jeu. Juil 25th, 2024

Robert Habeck, ministre de l’Economie et de la Protection du Climat de la République fédérale d’Allemagne, a invité Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, et Adolfo Urso, ministre des Entreprises et du Made in Italy de la République italienne, à Berlin aujourd’hui lundi 26 juin. Les ministres ont principalement discuté des moyens permettant de sécuriser l’approvisionnement en matières premières critiques (MPC). Des représentants de l’industrie ont également assisté à la réunion.

La série de crises que l’Europe a traversée[MS1]  depuis 2020 a confirmé l’urgence de repenser le positionnement de l’Union européenne dans les chaînes de valeur mondiales, en particulier pour les minéraux et métaux critiques (lithium, nickel, terres rares, gallium, tungstène…) dont nous dépendons pour construire de nombreux équipements, qu’il s’agisse de cellules photovoltaïques, d’éoliennes ou d’équipements électroniques plus globalement. Portée par la transition verte et numérique, la demande en métaux et minerais augmente de façon exponentielle, tandis que la rareté de l’offre intensifie la concurrence mondiale. C’est la raison pour laquelle les matières premières critiques ont été listées dans l’agenda de Versailles en 2022 parmi les six secteurs prioritaires pour réduire les dépendances stratégiques de l’Union européenne.

Au cours de leur réunion, les trois ministres ont échangé leurs points de vue sur les défis à venir. L’Allemagne, la France et l’Italie se sont accordées pour coordonner les propositions qu’elles expriment dans les forums internationaux, tels que les groupes de travail du G7, et sur des positions communes concernant la loi européenne sur les matières premières critiques (Critical Raw Materials Act – CRMA), devant alimenter la suite des négociations.

En ce qui concerne le CRMA, les trois pays appellent à une conclusion rapide des discussions au Conseil et avec le Parlement, tout en parvenant à un texte ambitieux. Ils défendent notamment :

  • Une déclinaison des objectifs d’extraction, de traitement et de recyclage par matière première stratégique (MPS)
  • Le renforcement des mesures visant à promouvoir la réutilisation et le recyclage des matières premières stratégiques et des matières premières critiques (MPS/MPC) en Europe
  • Des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ambitieux
  • L’extension des listes des MPS/MPC, notamment afin d’inclure l’aluminium.

Pour sécuriser l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, de l’extraction minière à la transformation et au recyclage, les trois ministres ont convenu [MS2] d’intensifier leur coopération au niveau des projets, en échangeant leurs données et en partageant les critères de soutien (avec une forte promotion des normes environnementales, sociales et de gouvernance) pouvant s’appliquer à des investissements conjoints dans des projets stratégiques.

Pour incarner leur coopération, l’Italie, la France et l’Allemagne ont décidé de créer un groupe de travail réunissant des experts de leurs administrations respectives, dont le mandat sera d’assurer le suivi de ces initiatives et de veiller à la réussite de leur mise en œuvre.

Cette réunion marque le début d’une série de rencontres trilatérales visant à renforcer la coopération entre l’Allemagne, la France et l’Italie, dans des domaines économiques clés. La prochaine aura lieu en Italie en octobre 2023.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *