lun. Mai 27th, 2024

L’or a le vent en poupe. En forte hausse cette année et proche de son record historique de 2 070 $, après une année 2022 décevante. Ce rallye est le résultat d’un trio parfait :

  1. des prévisions de taux d’intérêt plus faibles aux États-Unis, ce qui a stimulé les actifs à long terme et sans rendement comme l’or (et l'”or numérique” qu’est le bitcoin) ;
  2. un dollar américain plus faible, rendant l’or moins cher pour les plus gros acheteurs en Inde et en Chine ;
  3. et une certaine demande pour des actifs plus sûrs et non corrélés, avec la “peur” des banques américaines en mars et les risques de récession toujours élevés.
Nous sommes positifs à l’égard des actifs à long terme, comme l’or, mais les opportunités les plus intéressantes pourraient résider dans le rattrapage des actions du secteur de l’or et dans le potentiel de consolidation du secteur. 

La hausse du prix de l’or est due à un retour de la demande d’investissement, qui représente habituellement environ 55 % de la demande totale. Les ETF sur l’or, comme l’énorme GLD (60 milliards de dollars), ont enregistré en mars leurs premiers flux entrants depuis dix mois. Cette demande était à la traîne, en raison de la baisse de la demande de couverture de l’inflation et de la concurrence accrue des taux d’intérêt américains plus élevés, ainsi que du bitcoin. La récente reprise de la demande s’est appuyée sur la vague d’achats des banques centrales observée l’année dernière. Cela compense la faiblesse de la demande dans les secteurs de la bijouterie et de la technologie, qui représentent les 45 % restants du marché, alors que les économies mondiales ralentissent. 

Les actions aurifères ont largement rattrapé la hausse du prix physique (voir le graphique), compte tenu de leur effet de levier. Cette tendance pourrait être renforcée par la consolidation de l’industrie. Newmont fait une offre pour Newcrest afin de créer la plus grande société d’extraction d’or au monde, alors que le secteur est de loin le moins consolidé de tous les grands métaux. Les dix premiers mineurs d’or ne représentent que 28 % de la production totale. La récente hausse de l’or a également recentré l’attention sur son homologue plus volatil, l’argent. Le ratio or/argent à long terme montre une valeur évidente, mais l’argent est également plus exposé au ralentissement de l’économie mondiale en raison de sa forte demande dans le monde réel (75 %) par rapport à la demande d’investissement (25 %).

 
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *