mar. Avr 23rd, 2024

Commentaire de Simon Peters, analyste de marchés chez eToro


Les marchés des crypto-actifs ont largement conservé leurs gains récents, bien que l’on continue à parler d’un potentiel repli à court terme.  

Le Bitcoin est resté pendant la majeure partie de la semaine dernière dans la partie supérieure de la fourchette 27k-$28k, à l’exception d’un épisode de volatilité mercredi avec un pic au-dessus de $28,400 et une chute en dessous de $27,000. Il s’est rapidement redressé et continue de s’échanger autour de la barre des 27 500 dollars au moment où nous écrivons ces lignes. 

L’Ethereum a connu une semaine un peu plus agitée, commençant sur une trajectoire généralement descendante vers la barre des 1 700 $, mais se redressant finalement pour atteindre un sommet hebdomadaire de plus de 1 800 $ et s’échangeant actuellement autour de 1 740 $ ce matin. 

Le bitcoin se bat pour réaffirmer son statut de valeur refuge

La semaine dernière, nous avons parlé d’un changement de discours autour du bitcoin et de son statut dans l’écosystème financier, dans le sillage des inquiétudes liées à la crise bancaire américaine et aux turbulences plus générales dans les services financiers. 

Ces inquiétudes persistent bien sûr, tout comme l’incertitude quant à la trajectoire à court terme du cours du bitcoin – ce qui ne diminue en rien les discussions sur le “renouveau”, mais nous rappelle, je pense, une tension dans le tissu et la perception du bitcoin en tant qu’actif. 

Le bitcoin a toujours été un actif intéressant dans la mesure où il est considéré à la fois comme un “actif à risque” et comme une valeur refuge. Le statut d’actif à risque vient du fait que son prix par rapport aux monnaies fiduciaires peut être très volatil et dépendre de facteurs de l’environnement macroéconomique. Mais il est également considéré comme une valeur refuge potentielle parce qu’il s’agit d’un réseau décentralisé, sans confiance et sans autorisation, qui existe en dehors du système financier traditionnel – lequel, comme nous l’avons vu, peut être instable et sujet à des crises.

La plupart du temps, il est facile de confondre ces deux composantes, l’activité des prix faisant pencher la balance du sentiment des investisseurs. Toutefois, ces dernières semaines ont mis en évidence la différence entre la volatilité du marché et la stabilité structurelle, une distinction qui pourrait encore s’avérer essentielle pour l’attrait et le potentiel futur du bitcoin. 

Les débuts du Nasdaq pour la conservation des cryptoactifs approchent, signe d’une demande institutionnelle soutenue

Selon un rapport de Bloomberg publié vendredi, l’opérateur boursier Nasdaq Inc. est en bonne voie pour lancer ses services de garde d’actifs numériques d’ici la fin du deuxième trimestre. 

Ira Auerbach, premier vice-président et responsable de Nasdaq Digital Assets, a confirmé que l’entreprise préparait l’infrastructure technique nécessaire et cherchait à obtenir les autorisations réglementaires requises pour un lancement dans les mois à venir, après que les plans pour ces services ont été dévoilés pour la première fois en septembre dernier.

Après quelques mois difficiles dans l’arène DeFi, l’engagement d’un acteur majeur dans le secteur est un rappel bienvenu de la demande persistante des investisseurs institutionnels, qui a longtemps été anticipée comme un moteur majeur de l’adoption plus large des crypto-monnaies. 

BlackRock continue d’explorer l’écosystème des actifs numériques

L’annonce du service de garde du Nasdaq suit de près le discours d’un autre géant de la finance traditionnelle sur le DeFi. 

Dans sa lettre annuelle, Larry Fink, PDG de la plus grande société de gestion d’actifs au monde, BlackRock, a déclaré aux investisseurs que l’entreprise “continue d’explorer l’écosystème des actifs numériques”, y compris des possibilités telles que la tokenisation des actions et des obligations. 

M. Fink a fait remarquer que le secteur “mûrissait” et que, malgré les risques élevés et la nécessité d’une réglementation plus poussée, son équipe suivait de près l’évolution de la situation, en particulier les progrès des paiements numériques dans les marchés émergents tels que l’Inde et le Brésil. 

Une fois de plus, cette attention éminente sera une bonne nouvelle pour un secteur dont la résilience a été mise à rude épreuve ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *