lun. Mai 27th, 2024

Les discussions sur la politique monétaire du Federal Open Market Committee (FOMC) ont attiré l’attention sur l’économie américaine et son impact potentiel sur le dollar et le marché boursier. 

“Nous prévoyons une hausse des taux de 25 points de base le 26 juillet, après une pause en juin. L’accent est mis sur la poursuite du resserrement monétaire, stimulé par les bonnes performances de l’économie nationale, en particulier la résistance remarquable du marché du travail et de la consommation.”, explique Timur Turlov, PDG de Freedom Holding Corp. et fondateur de Freedom Finance Europe.

 

Ces attentes sont conformes aux prévisions de la communauté des investisseurs pour le reste de l’année, ce qui suggère que la hausse des taux de juillet sera probablement la dernière de l’année. Dans le cas contraire, la Fed risque de déclencher une récession au lieu d’un “atterrissage en douceur” de l’économie, ce qui semblait impossible en 2022 pour la plupart des acteurs du marché. La fin du cycle de hausse des taux entraînera une chute de l’indice du dollar (DXY) dans la fourchette de 90 à 100 points, et la monnaie américaine affichera une certaine faiblesse au cours des 12 à 18 prochains mois. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à une baisse importante du dollar, qui reste l’une des monnaies les plus stables au monde.

Pour les petits investisseurs, la baisse du billet vert est plutôt un facteur positif. Les aspects défavorables de la faiblesse des devises sont compensés par les revenus internationaux et, surtout, par l’intérêt des investisseurs étrangers. À la fin du premier trimestre, les entreprises réalisant plus de 50 % de leur chiffre d’affaires aux États-Unis ont enregistré une augmentation de plus de 6 %, avec des bénéfices en hausse de près de 3 %. Ce sont ces émetteurs, dont le géant Amazon (AMZN), qui ont tiré la croissance du S&P 500 au premier semestre. 

Les entreprises qui génèrent plus de 50 % de leur chiffre d’affaires en dehors des États-Unis ont enregistré, de janvier à mars, une baisse de leur chiffre d’affaires et de leurs bénéfices de plus de 2 % et 10 %, respectivement. 

Ce sont vraisemblablement les entreprises ayant une forte proportion de revenus internationaux qui pourront fournir aux investisseurs des revenus plus élevés que les autres membres du S&P 500. Par conséquent, l’indice général du marché continuera de progresser à horizon un an, mais au détriment des actions dont les revenus sont majoritairement d’origine étrangère. 

Parmi les secteurs clés à surveiller figurent les matières premières et les technologies de l’information. Cela inclut les géants de la technologie comme Amazon (AMZN), Alphabet (GOOGL), Microsoft (MSFT) et Nvidia (NVDA), ainsi que des acteurs industriels comme Linde (LIN), Air Products and Chemicals (APD) et Freeport-McMoRan (FCX), de même que la société de télécommunications T-Mobile (TMUS) et Meta Platforms (META).

 

Le matériel présenté n’est pas destiné à représenter un “conseil en investissement” ou à fournir des services de “recherche en investissement”. Il est important de procéder à votre propre analyse avant d’effectuer un quelconque investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *