mar. Juin 18th, 2024

Les dépenses liées à l’organisation des Jeux Olympiques de Paris devraient engendrer la  création d’environ 109 000 emplois, ainsi que 9,3 milliards d’euros de valeur ajoutée. Les  dépenses d’organisation ont des effets d’entraînement sur l’économie française  particulièrement importants comparées à d’autres types de dépenses publiques. 

Les Jeux Olympiques de Paris devraient générer la création de 109 000 emplois et 9,3 milliards d’euros de valeur ajoutée d’après le Modèle d’Impact d’Asterès (MIA). Le  budget total des JO se monterait à 8,4 milliards d’euros d’après les dernières estimations de la  Cour des Comptes1. 4 milliards d’euros sont dédiés à la construction d’infrastructures (Solideo)  et 4,4 milliards d’euros à l’organisation proprement-dite (Cojo, soit des dépenses liées à la  communication, la logistique, la sécurité…). Asterès a fait l’hypothèse que les dépenses  d’organisation seront réparties de façon égale entre douze activités de services (par exemple le  transport, les télécoms, les activités administratives…). Les estimations d’impact d’Asterès en  termes d’emplois sont inférieures à celles avancées par le Comité d’organisation et par son  président Tony Estanguet, qui mentionnent le chiffre de 150 000 emplois créés2 3. L’estimation  d’Asterès concerne cependant des emplois en équivalent temps plein sur une année, certains  emplois peuvent être créés sur la période spécifique des Jeux, entraînant une création totale en  nombre d’emplois supérieure à celle obtenue via le Modèle d’Impact d’Asterès. 

Les sommes dépensées pour l’organisation des JO de Paris devraient avoir un effet  d’entraînement supérieur à d’autres types de dépenses publiques d’après le Modèle  d’Impact d’Asterès (MIA). Asterès a modélisé l’impact d’une impulsion de 8,4 milliards  d’euros, soit l’équivalent du budget des JO, de deux autres façons : des transferts à des ménages  modestes et des transferts à des ménages aisés. Ces deux types de dépenses auraient des effets  d’entraînement moindres que les dépenses liées à l’organisation des JO. 

– Le transfert de 8,4 milliards d’euros aux ménages modestes entraînerait la création de  87 000 emplois et 9,1 milliards d’euros de valeur ajoutée d’après le Modèle MIA.  Asterès a estimé l’effet d’entraînement d’une hausse de revenu disponible de 8,4 milliards  d’euros (transferts directs via une hausse des minimas sociaux par exemple) à destination  des 20 % des ménages les plus modestes. Ces ménages ont une taux d’épargne faible (2 %),  expliquant un effet d’entraînement relativement important, mais inférieur aux dépenses dans  le cadre des JO, vraisemblablement du fait d’une proportion d’importations plus élevée de  la consommation des ménages. 

– Le transfert de 8,4 milliards d’euros aux ménages aisés entraînerait la création de  67 000 emplois et 6,9 milliards d’euros de valeur ajoutée d’après le Modèle MIA.  Asterès a estimé l’effet d’entraînement d’une hausse de revenu disponible de 8,4 milliards  d’euros (transferts directs via une baisse d’impôts par exemple) à destination des 20 % des  ménages les plus aisés. Ces ménages ont une taux d’épargne élevé (27 %), ce qui explique  

  

1 Cour des Comptes, https://www.ccomptes.fr/system/files/2023-01/20230111-JOP-Paris-2024.pdf 2 https://www.paris2024.org/fr/des-opportunites-pour-lemploi/ 

3 https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/jo-2024-cinq-milliards-d-euros-qui-vont-etre-reinvestis-dans-l economie-francaise-assure-tony-estanguet-7900181438 

que leurs effets d’entraînement soient inférieurs à ceux des transferts à destination des  ménages modestes. 

Synthèse des effets d’entraînement d’une dépense publique de 7,3 milliards d’euros 

 

Nombre d’emplois (ETP) 

Valeur ajoutée (M €)

Budget JO 2024 

109 000 

9,3 M €

Equivalent du budget des JO distribué  à des ménages modestes 

87 000 

9,1 M €

Equivalent du budget des JO distribué  à des ménages aisés 

67 000 

6,9 M €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *