lun. Mar 4th, 2024

Pour le Venezuela, mettre la main sur le pétrole de l’Essequibo ne permettrait pas  d’améliorer la situation économique.

Le président venezuélien Nicolas Maduro a organisé un  référendum visant à annexer l’Essequibo, une région riche en pétrole du Guyana voisin. Alors  que le Venezuela souffre d’une situation économique catastrophique, le Guyana a connu une  prodigieuse croissance portée par l’exploitation pétrolière. Pourtant, le pétrole de l’Essequibo  ne règlerait en rien les difficultés économiques du pays, puisqu’il dispose déjà des premières  réserves de pétrole mondiales mais se révèle incapable de les exploiter. 

1) Venezuela et Guyana : Une évolution économique opposée 

Alors que le Venezuela est englué dans une interminable crise économique, le Guyana  connait une croissance fulgurante.

Le Venezuela a été un pays relativement prospère. En  1980, son PIB par habitant (parités de pouvoir d’achat en dollars constants) atteignait 72 % de  celui de la France1. Cette spécificité du Venezuela se retrouve même dans la culture populaire :  en 1946 dans Les bons vivants, Michel Audiard fait dire à Bertrand Blier que le bolivar (la  monnaie du Venezuela) est « agréable à changer », autrement-dit qu’il est profitable d’en avoir  du fait de sa valeur élevée2.

     Aujourd’hui, le PIB par habitant du Venezuela ne représente plus  que 13 % de celui de la France à cause d’une succession d’erreurs de politique économique,  notamment l’autoritarisme des présidents Chavez et Maduro. À l’inverse le Guyana, qui a  longtemps été un pays nettement plus pauvre que le Venezuela, connait une croissance  prodigieuse depuis quelques années du fait de l’exploitation de gisements pétroliers : en 2022  la croissance économique y a été de 62 %, le rythme de progression le plus élevé au monde !

2) Crise au venezuela : plus réserves de pétrole de  règlera rien 

Le Venezuela se montre incapable d’exploiter ses gigantesques réserves de pétrole.

Le  Venezuela dispose des réserves de pétrole les plus importantes au monde, devant l’Arabie  Saoudite. Pourtant, en termes de production, le pays n’est qu’au 18ème rang mondial avec  environ 700 000 barils par jour (contre 3 millions de barils par jour au début des années 2000).  Le pétrole venezuélien, principalement composé de sables bitumineux et de pétrole lourd, est  difficile à exploiter, d’autant plus qu’une partie des réserves est située en mer. Du fait des  tensions géopolitiques avec l’Occident et de l’absence de devises pour importer du matériel  d’exploration pétrolière, le pays ne parvient pas à exploiter ses gigantesques réserves.

Dans ce  contexte, disposer de réserves de pétrole supplémentaires en annexant l’Essequibo  n’arrangerait en rien la situation économique du pays. Pire, cela risquerait d’accroître les  tensions diplomatiques, déjà élevées, entre le Venezuela de nombreux pays, à commencer par  le Guyana. Il deviendrait encore plus compliqué pour le Venezuela de vendre son pétrole et  d’obtenir les technologies dont il a désespérément besoin pour accroître sa production  pétrolière. 

 

Par Asterès 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *