mar. Fév 27th, 2024

@Airbus @avinor @SAS @Swedavia @VattenfallGroup #hydrogen #ZEROe #sustainability

Stockholm, le 31 janvier 2024 – Airbus, Avinor, SAS, Swedavia et Vattenfall ont signé un protocole d’accord (MoU) pour étudier la faisabilité d’une infrastructure à l’hydrogène dans les aéroports en Suède et en Norvège.

Cette collaboration permettra une meilleure compréhension des concepts et des opérations des avions à l’hydrogène, des besoins en approvisionnement, des infrastructures et des besoins en ravitaillement dans les aéroports afin de contribuer au développement de cet écosystème d’aviation à l’hydrogène dans les deux pays. Le travail identifiera également les itinéraires pour choisir quels aéroports seront transformés en premier pour exploiter des avions à hydrogène dans les deux pays, ainsi que le cadre réglementaire correspondant.

C’est la première fois qu’une étude de faisabilité de cette envergure couvre deux pays et plus de 50 aéroports. Cela reflète l’ambition commune des partenaires d’utiliser leurs expertises respectives pour soutenir la décarbonisation de l’industrie de l’aviation et atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050.

” L’hydrogène se distingue en tant que catalyseur clé alors que nous inaugurons un avenir de l’aviation durable “, a déclaré Guillaume Faury, PDG d’Airbus. ” La Norvège et la Suède sont parmi les régions les plus exigeantes pour l’aviation et ont un grand potentiel pour la production d’hydrogène à partir de sources d’énergie renouvelable. Je suis très heureux de m’engager dans cette coopération avec des partenaires pleinement engagés pour franchir des étapes significatives vers la décarbonisation de l’aérospatiale. Cela correspond parfaitement à notre stratégie de déploiement d’écosystèmes d’aviation à l’hydrogène dans les parties du monde les plus adaptées. “

Abraham Foss, PDG d’Avinor : ” L’hydrogène émerge comme un vecteur énergétique clé dans l’aviation future sans émission fossile. En tant que propriétaire et exploitant de 43 aéroports en Norvège, Avinor travaille sur la durabilité depuis de nombreuses années déjà et s’est positionné comme une force motrice et un facilitateur de la transition verte de l’aviation norvégienne. Notre dialogue avec Airbus sur la décarbonisation de l’aviation remonte à plusieurs années et nous sommes très heureux de pouvoir annoncer cette collaboration avec nos bons voisins suédois. La Norvège, tout comme la Suède, est bien placée pour être parmi les premiers à introduire des avions à hydrogène. Nous sommes impatients de contribuer avec notre expertise ainsi qu’avec notre infrastructure pour faire avancer ce travail important. “

” À mesure que le monde progresse vers un avenir plus durable, l’engagement de SAS est de garantir que les générations futures puissent également profiter des avantages d’une connectivité mondiale sans faille. En partenariat avec certains des acteurs les plus forts et les plus innovants de l’industrie, nous assumons notre responsabilité de conduire la transition vers des émissions nettes nulles. Un voyage qui compte non seulement pour SAS, mais pour l’ensemble de l’industrie de l’aviation “, déclare Anko van der Werff, président-directeur général de SAS.

” Nous sommes très heureux de faire partie d’un partenariat plus vaste sur le rôle de l’hydrogène dans l’aviation avec Airbus, Avinor, SAS et Vattenfall. Swedavia, Avinor et SAS ont déjà établi des collaborations réussies dans l’aviation sans carbone, et il est donc excitant qu’Airbus, avec sa connaissance approfondie des avions à hydrogène grâce à son initiative ZEROe, et Vattenfall, avec son expertise dans l’électricité et la production d’énergie, se joignent à nous dans une collaboration plus approfondie. On s’attend à ce que l’hydrogène devienne progressivement une partie de plus en plus importante du mélange de carburant de l’industrie de l’aviation à l’avenir et aura donc un impact croissant sur l’infrastructure et la planification de nos aéroports.

Ce partenariat est une étape majeure et importante vers une aviation sans carbone dans la région nordique et renforcera davantage le rôle de Swedavia en tant que pionnier dans l’aviation sans carbone, tout en franchissant une autre étape importante dans la transition au sein de l’industrie de l’aviation “, déclare Jonas Abrahamsson, président-directeur général de Swedavia.

” Nous voulons permettre la décarbonisation de l’industrie. L’aviation est une industrie difficile à décarboniser, où s’affranchir des combustibles fossiles est un énorme défi aujourd’hui. Cette collaboration transfrontalière démontre toutefois la volonté d’apporter un changement. Nous sommes impatients de contribuer avec notre expertise dans le développement du marché de l’électricité, l’infrastructure électrique et la production d’hydrogène en Suède “, a déclaré Anna Borg, présidente-directrice générale de Vattenfall.

L’utilisation de l’hydrogène pour alimenter les futurs avions devrait non seulement réduire de manière significative les émissions des avions en vol, mais pourrait également aider à décarboniser les activités de transport aérien au sol. En 2020, Airbus a dévoilé le premier concept ZEROe avec l’ambition de mettre sur le marché le premier avion commercial à hydrogène d’ici 2035. Le développement des briques technologiques correspondantes est actuellement en cours dans un réseau mondial de recherche et de technologie.

Airbus a également lancé le programme “Hydrogen Hub at Airports” pour stimuler la recherche sur les besoins en infrastructure et les opérations aéroportuaires à faible émission de carbone, sur l’ensemble de la chaîne de valeur. À ce jour, des accords ont été signés avec des partenaires et des aéroports dans dix pays, dont la France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *