ven. Juin 14th, 2024

Aujourd’hui marque le lancement de la 18e édition de l’indice mondial de la paix (GPI) publié par le groupe de réflexion international Institute for Economics & Peace (IEP), qui révèle que le monde est à la croisée des chemins. Sans un effort concerté, il y a un risque de recrudescence des conflits majeurs.

Principaux résultats

  • La paix s’est détériorée dans 97 pays, soit plus qu’au cours de toute autre année depuis la création de l’indice mondial de la paix en 2008.
  • Les conflits à Gaza et en Ukraine ont été les principaux moteurs de la baisse de la paix dans le monde, alors que le nombre de morts au combat a atteint 162 000 en 2023.
  • 92 pays sont actuellement impliqués dans des conflits au-delà de leurs frontières, soit plus que jamais depuis la création de l’indice mondial de la paix.
  • Le premier système de notation militaire en son genre suggère que les capacités militaires des États-Unis sont jusqu’à trois fois supérieures à celles de la Chine.
  • L’impact économique mondial de la violence atteindra 19 100 milliards de dollars en 2023, soit 13,5 % du PIB mondial. L’exposition aux conflits représente un risque important pour la chaîne d’approvisionnement des gouvernements et des entreprises.
  • La militarisation a enregistré sa plus forte détérioration annuelle depuis le lancement de l’indice mondial de la paix, puisque 108 pays sont devenus plus militarisés.
  • 110 millions de personnes sont soit réfugiées, soit déplacées à l’intérieur de leur pays en raison d’un conflit violent, 16 pays accueillant actuellement plus d’un demi-million de réfugiés.
  • L’Amérique du Nord a connu la plus forte détérioration régionale, en raison de l’augmentation des crimes violents et de la peur de la violence.

On compte actuellement 56 conflits dans le monde, soit le plus grand nombre depuis la Seconde Guerre mondiale. Ils sont devenus plus internationaux avec 92 pays impliqués dans des conflits en dehors de leurs frontières, un record depuis la création du GPI. L’augmentation du nombre de conflits mineurs accroît la probabilité de voir apparaître d’autres conflits majeurs à l’avenir. Par exemple, en 2019, l’Éthiopie, l’Ukraine et Gaza ont toutes été identifiées comme des conflits mineurs.

L’année dernière a enregistré 162 000 décès liés à des conflits. Il s’agit du deuxième bilan le plus élevé de ces 30 dernières années, les conflits en Ukraine et à Gaza représentant près des trois quarts des décès. L’Ukraine a représenté plus de la moitié de ces décès, avec 83 000 décès, et les estimations s’élèvent à au moins 33 000 pour la Palestine jusqu’en avril 2024. Au cours des quatre premiers mois de 2024, le nombre de décès liés à des conflits s’est élevé à 47 000 dans le monde. Si le même taux se maintient pour le reste de l’année, il s’agira du nombre le plus élevé de décès liés à un conflit depuis le génocide rwandais de 1994.

L’impact économique mondial de la violence en 2023 s’est élevé à 19 100 milliards de dollars, soit 2 380 dollars par personne. Il s’agit d’une augmentation de 158 milliards de dollars, due en grande partie à une augmentation de 20 % des pertes de PIB dues aux conflits. Les dépenses consacrées à la consolidation et au maintien de la paix se sont élevées à 49,6 milliards de dollars, soit moins de 0,6 % du total des dépenses militaires.

L’Islande reste le pays le plus pacifique, une place qu’elle occupe depuis 2008, suivie de l’Irlande, de l’Autriche, de la Nouvelle-Zélande et de Singapour, un nouveau venu dans le top cinq. Le Yémen a remplacé l’Afghanistan en tant que pays le moins pacifique au monde. Il est suivi par le Soudan, le Sud-Soudan, l’Afghanistan et l’Ukraine.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) restent la région la moins pacifique. Elle abrite quatre des dix pays les moins pacifiques au monde et les deux moins pacifiques, le Soudan et le Yémen. Malgré cela, les Émirats arabes unis ont enregistré la plus forte amélioration de la paix dans la région, gagnant 31 places pour se hisser au 53e rang en 2024.

Bien que la plupart des indicateurs de paix se soient détériorés au cours des 18 dernières années, le taux d’homicide a baissé dans 112 pays, tandis que la perception de la criminalité s’est améliorée dans 96 pays.

Steve Killelea, fondateur et président exécutif de l’IEP, a déclaré « Au cours de la dernière décennie, la paix a reculé au cours de neuf des dix dernières années. Nous assistons à un nombre record de conflits, à une augmentation de la militarisation et à une concurrence stratégique internationale accrue. Les conflits ont un impact négatif sur l’économie mondiale, et les risques commerciaux liés à ces conflits n’ont jamais été aussi élevés, ce qui aggrave les vulnérabilités économiques mondiales actuelles. »

« Il est impératif que les gouvernements et les entreprises du monde entier intensifient leurs efforts pour résoudre les nombreux conflits mineurs avant qu’ils ne dégénèrent en crises plus graves. Quatre-vingts ans se sont écoulés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et les crises actuelles soulignent l’urgence pour les dirigeants du monde de s’engager à investir dans la résolution de ces conflits. »

Évolution de la nature des conflits

À mesure que les conflits s’étendent et s’internationalisent, leur complexité croissante réduit les chances de parvenir à des solutions durables. L’Ukraine et Gaza sont des exemples de griefs historiques permanents ou de « guerres éternelles » sans résolution claire. Le nombre de conflits aboutissant à une victoire décisive de l’une ou l’autre des parties est passé de 49 % dans les années 1970 à moins de 9 % dans les années 2010. Au cours de la même période, le nombre de conflits qui ont pris fin grâce à des accords de paix est passé de 23 % à un peu plus de 4 %.

L’impact des technologies de guerre asymétrique est un autre facteur clé qui redéfinit la nature des conflits. En effet, il est beaucoup plus facile pour les groupes non étatiques, ainsi que pour les États plus petits ou moins puissants, de rivaliser dans les conflits avec des États ou des gouvernements plus importants. Le nombre d’États utilisant des drones est passé de 16 à 40, soit une augmentation de 150 % entre 2018 et 2023. Au cours de la même période, le nombre de groupes non étatiques qui ont commis au moins une attaque de drone est passé de 6 à 91, soit une augmentation de plus de 1 400 %.

Tensions au Moyen-Orient

En raison de la guerre de Gaza, le classement d’Israël est tombé à un niveau historiquement bas (155e), ce qui représente la plus forte détérioration de la paix dans l’IPS 2024. Cependant, au cours de la dernière décennie, la Palestine a connu la plus forte détérioration, passant à la 45e place. Soulignant les tensions croissantes, les articles des médias israéliens faisant état d’un sentiment négatif à l’égard des Palestiniens sont passés d’un peu plus de 30 % en 1999 à 92 % début 2023, tandis que les articles faisant état d’un sentiment négatif des médias palestiniens à l’égard des Israéliens sont passés d’un peu moins de 30 % en 1999 à 85 % début 2023.

Le conflit a également plongé toute la région du Moyen-Orient dans la crise, impliquant la Syrie, l’Iran, le Liban et le Yémen, avec des conséquences économiques croissantes et un risque élevé de guerre ouverte. Une nouvelle escalade du conflit aurait de graves répercussions sur l’économie mondiale et pourrait déclencher une récession à l’échelle planétaire. Pour preuve, l’économie syrienne s’est contractée de plus de 85 % après le début de la guerre civile en 2011, et l’économie ukrainienne s’est contractée de 29 % dans l’année qui a suivi le début du conflit en 2022.

Capacité militaire mondiale

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la militarisation a augmenté dans 91 pays, inversant la tendance des 15 années précédentes. Compte tenu des engagements futurs de nombreux pays en matière de dépenses militaires, il est peu probable que la situation s’améliore dans les prochaines années.

L’évolution de la dynamique de la guerre a entraîné une diminution du nombre de soldats, tandis que la sophistication technologique s’est accrue. Au cours de la dernière décennie, 100 pays ont réduit les effectifs de leurs forces armées, alors que la capacité militaire mondiale a augmenté de plus de 10 %.

L’étude de l’IEP, la première du genre, calcule la capacité militaire des pays en combinant la sophistication militaire, la technologie et l’état de préparation au combat. Elle révèle que les États-Unis ont une capacité militaire nettement supérieure à celle de la Chine, qui est suivie de près par la Russie. Les approches traditionnelles de mesure de la capacité militaire se limitent généralement au nombre de moyens militaires.

Aperçu régional

  • L’Europe reste la région la plus pacifique, mais elle a enregistré sa plus forte augmentation annuelle des dépenses militaires depuis le lancement du GPI.
  • L’Amérique du Nord a enregistré la plus forte détérioration régionale de la paix, avec une baisse d’un peu moins de 5 %. Les États-Unis et le Canada ont tous deux enregistré des détériorations significatives, principalement dues à l’augmentation des crimes violents et de la peur de la violence.
  • L’Afrique subsaharienne est désormais la deuxième région la moins pacifique, derrière la région MENA, car elle est confrontée à plusieurs crises sécuritaires, notamment à l’augmentation des troubles politiques et du terrorisme dans le Sahel central.
  • L’Asie-Pacifique reste la deuxième région la plus pacifique, avec un léger recul de la paix. La Papouasie-Nouvelle-Guinée a enregistré la pire détérioration de la région, en raison de l’intensification de la violence tribale due à des conflits territoriaux et fonciers.
  • L’Amérique centrale et les Caraïbes ont connu un léger recul de la paix, car des pays comme Haïti ont dû faire face à des niveaux élevés de criminalité organisée et de troubles civils. Malgré cela, le Salvador a enregistré l’amélioration de la paix la plus importante au monde.
  • L’Amérique du Sud a connu la deuxième plus forte baisse de paix avec une détérioration de 3,6 %. Les changements les plus importants ont été observés pour les indicateurs du taux d’homicide, de l’échelle de terreur politique et de l’intensité des conflits internes.

NOTES À L’ATTENTION DES ÉDITEURS

Pour plus d’informations et pour télécharger le Global Peace Index 2024, rendez-vous sur les sites visionofhumanity.org et economicsandpeace.org. Le rapport complet du GPI, les articles et les cartes interactives sont disponibles à l’adresse : visionofhumanity.org 

X : @globpeaceindex

Facebook : facebook.com/globalpeaceindex

Instagram : instagram.com/globalpeaceindex

À propos du Global Peace Index (GPI)

Produit par l’Institute for Economics & Peace (IEP), un groupe de réflexion international, le rapport du GPI présente, en s’appuyant sur des données, l’analyse la plus complète à ce jour effectuée sur la paix, sa valeur économique, les tendances et la manière de développer des sociétés pacifiques. Le rapport couvre 99,7 % de la population mondiale et utilise 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs provenant de sources très respectées pour établir l’indice. Ces indicateurs sont regroupés en trois domaines clés : les conflits en cours, la sûreté et la sécurité, et la militarisation.

À propos de l’Institute for Economics & Peace (IEP)

L’IEP est un groupe de réflexion international indépendant dont le but est de porter l’attention du monde sur la paix en tant que mesure positive, tangible et atteignable pour le bien et le progrès de l’humanité. Il possède des bureaux à Sydney, Bruxelles, New York, La Haye, Mexico et Nairobi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *