lun. Mai 27th, 2024

Il serait préférable pour l’Etat, dans sa politique de lutte contre l’inflation, de subventionner en priorité  les transports en commun plutôt que l’énergie de façon à renforcer les incitations des Français à modifier  leurs comportements. En cela, le succès des expériences allemandes ou espagnoles sont encourageantes. 

Freiner la hausse du Passe Navigo plutôt que de  l’énergie 

Le Passe Navigo pourrait passer de 75,20 € à 90 € en 20231. Si l’Etat voulait prendre à sa charge  l’intégralité de cette hausse, cela lui coûterait environ 360 millions d’euros, en considérant qu’il y a deux  millions d’abonnés2sur l’année 2023. À titre de comparaison, l’Etat devrait consacrer 44,9 milliards  d’euros en 2023 au plafonnement à +15 % de la hausse des prix de l’électricité et du gaz3

Subventionner les transports en commun plutôt que l’énergie est bénéfique d’un point de vue  économique et écologique. Une subvention envoie un signal-prix, et donc une incitation aux  consommateurs. Si l’énergie est subventionnée, les ménages en consomment plus qu’ils ne l’auraient fait  sans cette aide. De la même façon, une subvention du prix des transports en commun accroit leur  utilisation. Dans la situation actuelle de pénurie d’énergie, il est préférable de moins la subventionner au  profit d’alternatives plus économes, à plus forte raison dans le cas des énergies fossiles, majoritairement  importées. Le bénéfice est également écologique puisque les transports les moins polluants seraient rendus  plus attracifs. 

Subventionner l’énergie ou les transports en commun est globalement équivalent en termes de  niveau de vie des ménages qui en bénéficieraient. La subvention des transports en commun ne saurait  être la seule mesure prise face à l’inflation car elle créerait une injustice entre les ménages urbains et les  ménages ruraux. En termes de niveau de vie global de la population, subventionner l’énergie, les  carburants ou les transports en communs locaux est à peu près équivalent : dans tous les cas les 10 % des  ménages les plus aisés consacrent à ces postes de dépenses des montants environ deux fois plus élevés  que les 10 % des ménages les plus modestes4

 

Electricité Gaz Carburants Transports en commun locaux 

Des expériences concluantes en Espagne et en  Allemagne 

Les subventions aux transports en commun en Espagne et en Allemagne ont conduit à une forte  hausse de leur utilisation. Face à l’inflation, l’Espagne a fait le choix de subventionner massivement le  train (gratuité des abonnements des trains régionaux, diminution de moitié sur certaines lignes à grandes  vitesse). Il en a résulté des hausses de fréquentation de 25 % à 65 % selon les lignes5. L’Allemagne a pris  une mesure similaire avec des forfaits à 9 euros qui ont connu un engoument tel que le réseau ferré a frôlé  la sturation6

 

1 https://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/transports-en-ile-de-france-la-mobilisation sintensifie-contre-la-hausse-du-prix-du-passe-navigo-01-12-2022-XS7CFCKCVZCFRIEWAH722XJVCM.php

2 https://www.bfmtv.com/paris/hausse-du-prix-du-pass-navigo-30-000-a-40-000-abonnes-en-moins-en-2023_AV 202211290742.html 

3 OFCE, « La croissance manque d’énergie », 12 octobre 2022 

4 Calculs Asterès d’après Insee 

5 https://reporterre.net/Trains-gratuits-en-Espagne-quel-bilan 

6 https://www.leparisien.fr/economie/forfait-illimite-a-9-euros-en-allemagne-le-reseau-ferroviaire-a-frole-la saturation-ce-week-end-07-06-2022-PEOFVNC4ABFFZDROSWXRTV65RQ.php 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *