dim. Juin 23rd, 2024

Les prix du brut Brent ont augmenté de plus de 80 $/bbl, soulageant quelque peu les stocks de pétrole, mais le prix est toujours en baisse de 5 % au cours de l’année écoulée et de 15 % par rapport aux récents sommets. Cela représente une “réduction d’impôt” modeste mais bienvenue pour les consommateurs américains qui se détendent et dont les prix de l’essence sont élevés. La reprise actuelle du pétrole est peut-être une fausse aube, mais elle pourrait devenir une réalité plus tard, en fonction de la capacité de la Chine à relancer son économie, d’une demande plus ferme avec le début des réductions de taux aux États-Unis et en Europe, et de l’affaiblissement du dollar qui s’ensuivra. Pour l’instant, ce sont les consommateurs qui sont aux commandes, mais un changement pourrait se produire.

Le baril de Brent a finalement dépassé les 80 dollars, la montée de la mer Rouge et les tensions géopolitiques produisant des circonstances différentes des pics de prix pandémiques. Les États-Unis sont en train de remplir leur réserve stratégique, achetant 3 millions de barils en décembre après la plus grande réduction de leur histoire. Cependant, le Brent reste freiné par les difficultés de l’économie chinoise, qui est historiquement le plus gros importateur de pétrole, et par le renforcement du dollar américain, qui rend le pétrole plus cher pour la plupart des pays en monnaie locale. Nous avons également assisté à des records de production de pétrole aux États-Unis, avec plus de 13 mbj, ainsi qu’à des montées en puissance du Brésil à la Guyane. Cette situation a contraint l’OPEP+ à intensifier les réductions de l’offre et à les rendre de plus en plus volontaires à mesure que les tensions internes augmentent.

La maîtrise des prix du pétrole Brent et la réduction de moitié des marges de craquage des raffineries ont fait chuter les prix de l’essence aux États-Unis à une moyenne de 3,1 dollars le gallon. Cette baisse, qui s’accompagne d’une baisse de l’inflation, constitue depuis six mois une “réduction d’impôt” pour le consommateur, soit une économie de 50 milliards de dollars sur une base annuelle (voir le graphique) par rapport aux prix d’il y a un an. Cela représente deux fois le chiffre d’affaires annuel de Macy’s, par exemple, mais seulement 0,7 % des 7 000 milliards de dollars que représentent les ventes au détail aux États-Unis. Il s’agit néanmoins d’une bonne nouvelle, compte tenu du ralentissement de l’économie, et d’un élément politique important, étant donné la corrélation entre les prix de l’essence et la popularité du président. Cette importance démesurée s’explique par la combinaison unique aux États-Unis de taxes sur les carburants peu élevées, d’un kilométrage moyen important et d’une efficacité énergétique relativement faible.

Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *