lun. Mar 4th, 2024

Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro


Les résultats du quatrième trimestre en Europe viennent de commencer et méritent d’être surveillés. Ils sont parmi les plus déprimés au monde et les plus sensibles à toute nouvelle moins mauvaise. La croissance des bénéfices de l’Europe a probablement chuté au dernier trimestre et l’histoire montre qu’elle sera à la tête de toute reprise mondiale. L’économie européenne est déjà faible, ses marchés boursiers sont cycliques et ses actions sont caractérisées par de faibles marges bénéficiaires, un endettement élevé et la mondialisation. Cette situation a conduit la croissance relative des bénéfices à des niveaux très bas par rapport aux États-Unis (voir le graphique). Mais il reste l’espoir d’un fort rebond lorsque les PMI régionaux commenceront à se stabiliser et que la BCE commencera à réduire ses taux d’intérêt. Les bénéfices du quatrième trimestre démarrent en force, de Richemont à ASML.

La croissance des bénéfices européens est généralement plus faible et plus cyclique que celle du S&P 500. Cela s’explique par trois facteurs principaux :

  • 1) La croissance économique est plus faible. La région flirte avec la récession alors que le PIB américain continue de croître de plus de 2 %. Les revenus chutent de 4 % en Europe contre une croissance à un chiffre aux États-Unis.
  • 2) Les secteurs cycliques sont plus importants. Les secteurs de la finance et de l’industrie sont les plus importants, représentant un tiers de l’indice, contre des secteurs technologiques défensifs de croissance de taille similaire aux États-Unis.
  • 3) La rentabilité est plus faible. Les marges bénéficiaires nettes sont inférieures à 9 %, soit bien moins qu’aux États-Unis, tandis que l’endettement des entreprises est un quart plus élevé, à 100 % du PIB. L’action européenne moyenne réalise la moitié de son chiffre d’affaires à l’étranger.

Les prévisions de croissance des bénéfices du Stoxx 600 européen pour le quatrième trimestre sont faibles, à -9 %. Et elles ont plongé, passant de -5% il y a seulement trois semaines. La croissance se concentre sur les secteurs de la consommation discrétionnaire, de la santé et de l’immobilier, les plus gros freins aux bénéfices provenant des matières premières et des services publics à forte intensité d’énergie renouvelable. Il est intéressant de noter que la croissance des bénéfices est considérée comme meilleure sur les marchés boursiers les plus déprimés et les plus axés sur la mondialisation, tels que la Suède et l’Allemagne, tandis que les Pays-Bas, la France et le Royaume-Uni enregistrent un recul de la croissance des bénéfices. Les valorisations du Stoxx 600 sont inférieures de plus de 10 % à leur ratio cours/bénéfice moyen à long terme de 14,5 fois, et de 35 % à celles du S&P 500.

Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *