lun. Avr 22nd, 2024

En avril, Berkshire Hathaway, la société de Warren Buffett, a augmenté ses participations dans les cinq plus grandes maisons de commerce du Japon : Itochu, Marubeni, Mitsubishi, Mitsui & Co et Sumitomo. En effet, Les actions locales sont négociées à des prix nettement inférieurs à ceux de leurs homologues européennes et américaines, tant en termes absolus qu’en termes comparables. 

Depuis des décennies, les entreprises japonaises sont connues pour leur inefficacité en matière d’allocation du capital. Ces dernières années, cependant, les entreprises japonaises ont fait des progrès significatifs dans l’amélioration de leur efficacité opérationnelle. 

Au début du mois d’avril, la Bourse de Tokyo a envoyé un mémorandum aux sociétés cotées en bourse, indiquant que les entreprises dont les titres sont décotés par rapport à leur valeur comptable devaient officiellement présenter une liste d’actions visant à améliorer l’allocation du capital afin d’augmenter le prix des actions. Ce fait a évidemment attiré l’attention des investisseurs étrangers.

Dans ce contexte, Freedom Finance Europe, le seul courtier en valeurs mobilières basé au sein de l’Union Européenne dont la société holding est cotée au NASDAQ, a identifié trois entreprises à suivre pour des investissements : 

  • Le groupe financier Mitsubishi UFJ : Le plus grand groupe bancaire du Japon avec un potentiel de hausse de 28,7 %.

Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) est le plus grand holding bancaire du Japon et propose une large gamme de services, notamment des services bancaires commerciaux, des services fiduciaires et des services bancaires d’investissement. 

Contrairement à ses homologues américains, le bilan de Mitsubishi UFJ Financial n’est pas affecté par les variations des taux d’intérêt : la société a terminé la dernière période de référence avec un gain net non réalisé provenant de la réévaluation des titres disponibles à la vente. Un important déficit cumulé résultant de cette réévaluation a été à l’origine de la récente panique bancaire aux États-Unis.

Chiffres clé des résultats financiers de la société sur les 12 derniers mois : 

  • Les recettes se sont élevées à 46,26 milliards de dollars contre 42,62 milliards de dollars pour l’exercice 2021. Cette dynamique positive est due à la hausse des taux d’intérêt.
  • Le bénéfice net a diminué, passant de 10,18 milliards de dollars à 3,04 milliards de dollars. Cette baisse est due à l’augmentation des provisions pour pertes de crédit, ainsi qu’à l’augmentation des autres dépenses d’exploitation liées à la vente d’une filiale.
  • Le rendement des capitaux propres (ROE) a diminué de 6,61 % à 2,05 %. Cette baisse est due à la dynamique négative du revenu net.

Il faut s’attendre à ce que les finances de la société se redressent car le coût de la cession de la filiale est temporaire. Dans le même temps, le portefeuille de prêts augmente, la marge sur les prêts nationaux reste inchangée et augmente sur les marchés internationaux.

Par ailleurs, il convient de garder à l’esprit qu’une part importante du revenu net de Mitsubishi UFJ Financials provient de sa participation dans Morgan Stanley, ce qui rend la société japonaise dépendante d’une activité de banque d’investissement hautement cyclique.

  • Canon : Conglomérat mondial diversifié avec un potentiel de croissance de 34,8% et un rendement du dividende de 4%.

Canon (CAJ) est spécialisé dans la fabrication d’optiques, d’équipements industriels et de produits d’imagerie. 

Si la plupart des consommateurs connaissent Canon par ses appareils photo, les principaux marchés de l’entreprise sont les marchés commerciaux et B2B. Canon opère dans cinq segments : l’impression, l’imagerie (y compris les appareils photo et vidéo), les appareils médicaux, l’industrie et les autres activités. Plus de 55 % des revenus annuels escomptés de l’entreprise proviennent des activités d’impression. 

Chiffres clé des résultats financiers de la société sur les 12 derniers mois : 

  • Les recettes se sont élevées à 30,70 milliards de dollars, soit une baisse de 4,1 % par rapport à l’année précédente.
  • La marge brute est passée de 14,82 milliards de dollars à 13,92 milliards de dollars. La marge brute est passée de 46,33 % à 45,34 %.
  • Le bénéfice net s’est élevé à 1,84 milliard de dollars, contre 1,95 milliard de dollars un an plus tôt. La marge nette est passée de 6,10 % à 6,01 %.

Les investisseurs doivent garder à l’esprit que les capacités photographiques d’autres appareils numériques s’étant considérablement améliorées, les préférences des consommateurs ont commencé à changer. En conséquence, le marché des appareils photo numériques se rétrécit et la concurrence sur le marché s’intensifie. Cette tendance présente certains risques pour les perspectives de Canon si la société ne parvient pas à adapter sa stratégie à l’évolution du marché.

  • Groupe Sony : Géant de la technologie avec un potentiel de hausse de 31,7%.

Sony Group Corporation (SONY) conçoit, fabrique et commercialise des équipements électroniques et des appareils destinés aux marchés grand public, professionnel et industriel dans le monde. 

Sony est un énorme conglomérat dont les activités couvrent de nombreux domaines de production, des consoles de jeux aux films en passant par les semi-conducteurs et les plastiques recyclés. Le segment le plus important est celui des services de jeux et de réseaux, qui représente 31,3 % du chiffre d’affaires total de l’entreprise. En d’autres termes, dans chaque segment, Sony dispose de certains moteurs de croissance à long terme. 

Chiffres clé des résultats financiers de la société sur les 12 derniers mois : 

  • Les recettes se sont élevées à 81,41 milliards de dollars, soit une baisse de 7,8 % par rapport à la fin de l’année.
  • La marge brute est passée de 24,06 milliards de dollars à 23,13 milliards de dollars. La marge brute est passée de 27,25 % à 28,41 %.
  • Le bénéfice net s’est élevé à 6,86 milliards de dollars, contre 7,87 milliards de dollars un an plus tôt. La marge nette a diminué de 8,92 % à 8,43 %.

Risques majeurs 

Dans l’ensemble, le marché japonais a un potentiel de croissance important, mais deux facteurs peuvent interférer : 

  • La monnaie : 1 dollar américain plus fort ou 1 yen japonais plus faible par rapport au panier de devises pourrait affecter les résultats des entreprises basées au Japon, entraînant ainsi des risques de change pour les investisseurs. L’économie japonaise est également confrontée à certains risques macroéconomiques, notamment une croissance lente et des pressions déflationnistes. 
  • Le vieillissement de la population : les investisseurs en actions japonaises doivent tenir compte de ces risques lorsqu’ils prennent leurs décisions d’investissement, car ils peuvent affecter les entreprises à long terme.

Il est essentiel de procéder à sa propre analyse avant de prendre une décision d’investissement, car tout investissement comporte des risques, ce qui met le capital en péril, et les performances passées ne sont pas nécessairement indicatives des rendements futurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *