ven. Fév 23rd, 2024

Premier maillon de la chaîne de valeur de la filière hydrogène pour l’Occitanie : la recherche et l’innovation.

Pour cela, la Région s’appuie sur un écosystème riche composé de laboratoires de renommée internationale : CEA Tech à Toulouse et Montpellier, l’IMT Mines d’Albi, Laplace à Toulouse, etc.

Pour accueillir des chercheurs et industriels, naîtra en Occitanie, à l’horizon 2025, le  TechnoCampus hydrogène à Francazal (31), plus grand centre européen de recherche, d’essai et d’innovation dédié à l’hydrogène vert.

 

L’Hydrogène : qu’est-ce que c’est ?

Gris, jaune ou vert, l’hydrogène est avant tout un atome particulièrement abondant, qu’il n’est possible d’exploiter qu’en brisant ses molécules pour l’isoler.

Contrairement à l’hydrogène gris ou jaune, l’hydrogène vert est produit par l’envoi d’un courant électrique d’origine renouvelable dans de l’eau (électrolyse), pour séparer hydrogène et oxygène, et ne rejeter aucun polluant.

Production et distribution d’hydrogène vert

Afin d’être opérationnelle sur la filière hydrogène vert pour l’Occitanie, la Région assure le déploiement d’usines de production et de réseaux de distribution d’hydrogène renouvelable sur son territoire. Il s’agit d’alimenter les acteurs de la mobilité et de l’industrie et ainsi décarboner le transport de marchandises et de passagers en Occitanie.

Aussi, pour soutenir l’innovation et l’émergence de nouveaux savoir-faire, la Région se positionne sur des projets novateurs.

-> Genvia

société de production d’électrolyseurs nouvelle génération à Béziers (34), dont elle est l’un des actionnaires. Grâce à sa technologie innovante, Genvia produit de l’hydrogène vert de façon beaucoup plus compétitive.

-> L’usine de production d’hydrogène Hyd’Occ, à Port-la Nouvelle (11),

-> Le site de production d’hydrogène vert Lhyfe Occitanie, à Bessières (31).

-> Hyport

La station de production, de stockage et de distribution d’hydrogène renouvelable, situé à Toulouse-Blagnac, premier aéroport en Europe à accueillir une telle station. Elle permettra d’alimenter les navettes aéroportuaires, et d’importer ou d’exporter de l’hydrogène vert.

 

Décarboner les mobilités

Les usages de l’hydrogène vert ciblent principalement les mobilités. Le transport de passagers, avec, d’ici 2026, le premier train à hydrogène mis en service en France sur la ligne Montréjeau-Luchon. Mais aussi, la filière aéronautique avec l’avion vert. Ou encore, l’usage maritime avec la drague HydrOmer, prévue en 2025. Le projet Corridor H2 est quant à lui dédié à la décarbonation de la mobilité lourde, pour le transport de marchandises. La Région vient de financer, dans ce cadre, à l’achat de 25 camions roulant à l’hydrogène, pour verdir le parc de transporteurs régionaux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *