dim. Juin 23rd, 2024

Le cycle des taux d’intérêt mondiaux a commencé à tourner et le compte à rebours des baisses de taux a commencé. Cela a des implications importantes pour les marchés des devises, certaines étant plus vulnérables que d’autres à la baisse des taux d’intérêt, et la force du dollar américain exerçant une pression sur tous les marchés. Les réductions de taux dans les pays d’Amérique latine ont été accompagnées d’une résistance continue et rassurante des devises, compensant leurs valorisations élevées, car leurs taux d’intérêt réels restent élevés (voir le graphique). Les États-Unis (DXY) et le Canada (CAD) seront probablement les premières grandes banques à réduire leurs taux l’année prochaine, ce qui les rassurera. En revanche, la baisse de taux trop ambitieuse de la Pologne, la première en Europe, montre les risques, avec un zloty surévalué et des taux réels très négatifs. Cette situation sera préoccupante pour les autres monnaies européennes à faible rendement.

Les pays d’Amérique latine ont été à l’avant-garde des réductions de taux, ayant procédé aux hausses les plus précoces et les plus fortes. Le real (BRL) a conservé la plupart de ses gains mondiaux, tandis que le peso chilien (CLP) s’est affaibli, probablement en raison des faibles perspectives de son premier partenaire commercial, la Chine. Le zloty (PLN) a plongé après la baisse surprise des taux de la banque centrale avant les élections générales du 15 octobre. Cette baisse apparemment politique a contraint le gouvernement à intervenir verbalement. Le RMB chinois a souffert des baisses de taux d’intérêt au compte-gouttes, mais il est soutenu par les contrôles de capitaux et les réserves de change les plus importantes au monde. Le Japon (JPY) et la Turquie (TRY) restent les valeurs aberrantes du monde des changes et les plus sensibles aux perspectives d’inflation et de taux d’intérêt.

Des taux d’intérêt supérieurs à l’inflation devraient placer ces économies en bonne position pour attirer les capitaux, ce qui soutiendra leurs économies et leurs monnaies. La Turquie, le Brésil et le Mexique ont les taux réels les plus élevés au monde. La Suède, la Pologne et le Japon sont parmi LES plus négatifs. Nous comparons ces taux aux estimations de la Banque des règlements internationaux (BRI) concernant les valorisations corrigées de l’inflation. Le peso mexicain (MXN) et la couronne tchèque (CZK) sont des valeurs aberrantes, tandis que le Japon et la Turquie sont les moins chers.

Ben Laidler, Global Market Strategist chez eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *