Le taux 10 ans se détend légèrement à environ 4.85% aux Etats-Unis, 2.85% en Allemagne et 3.45% en France. Le Brent recule à moins 90$/baril, l’or est ferme à près de 2000 $/once. Les marchés actions affichent des performances disparates en sanctionnant durement les résultats d’entreprise décevants. Le dollar varie peu (€/$ ≈ 1.06, $/¥ ≈ 150).

BCE, unanime, maintient le cap

Comme attendu, les taux sont inchangés (4% sur le dépôt). Ils permettraient d’atteindre l’objectif d’inflation s’ils sont maintenus longtemps. La réduction du bilan n’a pas été discutée, le taux des réserves obligatoires ou leur rémunération non plus. Il est vrai que le durcissement des conditions de crédit se poursuit au 4ème trimestre et que la dynamique de prêts au secteur privé s’affaiblit. Quant aux enquêtes PMI d’octobre, elles confirment la perte de vitesse de l’activité.

Aux Etats-Unis, l’activité résiste mieux que prévu à la hausse des taux

Le PIB réel au 3ème trimestre surprend à +4.9% qoq annualisé et +2.9% l’an, tiré par la consommation, les dépenses publiques et les stocks. Les dépenses des ménages augmentent aux dépens de l’épargne dont le taux tombe à 3.4% en septembre. Le retournement du cycle de l’investissement à la baisse se confirme mais la contribution de l’immobilier à la croissance redevient positive au 3ème trimestre. L’inflation cœur PCE recule lentement comme attendu à 3.7% l’an en septembre. L’indicateur de la Fed signale une détérioration étonnamment modeste des conditions financières, surtout au vu de l’envolée des taux.

L’activité et la confiance restent déprimées en France

Le recul du chômage s’interrompt avec 2.82 M demandeurs d’emploi au 3ème trimestre. Le moral des ménages est toujours en berne en octobre. Les enquêtes PMI pointent au mieux vers une stagnation de l’activité.

Moins de rigueur budgétaire et davantage de soutien en Chine

Les autorités annoncent 1000 Mrds de yuans (0.8% PIB) pour des projets d’infrastructure financés par émission de titres d’Etat en 2023, gonflant le déficit budgétaire à 3.8%, nettement au-dessus de la cible usuelle de 3%.

A propos de BFT Investment Managers

Avec 32 milliards d’euros** d’actifs gérés pour le compte de clients institutionnels et distributeurs, BFT Investment Managers fait partie des dix premières sociétés de gestion sur le marché français des OPC. Depuis plus de 35 ans, la performance de ses solutions d’investissement sur toutes les classes d’actifs (monétaire, obligataire, actions et multi assets), associée à une gestion rigoureuse des risques, constitue la première de ses missions. Filiale d’Amundi, BFT Investment Managers combine la réactivité d’une entreprise à taille humaine associée à la puissance du leader européen de l’Asset Management. Fidèle à la raison d’être de son groupe d’appartenance, BFT Investment Managers cherche « à agir chaque jour dans l’intérêt de ses clients et de la société » en étant un acteur du financement durable de l’économie. Avec 100 % des encours de ses gammes de fonds ouverts* ayant obtenus le label ISR d’Etat, BFT Investment Managers redonne un sens au rendement et ambitionne d’aller encore plus loin avec une démarche « Investir en France avec impact » comme en témoigne BFT France Emploi ISR, son premier fonds à impact.

* Périmètre des fonds éligibles, hors fonds à échéance.
** au 30 juin 2022. Données BFT Investment Managers
.

Par Jeanne Asseraf-BittonResponsable de la Recherche et Stratégie de BFT IM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *