mar. Fév 27th, 2024

À l’occasion de la 21ème Semaine du Son de l’Unesco, dont Qobuz est partenaire officiel, la plateforme musicale française de streaming et de téléchargement haute qualité, dévoile les résultats d’une étude* réalisée avec l’Institut YouGov, sur les habitudes d’écoute des Français et Françaises et leur impact sur la santé auditive.

 

73 % des 18-34 ans exposés à un risque auditif 

 

La musique rythme le quotidien de 59 % des Français et Françaises qui l’écoutent au moins une fois par jour. Parmi ceux-ci, plus de la moitié (51 %) admettent écouter leur musique à un volume qu’ils considèrent comme excessif. Chez les jeunes adultes, cette pratique est encore plus marquée : plus de 7 sur 10 (73 %) déclarent pratiquer une écoute prolongée à haut volume.

 

66 % des jeunes adultes identifient clairement le lien entre qualité sonore et santé auditive

 

Les jeunes adultes se distinguent nettement dans leur rapport à la santé auditive par rapport à leurs aînés.  

 

  • 54 % des 18-34 ans se disent préoccupés par leur santé auditive (vs 45 % de l’ensemble de la population), et un peu plus d’un tiers (32 %) admettent avoir déjà souffert de problèmes auditifs suite à une mauvaise écoute de la musique. 
  • Une large majorité d’entre eux (66 %) reconnaît le lien entre qualité sonore et santé auditive, surpassant la moyenne nationale (54 %). 

 

“Nous nous réjouissons de constater la prise de conscience croissante des jeunes envers leur santé auditive, alors même que cette population ne présente pas encore de troubles auditifs majeurs. C’est un formidable terrain, propice à la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation que nous préconisons depuis 10 ans, ainsi qu’à la création d’un label qualité. Ces initiatives ouvrent d’exceptionnelles opportunités pour prévenir les troubles auditifs à long terme.” affirme le Pr Paul Avan, directeur du CERIAH, Centre de recherche et d’innovation en audiologie humaine, à l’Institut Pasteur et l’Institut de l’Audition.

 

“La musique dans une bonne qualité sonore, c‘est-à-dire non compressée, révèle les nuances musicales, donne des voix claires et distinctes aux instruments, créant une scène sonore riche et confortable pour l’oreille. C’est le cas de la qualité CD/lossless et haute résolution. À l’inverse, le son compressé, typique du format MP3, élimine ces subtilités, rendant l’écoute moins profonde et émotionnelle. Chez Qobuz, nous militons depuis nos origines pour rendre cette qualité sonore accessible à toutes et tous, pour une expérience musicale riche, authentique et respectueuse de notre audition.” explique David Craff, Product Manager Player chez Qobuz.

 

Cette conscience accrue chez les jeunes adultes souligne leur aisance et une forme de lucidité face à la technologie. Cet éveil à la réalité des risques auditifs se traduit par ailleurs par des comportements plus responsables : 

 

  • Près de la moitié des jeunes adultes (44 %) affirment utiliser des applications ou des réglages pour limiter le volume lors de l’écoute de musique. 

 

Entre conscience et prévention, un paradoxe français

 

Environ un quart des Français (24 %) ont déjà souffert d’un trouble auditif lié à une mauvaise écoute. Les hommes se disent plus touchés (30 %) que les femmes (19 %), soulignant  une différence de comportements d’écoute. 

 

Et bien que 45 % des personnes interrogées expriment une inquiétude quant à leur santé auditive, nombreux sont ceux qui continuent des pratiques d’écoute à risque (62 %). Un paradoxe qui suggère un écart entre la prise de conscience et l’adoption de comportements d’écoute sains.

 

Conclusion : un besoin accru de sensibilisation

Bien que 51 % des Français et Françaises reconnaissent adopter des habitudes d’écoute potentiellement à risque et comprennent l’effet de la qualité sonore sur leur audition (54 %), des efforts de sensibilisation et d’éducation restent à mener pour encourager l’adoption de comportements plus sûrs pour protéger l’audition. La jeune génération se démarque quant à elle par une meilleure compréhension du rapport entre la qualité du son et la santé auditive, signe d’un changement de paradigme dans la manière d’écouter la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *