancé des milliers de roquettes et infiltré des combattants en territoire israélien. L’armée israélienne a annoncé avoir visé plus de 2 400 “cibles” dans la bande de Gaza au cours de la journée de lundi et a déclaré avoir ciblé “plus de 1 200 objectifs” dans la bande de Gaza entre samedi et lundi matin.

Le texte précise qu’ils ont doublé ce chiffre depuis cette date, suggérant que l’armée a visé plus de 2 400 sites rien que le lundi. Ils affirment avoir notamment visé des “caches d’armes, des sites de commandement et de contrôle”. Il est important de noter que ces informations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. L’activation de l’article 40 israélien, qui équivaut à un état de guerre, marque la première utilisation de cet article depuis 1973. Ainsi, l’état de guerre est officiellement déclaré. Israël mobilise ses réservistes et se prépare à une guerre qui pourrait s’avérer beaucoup plus longue que ce que beaucoup anticipent. Israël se trouve confronté à des fronts multiples, avec des affrontements potentiels au nord avec le Hezbollah au Liban, et au sud entre Gaza et la Cisjordanie.

Les réactions dans le monde

La Russie appelle à la “retenue” après les attaques du Hamas contre Israël.

La Chine appelle au “calme et à la retenue” .

Pour les Etats-Unis ” le peuple d’Israël est attaqué par une organisation terroriste, le Hamas. En ce moment tragique, je veux lui dire, ainsi qu’au monde et aux terroristes où qu’ils soient : les États-Unis sont aux côtés d’Israël. Jamais nous ne manquerons de les soutenir”

Narendra Modi, premier ministre indien est “Profondément choqués par les nouvelles des attaques terroristes en Israël. Nos pensées et nos prières accompagnent les victimes innocentes et leurs familles. Nous nous tenons aux côtés d’Israël en cette heure difficile.”

Le gouvernement brésilien “condamne la série de tirs et d’attaques perpétrés aujourd’hui en Israël à partir de la bande de Gaza”, appelant à “une retenue maximale” des parties au conflit pour “éviter l’escalade”

L’Iran “soutient la légitime défense de la nation palestinienne”, a déclaré dimanche le président iranien Ebrahim Raïssi.

L’Union Européenne: “condamne sans équivoque l’attaque perpétrée par les terroristes du Hamas contre Israël. Il s’agit du terrorisme sous sa forme la plus odieuse. Israël a le droit de se défendre contre de telles attaques atroces.”  

Emmanuel Macron: ” condamne sans équivoque l’attaque perpétrée par les terroristes du Hamas contre Israël.”

 

Intensification des mesures

Israël a intensifié ses mesures contre la bande de Gaza contrôlée par le Hamas en instaurant un “blocus total”, y compris une interdiction d’importer de la nourriture et du carburant, a déclaré le ministre de la Défense du pays, Yoav Gallant, qualifiant cela de partie de la lutte contre “des gens bestiaux”. Cela fait suite à l’annonce par l’armée israélienne que ses forces étaient “en contrôle des communautés” dans le sud de son territoire près de Gaza, deux jours après une attaque surprise du Hamas.

Trois sources au sein de l’appareil de sécurité d’Israël ont déclaré “Le Hamas a donné à Israël l’impression qu’il n’était pas prêt à se battre”, faisant allusion à la guerre du Kippour il y a 50 ans, lorsque l’Égypte et la Syrie ont surpris Israël et l’ont poussé à se battre pour sa survie.

Le Hamas a utilisé une tactique de renseignement sans précédent pour induire en erreur Israël au cours des derniers mois, en donnant l’impression publique qu’il n’était pas disposé à se lancer dans un combat ou une confrontation avec Israël tout en se préparant à cette opération massive”. Le général à la retraite Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré aux journalistes dimanche que l’assaut représentait “un énorme échec du système de renseignement et de l’appareil militaire dans le sud et le Hamas en a profité.”

Israël admet avoir été pris au dépourvu par une attaque coordonnée durant une fête religieuse. Les combattants du Hamas ont pénétré dans des villes israéliennes, tuant 700 Israéliens et enlevant des dizaines d’autres. Israël a tué plus de 400 Palestiniens en représailles à Gaza depuis lors. “C’est notre 11 septembre”, a déclaré le major Nir Dinar, porte-parole des Forces de défense israéliennes. “Ils nous ont eu.” “Ils nous ont surpris et ils sont venus rapidement de nombreux endroits, à la fois par voie aérienne, terrestre et maritime.” Osama Hamdan, le représentant du Hamas au Liban, a déclaré à Reuters que l’attaque montrait que les Palestiniens avaient la volonté d’atteindre leurs objectifs “indépendamment de la puissance militaire et des capacités d’Israël”.

Un embrasement inquiétant

Le déploiement de forces américaines a déjà commencé, avec l’annonce de l’envoi d’un groupe aéronaval, ainsi que la rapide mobilisation d’avions de chasse supplémentaires sur les bases israéliennes. De plus, la livraison d’armes et de munitions a déjà débuté, avec une première rotation effectuée dimanche en fin de journée.

Le porte-avions américain USS Gerald R. Ford (CVN-78), ainsi que les autres navires du Groupe aéronaval 12, comprenant le croiseur de classe Ticonderoga USS Normandy (CG-60) et les destroyers de classe Arleigh Burke USS Ramage (DDG-61), USS McFaul (DDG-74) et USS Thomas Hudner (DDG-116), se dirigent apparemment vers la Méditerranée orientale pour soutenir Israël et aider à l’évacuation des citoyens américains du pays en cas de besoin.

Un second front s’ouvre, ce qui aura pour effet de relâcher la pression sur la Russie du côté de l’Ukraine. Une guerre d’usure se prépare à l’ouest qui a opté pour des armements très efficaces mais coûteux et produits en petites quantités alors qu’à l’est, c’est l’inverse : des armes abondantes, peu coûteuses et moins technologiques, moins efficaces mais néanmoins létales.

 

Les grandes dates du conflit israélo-palestinien :

1947-1948 : Plan de partage des Nations Unies et création de l’État d’Israël. Début de la Première Guerre israélo-arabe.

1967 : Guerre des Six Jours, au cours de laquelle Israël occupe la Cisjordanie, Gaza, Jérusalem-Est et le plateau du Golan.

1973 : Guerre du Kippour, également connue sous le nom de Guerre d’Octobre.

1978 : Accords de Camp David entre Israël et l’Égypte, aboutissant à un traité de paix en 1979.

1987-1993 : Première Intifada, une révolte palestinienne contre l’occupation israélienne.

1993 : Accords d’Oslo, établissant un cadre pour des négociations futures entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

1994 : Accord de paix israélo-jordanien.

2000-2005 : Seconde Intifada, un nouveau soulèvement palestinien.

2005 : Désengagement unilatéral d’Israël de la bande de Gaza.

2006 : Victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes à Gaza.

2008-2009 : Opération Plomb durci à Gaza.

2014 : Guerre de Gaza de 2014.

2020-2021 : Conflit israélo-palestinien de 2021, marqué par des affrontements à Jérusalem-Est, des frappes aériennes sur Gaza et des tirs de roquettes depuis Gaza sur Israël.

 

Par Navidh Mansoor

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *