jeu. Avr 25th, 2024

La consommation domine l’économie américaine, avec deux tiers du PIB, et sa résistance est la principale raison pour laquelle le pays n’est pas en récession. La bonne nouvelle, c’est que les consommateurs disposent encore d’une épargne pandémique importante (voir le graphique), et que la baisse de l’inflation leur redonnera du pouvoir d’achat. Cela permet d’amortir l’affaiblissement du marché de l’emploi, qui déprimera encore plus la confiance, et le ralentissement macroéconomique plus général. Mais jusqu’à présent, il s’agit de “voir ce qu’ils achètent, pas ce qu’ils disent”. Les prévisions de l’industrie tablent sur une légère décélération par rapport aux 7 % de croissance du commerce de détail de l’année dernière, pour atteindre un taux toujours supérieur à la moyenne de 4 à 6 %. Mais la réorientation des dépenses, des biens discrétionnaires vers les biens de première nécessité et les services, apparaît clairement dans les résultats du premier trimestre et entraîne une divergence des prix des actions.

La combinaison d’un soutien gouvernemental sans précédent et d’une baisse des dépenses de services a entraîné un boom de l’épargne pandémique estimé à 2 100 milliards de dollars, soit 8 % du PIB. Les trois quarts de cette épargne ont maintenant été dépensés. Mais on estime qu’il reste 500 milliards de dollars, l’épargne liquide étant plus élevée que la normale à tous les niveaux de revenus. Cette somme est suffisante pour soutenir le consommateur au moins jusqu’à la fin de l’année. Il s’agit d’un amortisseur essentiel face aux vents contraires qui s’accumulent sur le plan macroéconomique et sur le marché de l’emploi, notamment :

  1. l’impact décalé des taux d’intérêt de 5 %,
  2. la peur des banques qui couve, et
  3. les réductions de dépenses à venir dans le cadre du plafond de la dette.  

Mais les consommateurs dépensent différemment. Les soins personnels et l’épicerie de base, ainsi que les produits de luxe, sont en croissance, tandis que le commerce en ligne enregistre des gains structurels de parts de marché. Walmart, le plus grand détaillant au monde, publie aujourd’hui un rapport sur ses ventes à magasins comparables, qui continuent d’augmenter d’environ 5 %. Les discounters, comme Dollar General, ajoutent plus de 1 200 magasins cette année. Mais les biens plus coûteux et discrétionnaires souffrent de l’augmentation des coûts de financement, de la gueule de bois de la demande pandémique et d’un manque de confiance. Cela est évident, qu’il s’agisse de l’amélioration de l’habitat ou de l’ameublement, de l’avertissement de Home Depot ou des faibles perspectives de Target pour le deuxième trimestre.

Ben Laidler, Global Market Strategist chez eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *