lun. Avr 22nd, 2024

L’industrie tech indienne a enregistré une croissance à deux chiffres dans toutes les filières, ajoutant 30 milliards de dollars de revenus au cours de l’exercice 2022 et créant près de près de 500 000 emplois selon NASSCOM, “National Association of Software and Service Companies”, une association professionnelle basée en Inde qui représente l’industrie des technologies de l’information et des services logiciels. Elle joue un rôle clé dans la promotion et le développement de l’industrie des technologies de l’information dans le pays. Une large majorité des cadres dirigeants s’attendent à ce que 2023 soit une autre année de croissance tirée de la demande numérique et d’importants investissements R&D.

L’industrie tech indienne a franchi la barre des 200 milliards de dollars de revenus, atteignant les 227 milliards de dollars de revenus au cours de l’exercice 2022, enregistrant une croissance de 30 milliards de dollars au cours de l’année, avec un taux de croissance global de 16 %.  Les exportations (y compris le matériel informatique) ont enregistré une croissance de 18 %, atteignant un chiffre d’affaires de 178 milliards de dollars, soit plus de 51 % de la part des exportations de services totales de l’Inde. Le développement continu de l’infrastructure numérique indien y a joué un rôle clé.

Propulsé par une demande intérieure accrue, le chiffre d’affaires intérieur de l’industrie technologique a atteint environ 50 milliards de dollars et le commerce électronique a enregistré 79 milliards de dollars en 2021-2022. La part des revenus numériques s’est élevée à 31 %, enregistrant un revenu incrémentiel de 13 milliards de dollars au cours de l’exercice 2022.

L’Inde est devenue un hub mondial pour les talents du secteur numérique, avec plus de 5 millions de travailleurs. L’industrie a enregistré une croissance estimée de près de 10 % de sa main-d’œuvre directe au cours de l’exercice 2022, avec une augmentation nette record d’environ 450 000 employés. Avec 1 employé sur 3 déjà compétent en numérique, le vivier de talents du numérique atteint 1,6 million, avec un TCAC de 25 %.

L’Inde continue d’être le troisième plus grand hub de start-ups au monde, avec plus de 25 000 start-ups technologiques et la création de 42 nouvelles licornes et 11 introductions en bourse en 2021. Plus de 2 250 start-ups technologiques ont été fondées en 2021, et un financement total record de 24 milliards de dollars a été levé en 2021.

Les tendances technologiques de premier plan de la Tech pour les start-ups en Inde

L’Inde possède le troisième plus grand écosystème de start-ups au monde, qui est en croissance fulgurante et qui interviennent dans tous les domaines :

  • Intelligence Artificielle (IA) et Apprentissage Automatique (ML)Automatisation des Processus Robotiques (RPA), technologie logicielle utilisée dans la création, le déploiement et la gestion de robots logiciels qui imitent les actions humaines en interagissant avec des systèmes et des logiciels numériques.
  • L’Informatique Quantique qui exploite les phénomènes de la mécanique quantique et les applique au calcul pour résoudre des problèmes complexes que les supercalculateurs actuels ne peuvent peut-être pas résoudre. Les revenus du marché mondial de l’informatique quantique devraient dépasser 8,6 milliards de dollars d’ici 2027.
  • La Réalité Virtuelle (RV) et Réalité Augmentée (RA) qui plonge l’utilisateur dans un environnement tandis que la RA l’améliore. Dans les années à venir, on s’attend à ce que ces technologies s’intègrent davantage à notre vie quotidienne. Le marché mondial de la RV et de la RA devrait atteindre 209,2 milliards de dollars d’ici 2022.
  • La blockchain, les cryptomonnaies, les jetons non fongibles (NFT), les jetons numériques de banque centrale (CBDT), etc.
  • L’Internet des objets (IoT) et tout système de dispositifs communicants interconnectés ayant la capacité de transférer des données sur un réseau sans intervention humaine. Les dépenses mondiales en dispositifs IoT devraient atteindre 1,1 billion de dollars d’ici la fin de 2022.
  • La 5G : La 5G est la cinquième génération de technologies cellulaires. On estime que la 5G sera 100 fois plus rapide que la 4G. On prévoit qu’en 2035, la 5G permettra une production économique mondiale de 12,3 billions de dollars et soutiendra 22 millions d’emplois dans le monde. Les services 5G donneront vie à la RV et à la RA.

 

Améliorations rapides dans les capacités d’innovation et de transformation

En termes de propriété intellectuelle, l’Inde s’est classée 46e au Global Innovation Index. L’industrie technologique a déposé plus de 138 000 brevets technologiques en Inde entre 2015 et 2021 et a multiplié par près de 1,5 ses investissements dans la R&D.

 L’industrie a également assisté à une maturation du segment des produits logiciels, avec la présence de plus de 2 000 entreprises de produits logiciels et 1 000 entreprises du logiciel: SaaS (Software as a Service) en Inde. Elles ont également obtenu un financement de 4,5 milliards de dollars en 2021. L’industrie a également réalisé plus de 290 fusions et acquisitions, avec pour principal objectif le développement du secteur numérique.

Bien que les exportations aient joué un grand rôle dans cette croissance, le marché intérieur est devenu un vrai moteur, atteignant près de 50 milliards de dollars grâce à l’adoption de la technologie en Inde, avec des plateformes numériques publiques comme Aadhaar, UPI et CoWIN jouant un rôle important dans la prestation de services aux citoyens.

L’exercice 2022 a été une année de croissance historique pour l’industrie selon la NASSCOM.

L’industrie technologique indienne est aussi l’un des plus grands employeurs du secteur privé pour les femmes en Inde avec presque 2 millions de femmes embauchées d’environ 200 000 femmes au cours de l’exercice 2022.

Malgré les turbulences géopolitiques, les fluctuations macroéconomiques, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les séquelles de la pandémie, l’industrie continue de faire preuve de ténacité, de résilience et d’agilité.

 Les tendances actuelles de la demande en matière de dépenses technologiques et de croissance économique indiquent une perspective positive en matière d’embauche.

 L’industrie s’est également fixé un objectif ambitieux de 350 milliards de dollars de revenues pour l’exercice 2026, avec un taux de croissance de 11 à 14 % sachant que l’innovation et les partenariats au sein de l’écosystème accéléreront les capacités numériques, entraînant des investissements plus importants dans la R&D, la création de produits et de plateformes.

Aéroport international de kempegowda, Bangalore, Bengaluru.
Aéroport international de kempegowda, Bangalore, Bengaluru.

Une industrie des technologies de l’information en forte croissance

Au cours de la dernière décennie, l’industrie des technologies de l’information a connu une croissance cinq fois plus importante en termes de chiffre d’affaires. Le secteur des technologies de l’information et de la gestion des processus métier (BPM) est le plus grand employeur du secteur privé en Inde. L’Inde est la première destination mondiale pour l’externalisation et capte environ 55 % de l’ensemble des activités d’externalisation mondiales (200 à 250 milliards de dollars).

Cette industrie a contribué à hauteur de 8 % au PIB de l’Inde en 2021 et devrait contribuer à hauteur de 10 % au PIB de l’Inde d’ici 2025. Selon le parc technologique logiciel de l’Inde (STPI), les exportations de services informatiques au cours du premier trimestre de l’exercice 2022 s’élevaient à 140 Milliards d’Euros. Selon les estimations de Gartner, les dépenses informatiques en Inde devraient atteindre 101,8 milliards de dollars au cours de l’exercice 2022, avec un taux de croissance de 7 % par rapport à 2021. L’industrie indienne des produits logiciels devrait atteindre 100 milliards de dollars d’ici 2025.

Les entreprises informatiques indiennes étendent leur empreinte à l’échelle mondiale en acquérant des entreprises offshore pour renforcer leurs centres de prestation de services mondiaux. De même, les principaux pays ont investi de manière significative dans les technologies de l’information indiennes. Au cours des 21 dernières années, le secteur de l’informatique et du matériel informatique indien a attiré des investissements directs étrangers (IDE) d’une valeur de 74,12 milliards de dollars. Les investissements japonais dans le secteur des technologies de l’information ont augmenté de 4 fois entre 2016 et 2020 pour atteindre 9,2 milliards de dollars au cours de l’exercice 2021.

L’industrie indienne des technologies de l’information et de la gestion des processus métier est réputé pour s’être bien diversifiée dans tous les secteurs, de la BFSI (Banking, Financial Services, and Insurance) aux télécommunications et aux médias.

Dans le budget de l’Union pour 2021, le gouvernement central a alloué 3,6 milliards d’euros au secteur des technologies de l’information et des télécommunications. Celui-ci a accordé des exonérations fiscales au secteur des technologies de l’information pour les “parcs technologiques logiciels” (STPI) et les “zones économiques spéciales” (ZES).

En août 2021, le ministère d’État de l’Électronique et des Technologies de l’information a annoncé que les exportations de services informatiques atteindraient 400 milliards de dollars d’ici la fin de l’exercice 2022. Le gouvernement prévoit de renforcer son attention sur des domaines tels que la cybersécurité, le calcul à grande échelle, l’intelligence artificielle et la technologie de la blockchain.

Les principaux sous-segments de l’industrie technologique indienne sont les systèmes de centres de données, les logiciels d’entreprise, les services informatiques et les services de communication. La majorité des dépenses en Inde se concentrent sur les sous-segments des dispositifs, des services de communication et des services informatiques.

La part des sous-segments des services informatiques et des dispositifs a doublé, tandis que la part des dépenses en technologies de l’information consacrées aux services logiciels a triplé au cours de la dernière décennie. Les investissements croissants dans la R&D permettent aux entreprises de se différencier en obtenant des brevets dans des domaines connexes.

 

Facteurs clés du développement du secteur des technologies en Inde

La Main-d’œuvre informatique suffisamment mature a permis une exploitation continue des technologies émergentes et de nombreuses demandes de services pour les sociétés multinationales. De ce fait, la main-d’œuvre informatique indienne a pu acquérir une solide réputation internationale d’un point de vue mondial. La forte concurrence sur le marché a poussé la main-d’œuvre indienne à acquérir des compétences numériques diversifiée pour résister à la concurrence, ce qui a conduit à la création d’un portefeuille d’experts en technologies de l’information dans le domaine des services informatiques.

L’impulsion importante du gouvernement par le biais de ses initiatives telles que la campagne Digital India et le développement de villes intelligentes, a poussé le pays vers une économie numérique. Le gouvernement a également amélioré l’infrastructure informatique nécessaire pour les acteurs du pays. Dans le budget de l’Union pour 2021, le gouvernement central a alloué 360 millions d’euros au secteur des technologies de l’information et des télécommunications.

L’augmentation de la connectivité dans le secteur rural a permis au cours des dernières années une meilleure connectivité réseau en Inde avec la disponibilité de la 4G. Le déploiement de la 5G devrait encore renforcer cette connectivité en Inde et l’utilisation des services liés aux smartphones. Cela a le potentiel de stimuler les secteurs industriels tels que la fabrication et la vente au détail.

L’augmentation du nombre de start-ups et développement local permet à environ 9 000 start-ups d’être axées sur la technologie, sur un total de 21 000 start-ups en Inde. Avec la croissance réussie des revenus des start-ups et des histoires de fusions-acquisitions favorables, le nombre de start-ups devrait augmenter dans les années à venir. Les entreprises axées sur le marché intérieur telles qu’Ola, Zomato, OYO et Flipkart ont incité les entreprises à se concentrer davantage sur les marchés nationaux.

 

Les défis de l’industrie informatique indienne

Bien que l’industrie technologique soit l’une des industries les plus recherchées en matière d’emploi en Inde, l’industrie informatique indienne s’est principalement présentée comme une destination majeure de sous-traitance fiable. Cela a fait de l’Inde un pays en retard par rapport à des pays tel que les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine concernant l’adoption de technologies de pointe pour leurs opérations. Les défis auxquels est confrontée l’industrie informatique indienne sont énumérés ci-dessous :

Avec l’augmentation de la demande de compétences talentueuses dans les technologies numériques émergentes, les entreprises offrent de meilleurs salaires et des plans de rémunération attractifs pour attirer les employés. Cette demande a encore alimenté les taux d’attrition déjà élevés dans les entreprises informatiques. Le financement des start-ups axées sur la technologie a également augmenté de manière exponentielle, ce qui a permis aux start-ups d’investir davantage dans la recherche de talents en informatique. En plus de ces facteurs majeurs, des alternatives pour les personnes talentueuses en technologie ont également émergé, les poussant à se tourner vers d’autres secteurs.

L’industrie informatique indienne est confrontée à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, la blockchain, l’Internet des objets et la cybersécurité. L’offre représente un tiers de la demande totale dans ces technologies émergentes.

Avec l’arrivée de la Covid-19, de nombreuses industries ayant recours aux services informatiques, comme les voyages et le tourisme, l’hôtellerie et l’aviation, ont été durement touchées et n’ont pas encore complétement récupéré. Cela a poussé les entreprises à limiter les dépenses en services informatiques. Les secteurs moins touchés, tels que la BFSI sont en mode conservation de liquidités (acronyme qui désigne le secteur des services financiers: Banking, Financial Services, and Insurance en anglais. Il englobe un large éventail d’entreprises et d’institutions financières, notamment les banques, les sociétés de services financiers, les compagnies d’assurance, les sociétés de gestion d’actifs et d’autres acteurs du secteur financier.

 Le travail à domicile (WFH) présente des défis uniques en raison du manque de supervision ou de ressources à consulter en cas de besoin. La disponibilité de l’infrastructure sous forme d’ordinateurs, de bande passante Internet parfois fragile et de préoccupations en matière de sécurité posent des problèmes aux entreprises informatiques.

 

Des Initiatives clés du gouvernement indien dans le domaine de l’informatique

Le gouvernement indien a promu l’interface de paiement unifié (UPI) et a déployé des efforts en vue d’une infrastructure améliorée et de l’adoption d’une infrastructure numérique, ce qui a entraîné une augmentation de la part de marché des paiements numériques. Cela a permis à plusieurs fournisseurs de services de s’impliquer dans l’écosystème des paiements électroniques.

L’Indian Computer Emergency Response Team (CERT) du gouvernement exploite le centre de nettoyage de botnets et d’analyse de logiciels malveillants appelé Cyber Swachhta Kendra, dans le but de créer un écosystème cybernétique sécurisé dans le pays. Ce centre vise également à sensibiliser les citoyens indiens aux infections par botnet et logiciels malveillants, ainsi qu’aux mesures nécessaires pour sécuriser leurs appareils. Le gouvernement indien a affecté 12 millions d’euros pour la création de centres d’innovation dans le domaine de l’IoT.

Une force de travail sur l’intelligence artificielle a été créée sous le ministère du Commerce et de l’Industrie afin d’élaborer des stratégies visant à encourager l’avancement de l’IA, de l’apprentissage automatique et des technologies connexes. Le gouvernement indien, dans le cadre de la campagne “Digital India”, a alloué environ 480 millions de dollars pour promouvoir l’IA, l’apprentissage automatique et l’IoT. Le gouvernement a également ouvert 9 centres d’excellence (COE) pour amener l’intelligence artificielle au niveau de base.

Le gouvernement indien encourage de plus en plus l’éducation numérique par le biais de diverses plates-formes telles que eBasta, Swayam, Diksha et ePaatshaala. Le programme “Make in India” promu par le gouvernement devrait stimuler l’utilisation de robots dans l’industrie, car la deuxième phase se concentre spécialement sur la robotique. Certains programmes ont été lancés par le NITI Aayog pour promouvoir l’industrie 4.0, axée sur le big data, la cybersécurité et la robotique.

 

Par Navidh Mansoor, rédacteur en Chef adjoint de Croissance Investissement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *