Lors de l’assemblée générale (AG) de TotalEnergies ce matin, tenue à huis clos en raison d’une forte mobilisation de militants pour le climat, 88,9% de ses actionnaires ont approuvé le plan climat de l’entreprise. Ce plan est pourtant incompatible avec l’urgence climatique puisqu’il permet le développement de nouveaux projets fossiles et prévoit une baisse anecdotique des émissions de gaz à effet de serre. Ce résultat achève de décrédibiliser les “Say on Climate” – ces votes sur les plans climat des entreprises – et prouve définitivement l’échec de l’engagement actionnarial qui se perd dans des dialogues sans fin et sans résultats. Reclaim Finance appelle à une refonte en profondeur des règles encadrant l’engagement actionnarial et exhorte les investisseurs soucieux du climat à acter dès maintenant l’arrêt de leurs investissements dans l’expansion pétrolière et gazière.

 

Pour la deuxième année consécutive, TotalEnergies consultait aujourd’hui ses actionnaires sur sa stratégie climatique. Malgré le caractère défaillant de ce plan et son incompatibilité manifeste avec l’urgence climatique – ce que de nombreux investisseurs ont eux-même reconnu (1), 88,9% des actionnaires l’ont approuvé. C’est un statu quo par rapport à l’année dernière, où le plan climat de TotalEnergies avait déjà été validé à 92% sans comptabiliser l’abstention (2).

 

L’approbation des plans climats défaillants des majors européennes – Repsol, Equinor, BP et Shell ces dernières semaines (3) et aujoud’hui TotalEnergies – montre que les investisseurs continuent de plébisciter de manière quasi-automatique les plans climat présentés par les majors pétro-gazières, même lorsque ces derniers ne sont pas compatibles avec la limitation du réchauffement climatique à 1,5°C.

 

“Cette approbation massive du pseudo plan climat de TotalEnergies enterre définitivement la crédibilité des “Say on Climate”: ce concept a malheureusement été dévoyé au service de la stratégie de greenwashing des entreprises, avec la complicité d’une majorité d’investisseurs.” déclare Lucie Pinson, Directrice de Reclaim Finance.

 

Une minorité significative d’actionnaires engagés a néanmoins voté contre le plan climat de TotalEnergies. Le taux de rejet de la résolution s’établit à 11,1%, en légère hausse par rapport à 2021 (8%). Une dizaine d’investisseurs, dont CNP Assurances, les Assurances du Crédit Mutuel, Crédit Mutuel AM ou encore Edmond de Rothschild Asset Management (4), avaient annoncé publiquement leur intention de s’opposer au plan de l’entreprise.

 

Ce résultat semble confirmer que les grands actionnaires de TotalEnergies comme BlackRock, Amundi, AXA et BNP Paribas ne se sont pas opposés au plan de l’entreprise – ils avaient déjà approuvé un plan similaire l’année dernière. En 2021, AXA déclarait que “TotalEnergies et le reste de l’industrie pétro-gazière devront continuer à relever leur ambition [climatique]” (5). Or le plan climat de TotalEnergies n’a pas connu d’améliorations significatives depuis l’année dernière : 70% de ses dépenses d’investissement restent dédiées aux énergies fossiles et sa production d’hydrocarbures va augmenter d’ici à 2030. Le vote d’aujourd’hui prouve donc que les discours volontaristes de ces investisseurs sur “l’accompagnement de la transition” ne sont pas suivis d’effets et servent principalement à légitimer l’absence de mesures plus fortes. Dans les prochaines semaines, Reclaim Finance examinera en détail le vote de chaque investisseur.

 

“L’échec des Say on Climate est emblématique des travers de l’engagement actionnarial : un dialogue sans fin et sans résultats. Les investisseurs doivent réagir en mobilisant tous les moyens à leur disposition : cela implique de voter contre le renouvellement des administrateurs mais aussi de désinvestir lorsque le dialogue avec l’entreprise échoue. Le gouvernement a aussi un rôle à jouer : il faut d’urgence rendre obligatoire l’adoption de stratégies climatiques par les entreprises, fondées sur un cahier des charges et des critères précis afin de mettre fin au greenwashing.” conclut Lucie Pinson.

 

Contacts :

 

 

Pour aller plus loin :

 

  • Lire notre décryptage des enjeux à la veille de l’AG de TotalEnergies
  • Consulter notre guide de vote aux investisseurs en vue de l’AG de TotalEnergies.
  • Lire notre analyse des plans de transition des majors attestant de l’absence d’alignement des
  • Prendre connaissance de la lettre de 13 ONG appelant les actionnaires de TotalEnergies à s’opposer au plan climat de l’entreprise et au renouvellement de trois administrateurs.
     

Notes :

 

  1. Comme le montrent les conclusions du Net Zero Company Benchmark publié par Climate Action 100+, un groupe de 700 investisseurs cumulant $68 000 milliards d’actifs.
  2. 83% en tenant compte de l’abstention.
  3. Voir le bilan à mi-temps des AG publié par Reclaim Finance.
  4. Les autres investisseurs ayant annoncé leur vote contre le plan de TotalEnergies sont : MN et Meeschaert Amilton AM (chargés de coordonner le dialogue entre TotalEnergies pour Climate Action 100+), CNP Assurances, OFI AM, Edmond de Rothschild AM, La Financière de l’Echiquier, Sycomore AM et Mandarine Gestion.
  5. Voir la communication de BlackRock et celle d’AXA à ce sujet.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *