mar. Fév 27th, 2024

Une nouvelle étude de Distrelec révèle que la France est l’un des pays qui offrent le plus d’opportunités dans le domaine de la technologie, à la fois de manière générale, mais également lorsqu’on examine spécifiquement les opportunités de formation dans le domaine de la technologie.

Cette nouvelle intervient alors que La French Tech vient de fêter son 10e anniversaire en octobre, la semaine anniversaire ayant pour but d’ouvrir les portes du secteur technologique à tous les curieux, et en particulier à la jeune génération.

Pour mieux comprendre l’état de l’enseignement technologique et les possibilités de carrière dans 38 pays de l’OCDE, Distrelec a analysé les politiques éducatives et les diverses possibilités de carrière afin de déterminer quels pays sont actuellement les meilleurs « Tech Teachers ».

En ce qui concerne les opportunités globales, la France se classe au 8e rang des pays de l’OCDE, et au 7e rang si l’on considère uniquement les opportunités en matière d’éducation technologique. Cela n’a rien d’étonnant puisque la France est en train de tracer la voie pour soutenir les esprits technologiques en herbe grâce à des initiatives comme le mouvement La French Tech. Depuis son lancement en 2013, on estime que 3 Français sur 5 utilisent chaque mois des solutions proposées par les start-ups de l’écosystème French Tech.

Selon l’étude de Distrelec, plus de la moitié (50,4 %) des Français âgés de 25 à 34 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur et le pays compte actuellement 53 universités d’ingénierie ou de technologie.

Dans le cadre de l’analyse des classements technologiques du Global Skills Report de Coursera, les étudiants français ont obtenu un score de 88/100, ce qui permet à Distrelec de prendre en compte les compétences technologiques non techniques des étudiants français dans son analyse. La section technologique du rapport de Coursera examine spécifiquement les compétences des étudiants en informatique, en technologie de l’information et en mathématiques appliquées.

L’étude de Distrelec s’est également penchée sur le nombre d’opportunités d’emploi pour les Français dans le domaine de la technologie, et a révélé qu’il y a environ 32 emplois disponibles dans le domaine de la technologie pour 100 000 habitants. Si ce chiffre ne semble pas exceptionnel, le pays le moins bien noté dans ce domaine, la Grèce, n’avait que 0,82 emploi disponible pour 100 000 habitants.

De même, Distrelec a également étudié les salaires moyens des techniciens par rapport à la moyenne annuelle du pays et a constaté que les 10 % de développeurs de logiciels les mieux payés en France touchent environ 142,1 % de plus que la moyenne des Français.

Il est clair que les politiques gouvernementales et d’autres initiatives telles que La French Tech ouvrent la voie à des opportunités technologiques accessibles au plus grand nombre de Français possible.

En outre, l’enseignement des technologies étant une matière obligatoire dans les écoles françaises à partir de l’âge de 6 ans, il est clair que la France montre l’exemple et donne le ton aux autres pays de l’OCDE lorsqu’il s’agit de veiller à ce que les jeunes aient accès aux possibilités offertes par les technologies. Mais pour que la soif de technologie persiste pour les générations futures, les pionniers et les visionnaires de la technologie doivent continuer à ouvrir la voie aux jeunes talents.

Voici les résultats complets de l’étude:

Le secteur des technologies et, plus largement, des STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques)  est un secteur historiquement peu accessible et dominé par les hommes.  Cependant, ces dernières années ont été marquées par un mouvement visant à rendre les disciplines liées aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (STIM) accessibles à tous, en particulier en encourageant les enfants à s’initier à ces domaines dès leur plus jeune âge.

L’enseignement des disciplines liées aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques revêt une importance cruciale pour le futur de notre planète. Les STIM sont à l’origine de pratiquement toutes les innovations mondiales, voir de chacune d’entre elles. Introduire le monde de la technologie auprès d’un nombre croissant de jeunes esprits est indubitablement le meilleur moyen de libérer tout le potentiel de cette avancée.

Malgré les incitations mondiales en faveur de l’enseignement technologique et la promotion de carrières dans ce domaine, certains pays ne disposent tout simplement pas des mêmes opportunités que d’autres. Afin de mieux comprendre l’état des opportunités technologiques à l’échelle mondiale, nous avons entrepris une analyse approfondie de l’éducation technologique et des perspectives de carrière dans le secteur technologique au sein de 38 pays de l’OCDE. Cette étude a examiné divers facteurs tels que les dépenses publiques en éducation, le nombre d’universités spécialisées en ingénierie et technologie, le volume d’emplois dans le domaine technologique, ainsi que les salaires moyens dans ce secteur. L’objectif était de déterminer quel pays peut être considéré comme le meilleur « professeur de technologie ».

 

D’après notre étude, la Suède se démarque comme le pays préparant le mieux ses citoyens aux opportunités offertes par la technologie, obtenant un score de 75,7 sur 100. La Suède a affiché d’excellents résultats dans tous les domaines que nous avons évalués. Cependant, cela n’est guère surprenant étant donné les mesures mises en place, telles que l’enseignement obligatoire depuis 1842, ainsi que diverses politiques d’innovation.

Dans les années 1990, le gouvernement suédois a déployé un réseau à haut débit, contribuant largement au score élevé du pays. L’accès précoce à Internet rapide a été un facteur déterminant, témoignant de la volonté précoce de la société suédoise d’adopter les technologies modernes au quotidien.

La Suède est suivie de près par la Norvège avec un score de 69,9/100, puis par le Portugal avec 67,7/100 et le Royaume-Uni avec 64,9/100.

D’autres pays bien classés comprennent également la France avec un score de 59,1. Historiquement, les inventeurs français ont joué un rôle crucial dans le développement d’objets tels que la photographie, les générateurs électriques et les réfrigérateurs.

Par ailleurs, il est étonnant de constater que la Suisse ne figure pas parmi les 10 premiers pays de l’OCDE, malgré son statut de leader mondial en matière de dépôt de brevets.

La Turquie a obtenu le score le plus bas dans notre étude en ce qui concerne les opportunités technologiques globales, avec un résultat de 23,8/100. Cependant, malgré ce score modeste, les activités technologiques et de développement en Turquie ont enregistré une croissance significative ces dernières années. Le pays est passé de la 65e à la 37e place sur l’indice mondial de l’innovation entre 2011 et 2023.

La Turquie est suivie par la Lettonie avec un score de 31/100, puis par la Hongrie avec 35,5/100.

Parmi les pays du bas du classement, on retrouve des nations telles que l’Allemagne, qui présente un score de 37,3. Cette performance peut surprendre, étant donné que l’Allemagne abrite l’un des plus grands marchés des technologies de l’information et de la communication (TIC) au monde, ainsi que le plus grand marché des logiciels en Europe, comptant environ plus de 95 000 entreprises informatiques et quelque 1,1 million d’employés en 2022.

Comparaison entre les pays offrant les meilleures opportunités technologiques et ceux qui en offrent le moins

Quels sont les pays de l’OCDE qui préparent le mieux leurs citoyens aux opportunités d’éducation technologique ?

L’intégration de la technologie dans l’éducation est une tendance qui a marqué les mentalités mondiales depuis quelques décennies. Cependant, l’importance, voire la nécessité, de la technologie dans l’éducation s’est accentuée ces dernières années, en particulier depuis le début de la pandémie, où des enfants du monde entier ont été contraints de suivre leurs cours depuis leur domicile.

Si l’utilisation de la technologie dans l’éducation est un outil précieux, l’enseignement dédié de la technologie demeure indéniablement crucial, surtout avec l’émergence de nouvelles technologies telles que l’Internet des Objets (IoT), ouvrant la voie à une expansion croissante des opportunités d’emploi.

Malgré l’obligation de l’enseignement technologique dans les programmes de la plupart des pays de l’OCDE, certains se démarquent davantage que d’autres en matière d’opportunités d’enseignement technologique.

Selon nos recherches, la Suède se positionne également en tant que meilleur pays de l’OCDE en termes d’opportunités d’éducation technologique, obtenant un score de 85,9/100. Cette constatation n’est guère surprenante, compte tenu de la réputation fréquemment attribuée à la Suède en tant que l’un des leaders mondiaux dans le domaine de l’éducation. Bien que la Suède ait une population relativement modeste, elle compte parmi ses atouts certaines des meilleures universités mondiales. Nos recherches ont révélé la présence de 13 universités spécialisées dans l’ingénierie et la technologie dans le pays.

Il est à noter que plus de la moitié (52,3 %) des personnes âgées de 25 à 34 ans en Suède détiennent un diplôme de l’enseignement supérieur, et le pays obtient un score de 99/100 dans le Global Technology Skills Rank de Coursera. Il est intéressant de souligner que la ministre suédoise de l’éducation, Lotta Edholm, a récemment encouragé les élèves suédois à privilégier les livres au détriment des appareils numériques. Cette initiative suggère la nécessité de trouver un équilibre entre l’utilisation physique des technologies et l’apprentissage de celles-ci par des méthodes plus traditionnelles, afin d’assurer le succès de l’enseignement des technologies.

La Norvège se classe en deuxième position avec un score de 84,6, suivie de la Belgique avec 70,6.

Il est intéressant de remarquer que bien que l’Islande occupe la dernière place pour l’ensemble des opportunités technologiques, lorsqu’on isole notre recherche pour ne considérer que les opportunités éducatives, l’Islande se classe quatrième avec un score de 68,6. Il est évident qu’il existe un écart entre l’éducation technologique et les opportunités de carrière dans le pays.

La Turquie occupe également la dernière position dans notre classement de l’éducation technologique, n’obtenant que 18,2 points sur 100. Cependant, la Banque mondiale a noté des améliorations significatives dans le système éducatif turc depuis 2003, suscitant l’espoir d’un avenir prometteur pour les jeunes esprits turcs.

Comparaison entre les pays offrant les meilleures opportunités d’éducation technologique et ceux qui en offrent le moins

Quels sont les pays de l’OCDE qui préparent le mieux leurs citoyens aux opportunités de carrière dans le domaine technologique ?

On peut affirmer que les carrières dans le domaine technologique sont en plein essor, en dépit des préoccupations mondiales quant à la possibilité d’une automatisation par l’intelligence artificielle susceptible de remplacer certains emplois. En 2022, plus de 9 millions de personnes étaient employées en Europe en tant que « spécialistes informatiques ». Cependant, l’écart entre les hommes et les femmes dans le domaine technologique persiste, avec les hommes occupant 81,1 % de ces postes, tandis que les femmes représentent seulement 18,9 %.

De même, les États-Unis comptent plus de 12 millions de travailleurs dans le secteur de la technologie, représentant 35 % des chiffres mondiaux de cette industrie. Néanmoins, la question qui se pose est de savoir quel pays de l’OCDE offre les meilleures opportunités d’emploi pour ceux qui cherchent à travailler dans le secteur technologique.

Il est intéressant de noter qu’en dépit de la part étonnante des États-Unis sur le marché mondial de la technologie, le pays ne se classe qu’au 19e rang dans notre étude. En fait, c’est le Portugal qui est arrivé en tête.

Selon le site d’emploi le plus populaire au Portugal, 5 781 emplois technologiques ont été répertoriés, ce qui équivaut à 56 emplois technologiques disponibles pour 100 000 habitants. Le Portugal est mondialement reconnu pour les opportunités qu’il offre dans le domaine de la technologie et il est en passe de devenir l’un des pôles technologiques de l’Europe.

Certaines personnes estiment que le gouvernement portugais est largement responsable de cette situation, car il a mis en œuvre des politiques et des programmes visant à soutenir la croissance du secteur technologique. Cela inclut notamment des incitations fiscales pour les jeunes entreprises, la création de parcs technologiques et de pépinières d’entreprises, ainsi que de nouveaux financements pour la recherche et le développement.

Notre étude a également révélé que les 10 % de travailleurs les mieux payés au Portugal peuvent s’attendre à gagner jusqu’à 241,45 % du salaire annuel moyen. Par exemple, les développeurs de logiciels à distance au Portugal gagnent en moyenne 108 997 $ par an.

À titre de comparaison, l’Islande s’est avérée être le pays le moins favorable en matière d’opportunités de carrière dans les technologies, avec un score de seulement 14,9 sur notre indice. Nos recherches ont révélé qu’au moment de la rédaction de ce rapport (novembre 2023), seulement 66 emplois technologiques étaient répertoriés en Islande. Cependant, les développeurs de logiciels travaillant à distance en Islande peuvent espérer gagner environ 70,22 % de plus que le salaire annuel moyen.

Il est intéressant de noter que Business Iceland a lancé « Science City » en 2022 dans le but d’attirer des start-ups technologiques à croissance rapide dans sa capitale, Reykjavik. L’efficacité de cette initiative reste à voir, et seul l’avenir pourra nous le dire.

Les autres pays les moins bien classés comprennent l’Italie avec un score de 37,9 et la Finlande avec 32,4. Certaines suggestions laissent entendre que l’Italie éprouve des difficultés à offrir des opportunités de carrière dans la technologie en raison de la rigidité de ses structures contractuelles.

Comparaison entre les pays offrant les meilleures opportunités de carrière dans le secteur technologique et ceux offrant les moins bonnes.

Méthodologie

Les critères permettant de déterminer quel pays de l’OCDE prépare le mieux les enfants et les jeunes aux opportunités offertes par les technologies ont été issus de diverses sources de données, comprenant notamment des documents officiels de l’OCDE, du réseau Eurydice et de l’ONS.

Les données collectées comprennent, entre autres, l’âge auquel l’enseignement technologique est introduit dans les écoles, l’obligation ou non de cet enseignement, le nombre de cours universitaires liés à la technologie par population, le nombre d’emplois disponibles nécessitant des compétences technologiques, le taux d’alphabétisation des adultes, ainsi que le classement mondial en matière de compétences technologiques.

Nous avons attribué à chaque catégorie de données un poids pouvant aller jusqu’à 10 points en fonction de son importance, puis effectué un classement. Les scores ont ensuite été répartis en 10 fourchettes distinctes. En fonction de la position d’une valeur dans ces fourchettes, ainsi que du poids attribué à sa catégorie, les pays ont été attribués des points correspondants.

Ensuite, nous avons combiné les scores de chaque pays, ce qui nous a permis d’obtenir un score normalisé sur 100 %, avant de le convertir en un poids équivalent pour le « score de technologie éducative ».

Il est important de noter qu’une grande partie des données utilisées n’était pas publiquement disponible pour la Corée du Nord, ce qui signifie que seul le score de la Corée du Sud a été inclus dans l’évaluation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *