Introduction en bourse Fill Up Média

Fill Up Média, le leader français de l’affichage digital extérieur sonore sur distributeurs de carburants, annonce le succès de son introduction en bourse sur Euronext Growth® à Paris

Augmentation de capital de 8.182.920€ dont 6.500.000 € (Vatel Capital pour 5.000.000€ et AMDG pour 1.500.000€) de conversion automatique par compensation de créance d’obligations convertibles émises en avril 2022
 
Montant total de l’opération de 8.182.920 €
 
Capitalisation boursière d’environ 28 M€  
        
Début des négociations sur Euronext Growth® à Paris le 29 juin
(code ISIN : FR001400AEM6 – mnémonique : ALFUM)
Cliquez ici pour avoir accès au communiqué de presse dans son intégralité
 

Fill Up Média (la « Société »), leader français de l’affichage digital extérieur sonore sur distributeurs de carburants, annonce aujourd’hui le succès de son introduction en bourse sur le marché Euronext Growth® Paris (code ISIN : FR001400AEM6 – mnémonique : ALFUM).
 
Manuel Berland, Président Directeur général et Aurélien Grillot, Directeur général Délégué, déclarent : « Nous sommes heureux et fiers du succès de cette opération et tenons à remercier tous nos actionnaires, ceux qui viennent de nous rejoindre ainsi que nos actionnaires historiques, pour la confiance qu’ils ont manifesté envers notre projet. Fort de leur soutien, nous entendons poursuivre notre dynamique de forte croissance via l’équipement de nouvelles stations-services, en France puis en Europe. Par ailleurs, le déploiement de notre offre « Digital Ads » à destination des annonceurs locaux et notre positionnement comme le média de la mobilité multi-énergies avec le développement d’une solution d’affichage publicitaire digital adaptée aux sites dédiés à la recharge des véhicules électriques et hydrogènes vont nous permettre de renforcer notre proposition de valeur. C’est une nouvelle page de l’histoire de Fill Up Média qui débute et nous tenons à adresser nos sincères remerciements à nos équipes, à nos partenaires ainsi qu’à nos investisseurs ».
 

A propos de Fill Up Media : 
Créée à Lyon en 2011, Fill Up Média est une régie publicitaire, leader français de l’affichage digital extérieur avec son (DOOH) sur distributeurs de carburants. En 2021, la Société a réalisé un chiffre d’affaires de 6,8 M€ et compte 42 collaborateurs.

Média de proximité incontournable, Fill Up Média dispose d’un réseau de 4 000 écrans stratégiquement implantés à travers toute la France, qui touchent en moyenne 4 millions d’automobilistes par semaine.

En savoir plus sur www.fillupmedia.fr

 
 

Lookout poursuit sur sa lancée avec des résultats toujours aussi solides

Une croissance record alimentée par l’innovation de nouveaux produits, les acquisitions, les partenariats stratégiques et la demande croissante d’une plateforme de sécurité unifiée pour rationaliser la protection des données.

               

SAN FRANCISCO, le 24 juin 2022 – Lookout, Inc, leader des solutions de sécurité des terminaux et du cloud, a annoncé aujourd’hui une forte dynamique après avoir augmenté le revenu récurrent annuel (ARR) des entreprises de 56 % d’une année sur l’autre pour l’exercice 2022 se terminant le 31 janvier 2022, tout en augmentant considérablement le nombre de ses clients. La société a également obtenu un financement par emprunt à hauteur de 150 millions de dollars auprès de fonds et/ou de comptes gérés par BlackRock pour soutenir sa croissance continue.

 

La demande pour la nouvelle solution Security Service Edge (SSE) de Lookout contribue à sa croissance, car les entreprises recherchent une plateforme pour sécuriser l’accès aux applications SaaS, aux applications privées et au Web mondial. En combinant le Cloud Access Security Broker (CASB), le Zero Trust Network Access (ZTNA) et la Passerelle Web Sécurisée (SWG) nativement dans une seule plateforme, le modèle unifié de Lookout offre la meilleure sécurité et une expérience utilisateur globale. Selon Gartner, d’ici 2025, 80 % des organisations cherchant à se procurer des services de sécurité liés au SSE achèteront une solution SSE consolidée plutôt que des offres autonomes de CASB, de SWG et de ZTNA, contre 15 % en 2021. 

 

« Nos solides résultats démontrent des progrès significatifs vers le plan stratégique que nous avons exposé au début de l’année. Nous démontrons notre capacité à assurer une croissance organique tout en élargissant simultanément notre portefeuille par le biais d’acquisitions », a déclaré Jim Dolce, PDG de Lookout. « En même temps, nous étendons notre portée sur le marché grâce à des partenariats stratégiques qui donnent accès à de nouvelles opportunités de clients. »

 

Une stratégie d’acquisition soigneusement élaborée

 

Moins d’un an après l’acquisition de CipherCloud par Lookout en mars 2021, Gartner a publié son Gartner® Magic Quadrant™ for Security Service Edge 2022 dans lequel Lookout a gagné une place dans la catégorie Visionnaire. Le Gartner Critical Capabilities for Security Service Edge (SSE) classent Lookout parmi les trois premiers fournisseurs dans quatre cas d’utilisation prédéfinis.

 

En mai 2022, la société a conclu l’acquisition de la société slovaque SaferPass, un fournisseur de solutions d’identité en ligne sécurisées pour les entreprises et les consommateurs. La technologie SaferPass sera intégrée dans les produits Lookout destinés aux particuliers et aux petites entreprises afin d’améliorer les fonctionnalités existantes tout en favorisant l’engagement et la fidélisation. La société prévoit de tirer parti des millions de terminaux mobiles existants et de ses solides relations avec les opérateurs pour accélérer la pénétration sur le marché.

 

Des partenariats commerciaux précieux

 

En mai 2022, Ivanti a intégré Lookout CASB et SWG avec ses Neurons for Zero Trust Access (ZTA) pour aider les clients à obtenir une prévention complète des menaces et une sécurité des données tout en respectant les principes de sécurité du Zero Trust Access. Neurons ZTA est une extension de la solution VPN d’Ivanti acquise auprès de Pulse Secure en décembre 2020. Pulse Secure fournit des solutions VPN à plus de 24 000 entreprises sur près de 25 millions de terminaux aujourd’hui.

 

En juin 2022, VMware a ajouté la solution Mobile Threat Defense de Lookout à sa plateforme d’espace de travail numérique Workspace ONE. VMware et ses partenaires de distribution vendront la solution résultante dans les comptes Workspace ONE nouveaux et existants. VMware dispose d’une base installée non négligeable d’environ 20 millions de terminaux mobiles Workspace ONE.

 

Par ailleurs, en juin 2022, Juniper Networks a ajouté la solution Lookout CASB avec des fonctionnalités de prévention des pertes de données (DLP) à sa solution Juniper Secure Edge. Associée à la solution SD-WAN unique de Juniper, pilotée par Mist AI, Juniper est la première entreprise du marché à proposer une solution SASE complète offrant une visibilité à la fois sur la périphérie et sur le centre de données.

 

Innovation continue

 

L’année dernière, Lookout a lancé sa nouvelle passerelle Web sécurisée, le dernier composant nécessaire pour compléter la trilogie de sa plateforme SASE. La société reste déterminée à fournir une plateforme SSE complète qui combine nativement CASB, ZTNA et SWG, en mettant l’accent sur la protection des données pour sauvegarder les informations sensibles. Étant donné que tout le trafic passe par un serveur « proxy » intermédiaire commun, les administrateurs informatiques peuvent appliquer un ensemble cohérent de contrôles avancés de la sécurité des données, notamment la prévention des pertes de données (DLP), l’analyse du comportement des utilisateurs et des entités (UEBA) et la détection et la réponse aux terminaux (EDRM), avec un ensemble commun de politiques de sécurité informatique.

 

La société a également continué à améliorer sa solution leader de défense contre les menaces mobiles – Lookout Mobile Endpoint Security – avec le lancement de deux nouvelles fonctionnalités innovantes : Mobile Endpoint Detection and Response (mEDR) et Protective DNS pour les plateformes iOS et Android. Mobile EDR permet de détecter et d’étudier les menaces sur les terminaux mobiles grâce à une surveillance continue en temps réel et à l’analyse des données des terminaux. Protective DNS chiffre les requêtes DNS et met en œuvre des mesures de protection pour empêcher les utilisateurs d’accéder à des domaines associés au phishing, aux logiciels malveillants, aux botnets et à d’autres catégories à haut risque avant qu’une connexion aux terminaux puisse être établie.

 

L’expérience de Lookout en matière d’innovation continue crée de la valeur pour les clients tout en aidant l’entreprise à obtenir un avantage concurrentiel durable.

 

Les récompenses de l’industrie en 2022

 

  • Cyber Defense Magazine a désigné Lookout comme le lauréat de son prix 2022 Global InfoSec Award pour la « prochaine génération de Cloud Access Security Broker (CASB). »
  • CRN a honoré Lookout d’une note de 5 étoiles dans le guide du programme de partenariat CRN® 2022 et a nommé Jay Maciorowski, de Lookout, chef du canal CRN 2022.  Lookout a également été nommée dans la liste CRN 2022 Mobile 100.
  • Lookout a été désigné comme l’une des 5 licornes les plus prometteuses par SC Magazine.
  • Expert Insights a nommé Lookout lauréat du prix « Best-of » pour sa solution CASB.
  • Lookout a remporté l’argent du Thought Leadership par les American Business Awards pour la découverte par l’équipe de Lookout Threat Intelligence de quatre outils de surveillance Android fonctionnant comme éléments de campagnes de menaces persistantes avancées mobiles (mAPT) beaucoup plus importantes, provenant de Chine et ciblant principalement la minorité ethnique ouïghoure.
  • Tony D’Angelo, vice-président de Lookout pour le secteur public, a été désigné comme l’un des meilleurs cyberdirigeants à surveiller par WashingtonExec.

 

« Nous sommes fiers des résultats que nous avons obtenus au cours du premier semestre et confiants dans le fait que nous développons les capacités et la culture nécessaires pour tenir nos engagements à long terme. La dynamique que nous observons témoigne de la solidité de nos équipes, de notre orientation client, de la qualité de nos offres et de notre clarté stratégique. Nous resterons concentrés sur la création de valeur pour toutes les parties prenantes, y compris nos clients, nos employés et nos actionnaires » a conclu M. Dolce.

La startup industrielle auum lève 7M€ pour supprimer le gobelet à usage unique en entreprise

  • À usage comparable, la technologie brevetée développée par auum utilise 76 fois moins d’eau que le lave-vaisselle et génère 58 fois moins de CO2 que le gobelet carton, en garantissant une désinfection totale sans aucun produit chimique.

 

  • La start-up industrielle française connait un démarrage commercial foudroyant auprès de clients de tous secteurs d’activité et de toutes tailles.

 

  • Au-delà de cette première machine, auum travaille déjà sur des solutions pour supprimer l’usage unique dans de nombreuses situations.

Auum, start-up industrielle à impact, annonce une levée de fonds de 7 millions d’euros auprès de Starquest et Founders Future, également suivie par son investisseur historique MAIF Impact. Des Business Angels stratégiques, tels que les fondateurs de la société Foodles, complètent le tour de table. L’objectif est de capitaliser sur une très forte traction commerciale en finançant un site de production calibré pour servir cette croissance.

 

Fondée en 2019, l’entreprise auum, acronyme de “Arrêtons l’Usage Unique Maintenant”, s’est fixée comme mission d’aider les entreprises à supprimer les 5 milliards de gobelets jetables encore consommés chaque année en France. Après 3 années de R&D, auum a lancé en août dernier la production en série de la auum-S. Cette solution de nettoyage est aujourd’hui la plus écologique du marché. Elle nettoie, désinfecte et sèche un verre en 10 secondes avec seulement 2 cl d’eau et aucun produit chimique. Désormais, réutiliser devient aussi simple et rapide que jeter. 

 

Au-delà de la simplicité d’utilisation de cette technologie, auum a aussi voulu proposer une offre accessible, économiquement équivalente au modèle du jetable malmené depuis la mise en place de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Loi AGEC). La solution a déjà séduit une centaine de clients en B2B dont près d’un tiers des entreprises du CAC 40 telles que Kering, L’Oréal, ENGIE, Saint Gobain, Boursorama ou encore Air Liquide. À ce jour, la valeur totale des contrats signés en première année pleine par l’ensemble de ses clients dépasse les 4 millions d’euros, soit près de 500 machines auum-S.   

 

Grâce à cette levée de fonds, auum souhaite encore accélérer la commercialisation de sa auum-S pour atteindre 1 000 machines signées d’ici fin 2022, avant de viser le double en 2023. La start-up ne compte pas se limiter au marché français. Après une première ouverture sur le marché européen avec la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg, elle souhaite poursuivre son expansion en ouvrant de nouveaux marchés dès 2023. 

 

Pour servir cette très belle croissance, auum va investir dans son outil industriel avec un nouveau centre de production de 1300m² en région parisienne et des investissements importants sur la ligne d’assemblage. Cette intégration industrielle 100% Made in France est un atout décisif pour garantir un délai de livraison optimisé dans un contexte de forte croissance. Auum, qui compte une cinquantaine de collaborateurs, assure un service complet incluant le financement en location, l’installation, la maintenance, jusqu’au reconditionnement en fin de contrat de ses machines certifiées « Origine France Garantie ».

 

« Auum souhaite transformer notre société en rendant la réutilisation universelle au travers de cette technologie de nettoyage brevetée. Cette levée de fonds était nécessaire pour aligner notre vision et nos objectifs ambitieux » annonce Clément Houllier, Co-fondateur et CEO chez auum.

 

« Chez Starquest, nous avons la conviction que le réemploi sera la stratégie gagnante pour réduire une consommation excessive de matières non recyclables et d’énergie. C’est pourquoi nous avons choisi d’accompagner l’équipe auum dans la prochaine étape de son développement, elle qui a compris avant tout le monde que le succès du réemploi en entreprise passera par l’efficacité sanitaire et la simplicité. » déclare Chloé Cohen-Aknine, Climate VC chez Starquest.

 

« Chez Founders Future, nous sommes convaincus que la nouvelle génération d’entrepreneurs à mission, ayant à cœur la transition écologique, est source de création de valeur, d’emploi et d’impact social. En soutenant auum, nous contribuons à la fin du gaspillage et de l’usage unique dans les entreprises, facilitons le réemploi, et enfin participons à la genèse d’une nouvelle filière industrielle française et durable. » affirme Sarah Corne, Partner Impact chez Founders Future.

 

« MAIF Impact, le fonds pour l’innovation sociale du groupe MAIF, a à cœur d’accompagner des projets à fort impact environnemental qui répondent aux enjeux de notre société en permettant notamment des changements d’usage. C’est cette ambition qui a su nous convaincre lors de notre entrée au capital en 2020 et aujourd’hui c’est pour ce beau développement de auum porté par une équipe de fondateurs dynamiques que nous faisons le choix de renforcer notre investissement. » déclare Annick Valette, vice-présidente de MAIF et présidente de MAIF Impact.

 

SVZ CONSEILLE SQWAD DANS SA LEVEE DE FONDS DE 3 MILLIONS D’EUROS

Olivier Legrand, associé au sein du département M&A-Private Equity, accompagne Sqwad dans sa levée de fonds de 3 millions d’euros dans le but d’accélérer son développement en Europe.
 
Sqwad lève 3 millions d’euros auprès du fonds espagnol Samaipata afin de de mettre au point une alternative pour les DNVB (Digital Native Vertical Brands) face à l’accroissement des coûts d’acquisition qui ont considérablement compliqué la croissance des marques en ligne. Les trois fondateurs de la jeune pousse ont décidé de proposer une application disponible sur Shopify qui permet aux start-up du secteur de créer des partenariats entre elles et de diversifier leurs canaux d’acquisition. 

A propos du cabinet Sekri Valentin Zerrouk
Firme indépendante de plus d’une cinquantaine d’avocats, Sekri Valentin Zerrouk (SVZ) conseille des entreprises multinationales, des fonds d’investissement de premier plan, des ETI, PME et entrepreneurs dans le cadre du déploiement de leurs activités commerciales et de leurs opérations d’acquisition, de cession ou de restructuration en France et à l’étranger.
Avec plus de 400 opérations réalisées au cours des 10 dernières années, Sekri Valentin Zerrouk (SVZ) est aujourd’hui l’un des cabinets les plus reconnus en matière transactionnelle.
Les 13 associés sont : Franck Sekri, Pierre-Emmanuel Chevalier, Géraud de Franclieu, Emmanuelle Vicidomini, Sylvain Paillotin, Antoine Haï et Olivier Legrand (Fusions & Acquisitions, Private Equity, Financement, Restructuring), Emeline Peltier (Immobilier), Yamina Zerrouk (Droit Public des Affaires, Urbanisme et Immobilier), Jérôme Assouline et Thomas Verdeil (Droit Fiscal), Emilie Meridjen (Droit Social) et Anne Dumas-L’Hoir (Contentieux des Affaires). 
www.svz.fr

Hokodo, la Fintech leader du paiement différé à destination des professionnels, lève 37 millions d’euros pour accélérer sa croissance en Europe

 

  • En 5 ans, Hokodo s’est imposé comme le leader européen des solutions de paiement différé à destination des acheteurs professionnels 

  • Le fonds d’investissement britannique spécialisé dans le SaaS, Notion Capital, mène le tour de table. 

  • Le financement est destiné à soutenir la croissance d’Hokodo sur le continent européen et le développement de nouveaux produits “B2B BNPL”.

  • Le crédit inter-entreprises représente plus de 30 000 milliards de dollars annuellement dans le monde, mais les processus actuels ne sont plus adaptés au commerce en ligne.

  • Implantée en France depuis 2019, Hokodo y créera 50 nouveaux emplois dans les 12 prochains mois.

FREY consolide sa présence en Ibérie avec l’acquisition du centre commercial de plein air Finestrelles à Barcelone

FREY annonce avoir fait l’acquisition, auprès d’Equilis, de l’intégralité des parts d’une société détenant le centre commercial de plein air espagnol Finestrelles Shopping Centre, pour un montant de 127,5 millions d’euros actes en mains.

À cette occasion Antoine Frey, Président Directeur Général de FREY, déclare : « Cette nouvelle acquisition renforce notre présence en Ibérie. FREY poursuit ainsi sa stratégie d’expansion avec l’ambition de devenir le leader européen du commerce durable. Finestrelles est un actif commercial de plein air de grande qualité. Il recèle tous les fondamentaux que nous apprécions chez FREY et va permettre au Groupe d’y déployer tout son savoir-faire de gestion et d’animation. Nous sommes très heureux de le voir rentrer dans le patrimoine de la foncière. »


À propos de FREY

Développeur, investisseur et gestionnaire, FREY est une foncière spécialisée dans le développement et l’exploitation de centres commerciaux de plein air en France, en Espagne et au Portugal. Pionnier des retail parks écologiques avec son concept Greencenter® et inventeur d’une nouvelle génération de centres commerciaux de plein air Shopping Promenade®, FREY, entreprise à mission certifiée B Corp™, s’engage au quotidien pour une société plus responsable, respectueuse de l’environnement et socialement bénéfique à son écosystème et à ses parties prenantes. Parce que l’entreprise mesure à quel point le commerce est essentiel à la mixité urbaine, au lien social, à la résilience économique locale et à la transition environnementale, elle s’est donnée pour mission de remettre le commerce au service de l’intérêt collectif. Le Groupe mène également de grandes opérations de renouvellement urbain et des projets mixtes en tissu urbain dense.

La fintech mondiale SumUp lève 590 millions d’euros et célèbre ses 10 ans comme partenaire privilégié des petits commerçants

SumUp utilisera cette nouvelle levée de fonds pour accélérer le développement de services et d’outils financiers essentiels aux petites entreprises du monde entier

23 juin 2022 – Paris : SumUp (www.sumup.fr), partenaire financier de plus de 4 millions d’entreprises dans le monde, annonce avoir finalisé un tour de table d’un montant de 590 millions d’euros, ce qui valorise la société à 8 milliards d’euros après une décennie de croissance rapide et d’expansion mondiale. Le tour de table a été mené par Bain Capital Tech Opportunities, avec la participation de fonds gérés par BlackRock, btov Partners, Centerbridge, Crestline, Fin Capital et Sentinel Dome Partners notamment. Combinant dettes et capitaux propres, ce dernier tour de table porte à 1,5 milliards d’euros l’ensemble des fonds levés depuis la création de SumUp.

Depuis sa création en 2012, SumUp aide les petits commerçants à démarrer, gérer et développer leur activité grâce à une solution de paiement équitable, facile et fiable. Aujourd’hui, sa “Super App” de  services financiers offre aux commerçants un compte et une carte d’entreprise gratuits, une boutique en ligne et une solution de facturation, ainsi que des paiements physiques et à distance parfaitement intégrés aux terminaux de paiement et aux caisses enregistreuses de SumUp. Plus de 4 millions d’entreprises – des chauffeurs de taxi aux propriétaires de cafés en passant par les grands stades de sport – font confiance à SumUp pour répondre à leurs besoins.

Présente dans 35 pays à travers le monde, SumUp compte aujourd’hui plus de 3 000 employés. Le Pérou (lancé en juin 2022) est le nouveau marché le plus récent de l’entreprise. Ces dernières années, SumUp s’est également développé dans les solutions de caisses enregistreuses, et avec les acquisitions de Goodtill, Tiller et Fivestars, l’entreprise étend rapidement son empreinte au sein des secteurs de la restauration et du commerce de détail.

Marc-Alexander Christ, cofondateur et CFO de SumUp, déclare à propos de ce tour de table : « SumUp a pu compter sur le soutien constant de la communauté internationale d’investisseurs pour remplir sa mission, celle d’aider les petits commerçants à prospérer. Nous voulons nous tenir à leur côté comme partenaire de confiance, quel que soit l’environnement dans lequel ils s’inscrivent, qu’il s’agisse de la Covid ou de l’incertitude macroéconomique. Notre croissance organique de plus de 60% pendant cette période illustre le soutien indéfectible accordé à nos clients lorsqu’ils en ont le plus besoin. Je suis très fier de l’équipe qui a réussi à boucler ce tour de table, sur le marché actuel, auprès d’investisseurs de renom – c’est une indication de notre force et de notre potentiel. Les fonds que nous avons levés nous permettront de continuer à développer notre écosystème de produits, de nous étendre sur de nouveaux marchés, de poursuivre de nouvelles acquisitions et de continuer à proposer des outils digitaux adaptés aux besoins des petits commerçants à l’échelle mondiale. »

Darren Abrahamson, Directeur Général de Bain Capital Tech Opportunities, déclare : « SumUp n’a eu de cesse d’évoluer pour apporter à des entreprises diverses et toujours plus nombreuses les outils de paiement leur permettant de se connecter à leurs clients au quotidien. L’équipe de direction de SumUp a impulsé une croissance soutenue et accélérée en se déployant dans plus de 30 pays, avec un impact direct sur l’écosystème des petites entreprises. Nous sommes fiers de mettre à profit notre expérience du paiement et des fintechs pour aider SumUp à repousser les limites et à prendre la tête d’un secteur incroyablement compétitif”.

Bain Capital bénéficie d’une vaste expérience de l’investissement à l’international dans le secteur des paiements et du e-commerce. Ils ont investi et offert une valeur ajoutée à un large éventail d’entreprises à tous les stades de leur cycle de croissance.

Goldman Sachs International a agi en tant que principal agent de structuration pour SumUp. Weil, Gotshal & Manges a agi en tant que conseiller juridique de SumUp pour le financement.

 

A propos de SumUp

SumUp, fintech internationale de premier plan, veut offrir un terrain de jeu équitable pour les petits commerçants. Fondée en 2012, SumUp est le partenaire financier de plus de 4 millions de petits commerçants sur plus de 35 marchés à travers le monde. SumUp aide les commerçants, indépendants et micro-entreprises à démarrer, gérer et développer leur activité. Grâce à sa Super App, SumUp propose aux commerçants un compte et une carte d’entreprise gratuits, une boutique en ligne, une solution de facturation ainsi que des paiements physiques et à distance parfaitement intégrés aux terminaux de cartes et aux caisses enregistreuses de SumUp. Soucieux de tirer parti de son succès pour améliorer la planète, SumUp s’est engagé́ à reverser 1 % de ses futurs revenus nets à des causes environnementales, éducatives et entrepreneuriales.

Sekri Valentin Zerrouk conseille Sqwad dans sa levée de fonds de 3 millions d’euro

Olivier Legrand, associé au sein du département M&A-Private Equity, accompagne Sqwad dans sa levée de fonds de 3 millions d’euros dans le but d’accélérer son développement en Europe.
 
Sqwad lève 3 millions d’euros auprès du fonds espagnol Samaipata afin de de mettre au point une alternative pour les DNVB (Digital Native Vertical Brands) face à l’accroissement des coûts d’acquisition qui ont considérablement compliqué la croissance des marques en ligne. Les trois fondateurs de la jeune pousse ont décidé de proposer une application disponible sur Shopify qui permet aux start-up du secteur de créer des partenariats entre elles et de diversifier leurs canaux d’acquisition. 

A propos du cabinet Sekri Valentin Zerrouk
Firme indépendante de plus d’une cinquantaine d’avocats, Sekri Valentin Zerrouk (SVZ) conseille des entreprises multinationales, des fonds d’investissement de premier plan, des ETI, PME et entrepreneurs dans le cadre du déploiement de leurs activités commerciales et de leurs opérations d’acquisition, de cession ou de restructuration en France et à l’étranger.
Avec plus de 400 opérations réalisées au cours des 10 dernières années, Sekri Valentin Zerrouk (SVZ) est aujourd’hui l’un des cabinets les plus reconnus en matière transactionnelle.
Les 13 associés sont : Franck Sekri, Pierre-Emmanuel Chevalier, Géraud de Franclieu, Emmanuelle Vicidomini, Sylvain Paillotin, Antoine Haï et Olivier Legrand (Fusions & Acquisitions, Private Equity, Financement, Restructuring), Emeline Peltier (Immobilier), Yamina Zerrouk (Droit Public des Affaires, Urbanisme et Immobilier), Jérôme Assouline et Thomas Verdeil (Droit Fiscal), Emilie Meridjen (Droit Social) et Anne Dumas-L’Hoir (Contentieux des Affaires). 
www.svz.fr

Sofidy fait l’acquisition de deux boutiques au cœur de la Presqu’île de Lyon

Sofidy, premier gestionnaire indépendant sur le marché de l’épargne immobilière et filiale de Tikehau Capital, vient de signer l’acquisition de deux locaux commerciaux sur la Presqu’île de Lyon, pour le compte de la SCPI investie en murs de commerces de proximité Immorente 2 et d’un fonds dédié institutionnel. Ces deux nouvelles acquisitions confirment la stratégie d’investissement orientée vers les commerces de proximité situés au cœur des centres-villes des grandes métropoles régionales dynamiques.

Les deux boutiques sont idéalement situées en pied d’immeuble sur l’une des principales artères commerçantes et piétonnes de la Presqu’île de Lyon, au 29 et 60 rue Victor Hugo. Le quartier a fait l’objet d’une rénovation complète en 2020 dans le cadre du projet urbain « Cœur Presqu’île », afin de redynamiser le premier pôle commercial de la capitale des Gaules.

La Rue Victor Hugo dispose d’un « mix locatif » très large et bénéficie d’un accès direct aux transports en commun permettant de relier notamment la gare Lyon Perrache.

Les deux actifs de commerces sont loués à deux enseignes nationales de premier plan et faisant partie des marques préférées des Français :

·       La boutique du 29 rue Victor Hugo est occupée par Yves Rocher, enseigne spécialisée dans les soins et produits cosmétiques.

L’actif s’étend sur une surface de 87m².

·       La boutique du 60 rue Victor Hugo est occupée par Maisons Du Monde, enseigne de distribution, d’ameublement et de décoration française. L’actif s’étend sur plus de 400 m² en RDC ainsi qu’un local annexe. 

« Ces deux acquisitions confirment notre conviction que les commerces de centre-ville situés dans les grandes métropoles françaises dynamiques demeurent toujours une classe d’actifs attractive et résiliente sur laquelle nous avons continué à investir sans discontinuer depuis 35 ans. Le choix de l’emplacement reste selon nous la règle d’or de tout investissement réussi en immobilier. » déclare Jean-Marc PETER, Directeur Général de Sofidy. 

Bernard Chaud nouveau président de l’ACDV

L’ACDV vient de renouveler son Conseil d’Administration et a élu son nouveau président, Bernard Chaud, Directeur de la Stratégie industrielle de Global Bioenergies

Paris, le 22 juin 2022 – Bernard Chaud a été élu à la présidence de l’Association Chimie du Végétal (ACDV), association qui fédère les acteurs de la chimie du végétal et œuvre à la structuration de cette filière industrielle en pleine croissance, par un Conseil d’administration renouvelé. Il succède à François Monnet et souhaite poursuivre la dynamique collective autour de la filière chimie du végétal, au service d’une industrie souveraine et durable.

Après avoir remercié François Monnet pour ses six années de présidence à l’ACDV, le nouveau président a rappelé les grands enjeux du secteur : « la filière chimie du végétal est une activité à haute valeur ajoutée qui contribue à la souveraineté économique de notre pays. La France a de nombreux atouts pour devenir une championne des produits biosourcés, bases d’une reconstruction industrielle combinant compétitivité, écologie, souveraineté et revitalisation territoriale. »

Bernard CHAUD, Directeur de la Stratégie industrielle de Global Bioenergies, vient d’être élu à la présidence de l’ACDV. Bernard CHAUD connaît bien les différents maillons de la chaîne de valeur du biosourcé de même que les rouages de l’écosystème politique. Avant de rejoindre Global Bioenergies en 2015, il était chez Tereos, en charge de la politique de développement dans le domaine des biocarburants. Auparavant, il était chef d’unité pour la biomasse et les biocarburants au ministère de l’Agriculture.

Ambitions

« Avec le nouveau conseil d’administration, nous suivrons une feuille de route soutenant le développement économique de la filière. Elle visera à ce que la chimie du végétal prenne toute sa place dans le contexte européen, notamment en favorisant les liens avec les autres branches de la bioéconomie en France, en définissant le cadre réglementaire valorisant ses innovations et en accompagnant la montée en notoriété de ces nouveaux matériaux qui se placent du côté des solutions au défi de la décarbonation de l’économie et de la souveraineté industrielle », analyse Bernard Chaud, nouveau président de l’ACDV.

Nouvelle gouvernance

La nouvelle composition du Conseil d’administration de l’ACDV, élu lors de l’AG du 16 juin, s’illustre par un équilibre entre continuité et renouvellement : la moitié de ses membres sont en effet de nouveaux entrants. Elle reflète également la réalité de cette industrie en regroupant acteurs industriels « historiques » (Solvay, Arkema, BASF, Total, SPhere, Seppic), jeunes pousses dédiées à la production de molécules et produits issus de matières premières végétales (Afyren, BGene Genetics, Global Bioenergies), … et toujours un lien avec un pôle de compétitivité (B4C ex-pôle IAR) et les organisations professionnelles (France Chimie, USIPA).

 

Sakowin Green Energy lève 9 millions d’euros pour une innovation de rupture : une production d’hydrogène durable sans émission de CO2

Alors que le GIEC alerte sur l’accélération du réchauffement climatique, une centaine d’États, ainsi que des milliers d’entreprises et de collectivités se sont engagés à atteindre la neutralité carbone entre 2050 et 2070.

Un défi de taille, qui explique l’enthousiasme collectif autour de l’hydrogène.

Toutefois, pour que l’hydrogène soit une solution de décarbonisation, il doit être produit sans émettre de CO2 et son coût doit être compétitif. Or, actuellement, la plupart des solutions  de production d’hydrogène disponibles ont soit un bilan CO2 élevé soit des coûts grevés par leur consommation énergétique importante, leur stockage ou leur transport.

Pour relever ce challenge tout en respectant les contraintes économiques actuelles, Sakowin Green Energy innove en proposant une solution d’avenir : la production d’hydrogène durable, à un coût compétitif, issu de méthane (biométhane ou fossile).

Une initiative prometteuse soutenue depuis ses débuts en 2017 par Bpifrance dans le cadre du plan de relance France 2030.

En mars 2022, Sakowin a ainsi été labellisé Deeptech et 2,5 millions d’euros ont été alloués par Bpifrance : un prêt d’amorçage de 500 k€ associé à sa levée de fonds de 2021 et une Aide au Développement Deeptech de 2 M€.  Ces fonds financent les dépenses liées aux phases de R&D d’un projet d’innovation de rupture avant son lancement industriel et commercial.

Par ailleurs l’entreprise a été sélectionnée parmi plus de 1000 start-ups et PME par l’EIC Accelerator qui lui accorde un financement de 6,5 millions d’euros sous la forme d’une combinaison de subventions et d’investissements. En rejoignant la communauté EIC, en plus des financements, Sakowin recevra un accès privilégié à du coaching, du mentoring ainsi qu’à des investisseurs.

360 Capital annonce le closing à 45M€ de son nouveau fonds d’amorçage 360 Square II

Ce premier tour de table fait suite au succès du fonds 360 Square I, qui compte, parmi ses 24 participations, de nombreux succès tels qu’Exotec (25ème licorne française), Preligens, Casavo, Alsid (vendu à Tenable), Bergamotte (vendu à Bloom&Wild), Tediber (vendu à travers une opération de MBO) et Neutrino (vendu à Coinbase).Dans la lignée stratégique de son prédécesseur, 360 Square II continuera de cibler des entreprises tech en phase d’amorçage (pré-seed et seed) avec un attrait particulier pour la deeptech, l’automatisation de processus et la disruption des habitudes de consommation. Toujours à l’affût des nouvelles tendances, 360 Capital soutient dès leur création des entreprises innovantes et ambitieuses avec des tickets de 200k€ à 2M€, principalement en Europe du Sud – en France mais aussi en Italie et en Espagne. Deux investissements ont déjà été réalisés et seront annoncés prochainement.  Ce nouveau fonds a attiré le soutien d’investisseurs tels que le Fonds National d’Amorçage 2 (FNA 2), géré pour le compte de l’Etat par Bpifrance, dans le cadre du Programme d’investissements d’Avenir (PIA), MAIF Avenir, Crédit Mutuel Arkéa, Groupe Rocher ainsi que des Business Angels européens. 360 Capital prouve depuis plus de deux décennies sa capacité à anticiper les tendances technologiques et à identifier les entrepreneurs à fort potentiel capables de transformer ces tendances en réalités. Le fonds jouit d’une réputation bien établie dans le domaine de l’investissement en phase d’amorçage au sein du paysage technologique d’Europe du Sud. Des citations d’entrepreneurs l’attestent :
  • Josef Bovet – Tiller System : “360 Capital nous a accompagnés tout au long de notre parcours, et ce dès l’amorçage, sur des défis allant de la gestion de notre hypercroissance jusqu’à l’identification des partenaires clés à notre financement. Ils ont toujours été présents aux côtés des fondateurs, même dans les moments les plus incertains !
  • Emmanuel Gras – Alsid : “360 Capital nous a soutenus du début à la fin de notre aventure, sur différents fronts: levée de fonds, expansion commerciale, recrutement…. et sur les négociations de sortie dans les meilleures conditions ! Leur engagement et leur disponibilité nous ont été précieux.
Citation de 360 Capital :
  • Emanuele Levi, Partner : « Nous avons constaté dernièrement un changement de paradigme clair dans l’écosystème du capital-risque, ce qui a renforcé notre conviction de nous concentrer sur l’investissement en phase d’amorçage. L’équilibre risque-rendement y est le plus intéressant au vu de l’intensification de la concurrence dans les tours B et au-delà ainsi que de la présence accrue des investisseurs américains, britanniques et asiatiques. Chez 360 Capital, nous avons toujours démontré notre capacité à comprendre et à nous associer très tôt à des entrepreneurs ambitieux. 360 Square II est tout simplement la suite logique de notre histoire et de nos compétences acquises au cours du temps.« 
  • Alexandre Mordacq, Partner: “Nous avons toujours eu une affection particulière pour l’investissement en seed: pouvoir être le catalyseur de projets ayant pour vocation de changer le monde est un privilège que nous mesurons chaque jour ; c’est pourquoi nous sommes si enthousiastes à l’idée de pouvoir accompagner, grâce à 360 Square II, les leaders de demain.
À propos de 360 Capital 360 Capital est une société de gestion spécialisée dans le capital-risque early stage qui accompagne depuis 25 ans les startups deep-tech & numériques. La société possède actuellement un portefeuille actif de plus de 60 entreprises avec plus de 400 millions d’euros sous gestion et investit en Europe du Sud depuis ses bureaux basés à Paris et Milan. Pour en savoir plus : www.360cap.vc 

Ebury investit 800 000€ dans LoopingOne afin de nouer un partenariat stratégique.

 ●    Ebury rentre au capital de LoopingOne pour accélérer la construction de la plateforme et le processus de candidature EMI (Electronic Money Institution). ●    Les deux sociétés nouent ce partenariat pour bénéficier de ressources et d’expertises communes.
Amsterdam, 10 juin 2022 – Communiqué de presse
Ebury l’une des plus importantes fintechs au monde, experte des transactions à l’international, a investi dans LoopingOne,  entreprise spécialisée dans le KYC et les paiements auprès des marketplaces et des plateformes. 
 

Cet investissement vise à accélérer le développement produit de LoopingOne et à lancer le processus de demande d’Institution de Monnaie Electronique (EMI) à la Banque centrale néerlandaise (DNB). La collaboration avec Ebury donnera également à LoopingOne la capacité d’offrir des services multidevises à ses clients.

 

En outre, les deux sociétés ont noué un partenariat pour s’appuyer sur les ressources et le savoir-faire de chacune afin de structurer leurs produits et accélérer leurs activités respectives.

 

« Ebury possède des bureaux dans 20 pays à travers le monde, offrant des solutions de gestion de trésorerie et de change aux entreprises opérant à l’international. C’est le partenaire idéal pour LoopingOne qui partage les mêmes ambitions mondiales », déclare Freek Dix, co-fondateur de LoopingOne. « Traditionnellement, Ebury a eu une forte présence auprès des PME qui importent et exportent dans le monde entier. L’équipe et le produit de LoopingOne peuvent aider à développer davantage l’activité d’Ebury dans le secteur du commerce électronique. »

 

« Notre stratégie a été de nous concentrer davantage sur les entreprises d’e-commerce dans le monde entier. Les flux interentreprises actuels, et encore plus à l’avenir, se feront par le biais de marketplaces en ligne. Par conséquent, avoir LoopingOne comme partenaire est une décision stratégique clé pour nous. C’est un marché connaissant une croissance à trois chiffres ! » déclare Fernando Pierri (CCO, Ebury). LoopingOne a été fondée l’année dernière par Bob Voermans, Mark van der Sluis et Freek Dix, qui sont tous des experts de l’industrie, ayant accumulé des années d’expérience dans des fintechs et des entreprises e-commerce telles qu’Ingenico, PayU et G2A. Avant LoopingOne, ils formaient une équipe de spécialistes aidant les commerçants du monde entier à améliorer leurs solutions de paiement. Ils ont alors fait face aux défis auxquels les marketplaces sont confrontées en matière de réglementation, de KYC et de verrouillage des commerçants.

 

Le co-fondateur Bob Voermans: “LoopingOne aide les marketplaces à être indépendantes des prestataires de paiement dans leur fonctionnement en leur permettant de choisir parmi un éventail de partenaires KYC et de paiement qui répondent à leurs besoins à tout moment.

 

Les équipes de LoopingOne et d’Ebury ont participé à la conférence Money20/20 à Amsterdam du 7 au 9 juin 2022 où ils rencontreront des partenaires, des clients et de futurs investisseurs.  

Watiz franchit une nouvelle étape de son ascension, avec le rachat du réseau social Plaiz

Watiz, l’application mode en plein essor, qui permet de retrouver un vêtement parmi un million de références avec un simple screenshot, shopper mais aussi s’inspirer grâce aux looks tendances disponibles, poursuit son évolution avec l’acquisition de Plaiz, leader du fashion social en Europe. Watiz souhaite désormais capitaliser sur le volet “réseau social”, le marché international en ligne de mire. Cherchant à repousser sans cesse les limites du shopping, c’est l’expertise UX et l’approche users très fines qui a séduit les cofondateurs de Watiz, Julien Capra et Rémy Villecroze. Le rachat de Plaiz paraissait être une évidence pour la start-up en expansion, spécialisée dans la reconnaissance visuelle. En assimilant ses fonctionnalités, Watiz ouvre le champ des possibles de son écosystème. Appli “anti réseau social”, Plaiz avait initialement été conçue pour permettre la mise en relation d’amateurs aux goûts vestimentaires similaires, de manière totalement décomplexée et authentique, “sans likes, sans followers, sans prise de tête”. “On a longtemps souhaité orienter Plaiz vers le shopping visuel. Notre équipe a vu rapidement des synergies possibles avec Watiz. On a collaboré de manière informelle et ponctuelle jusqu’au jour où nous avons décidé d’unir nos forces, motivés par notre vision commune de l’avenir de la fashion tech et notre ambition de faire évoluer l’expérience de cette industrie en transformation”commente Boukar Sall, cofondateur et CEO de Plaiz. Une vision commune : offrir une expérience utilisateur unique Watiz, qui s’inscrit déjà dans une démarche sociétale en dirigeant déjà vers des boutiques en ligne hébergées en France, étend ses capacités en intégrant Plaiz à sa palette d’outils. Elle va désormais “donner la mode aux utilisateurs”, qui pourront mettre en avant leur créativité. Il s’agit, en somme, de permettre à l’application d’être également un lieu d’expression, tout en renforçant sa dimension inspirationnelle. Une nouvelle étape dans le processus de déploiement La start-up aux 300 000 téléchargements, qui recense une recherche toutes les dix secondes, ajoute une pierre à son édifice et vise une montée en compétence suffisamment significative pour rayonner à l’international d’ici à 2023. Il faut dire que Plaiz affichait une forte croissance, grâce à une offre multifacette avant tout anti fashion week et favorisant la promotion de designers émergents, jugés pour leur inventivité et non leur popularité. Tous les signaux sont donc au vert pour Watiz qui ambitionne de devenir le leader en Europe du shopping visuel, si prisé par la génération Z. “Nous sommes très heureux de cette collaboration que l’on qualifie de synergique et qui permet de nourrir notre environnement digital pour répondre encore plus aux attentes des consommateurs et à notre objectif initial : leur donner accès au produit désiré à la façon Watiz”, conclut Julien Capra, CEO et co-fondateur de Watiz. **** A propos de Watiz Watiz est un assistant shopping basé sur la reconnaissance visuelle. Watiz a développé une technologie de moteur de recherche visuelle spécialisée dans le domaine de la Mode. Cette technologie permet de lancer une recherche sans passer par l’analyse sémantique. L’application permet une nouvelle expérience shopping basée sur l’instantanéité qui permet de retrouver en un clic des produits coup de cœur.https://watiz.io/

 

NielsenIQ acquiert CGA pour mettre en place le suivi n°1 du marché hors-domicile

L’acquisition de CGA établit la première vision exhaustive du marché, combinant ventes en magasin et dans les établissements hors-domicile  NielsenIQ, société mondiale de services d’information, a annoncé l’acquisition de CGA, l’expert de référence pour la consommation hors-domicile.  Cette acquisition concrétise la collaboration entre NielsenIQ et CGA initiée en 2009, et va donner naissance au suivi des boissons alcoolisées le plus innovant et le plus complet. NielsenIQ et CGA vont s’unir et optimiser la couverture des différents circuits, en éliminant les angles morts pour les clients et en offrant une vision exhaustive du marché, incluant le hors-domicile ou on trade (CHR : cafés hôtels restaurants) et les ventes en magasins ou off trade. Il s’agit d’une étape non seulement sans précédent pour l’industrie des boissons alcoolisées, mais également passionnante car elle associe l’envergure sans équivalent de NielsenIQ, la fiabilité de ses données et sa plate-forme innovante, au suivi de référence de CGA. À l’échelle mondiale, le marché des boissons alcoolisées représente plus de 1,600 milliards de dollars et devrait croître de 7 % au cours des cinq prochaines années. En France, le circuit CHR a vu s’écouler 14 millions de litres de spiritueux, et plus de 150 millions de litres de bières en 2021 selon le suivi CGA. La vision simultanée des 2 circuits va faciliter la compréhension des enjeux par les acteurs de l’industrie.  Graph 1 acquisition NielsenIQ.png   En raison de la fragmentation des circuits, les acteurs mondiaux des boissons ont besoin d’une lecture cohérente de leurs ventes multicanales pour envisager leurs futurs développements. Pour permettre cette croissance, les données et les actifs de CGA seront entièrement intégrés à la plateforme Connect de NielsenIQ, fournissant aux acteurs du marché des données précises et des solutions analytiques leur permettant de rester compétitifs. La possibilité de visualiser et d’analyser rapidement les données permettra aux clients de comprendre l’interaction entre les performances on et off trade pour identifier les tendances et obtenir une vision complète du marché. “Disposer d’une bonne visibilité sur les ventes on trade est capital pour nos clients du secteur des Boissons, étant donné le volume considérable écoulé dans ce circuit. La fermeture des bars, des restaurants et des discothèques pendant le COVID a confirmé la perméabilité entre les canaux on trade et off trade”déclare Kim Cox, SVP Client Success chez NielsenIQ« L’intégration des données CGA dans notre plate-forme Connect est essentielle pour comprendre l’interaction entre on trade et off trade, pour analyser les activités de nos clients sur tous les canaux et fournir la vue la plus complète des performances commerciales. » “La consommation hors-domicile génère un chiffre d’affaires considérable, le consommateur étant disposé à y payer davantage pour consommer dans un cadre particulier et bénéficier d’interactions sociales”a déclaré Phil Tate, CEO de CGA« Si vous observez séparément des données on trade et off trade, vous aurez des angles morts en termes de mesure du marché, d’analyses commerciales et en termes d’insights clients. » Graph 2 - acquisition NielsenIQ.png   “Grâce à cet investissement, NielsenIQ s’associe une nouvelle fois à une entreprise de premier plan qui fournit des solutions uniques et tout à fait complémentaires avec nos propres capacités de mesure, d’analyse et d’insights”déclare Xavier Ségalié, Directeur Général de NielsenIQ en France. « Notre volonté d’investir et d’innover reste une priorité absolue afin d’offrir à nos clients la couverture des marchés la plus complète et la plus pertinente. » 

À propos de NielsenIQ NielsenIQ, entreprise globale de services et d’informations, fournit le meilleur suivi des consommateurs et du commerce à travers le globe, grâce à la compréhension la plus connectée, la plus complète et la plus actionnable d’un consommateur omnicanal et en pleine mutation. NielsenIQ est non seulement la référence pour les industries que nous couvrons, mais préfigure aussi le prochain siècle de mesure de la consommation et de la distribution. Nos données, nos insights connectés et nos prévisions modélisées optimisent les performances des enseignes et entreprises des PGC, les rapprochant au plus près des communautés qu’elles desservent et contribuant à leur croissance. NielsenIQ, société du portefeuille d’Advent International, est présente dans plus de 90 pays, couvrant plus de 90% de la population mondiale. Pour plus d’informations, merci de visiter Nielseniq.com. À propos de CGA  CGA Strategy Ltd est le cabinet de conseil, données et études, expert du marché de l’alimentation et des boissons hors foyer, spécialisé dans les mesures de marché, les études consommateurs et le repérage des meilleures implantations. Ce qui distingue CGA, c’est sa capacité unique à accéder aux trois types de données clés (offre, demande et consommateur), puis à les combiner afin de fournir l’image la plus complète et la plus précise possible de tous les acteurs du secteur de la restauration hors foyer. Depuis ses bureaux de Manchester, au Royaume-Uni, et de Chicago, aux États-Unis, les experts de CGA travaillent avec un grand nombre des plus grandes marques au monde, notamment des fabricants de boissons, des fournisseurs et grossistes en alimentation, ainsi que des détaillants de pubs, de bars et de restaurants, ainsi que des entités gouvernementales. Fondée en 1992, CGA a pour mission d’utiliser ses bases de données et sa connaissance approfondie de l’industrie des loisirs pour donner à ces marques un avantage concurrentiel et les amener là où elles veulent être, plus rapidement. Pour en savoir plus, visitez le site : CGA Home – CGA (cgastrategy.com)  

PAARLY lève 4M€ pour devenir le leader européen de l’intelligence prix sur le web

La société toulousaine PAARLY, spécialiste de la veille tarifaire et du repricing pour les e-commerçants et les marques, réalise une série A de 4M€ auprès des fonds IRDI Capital Investissement et GSO Innovation (fonds régional de Crédit Agricole).   Le e-commerce est un milieu extrêmement concurrentiel où marques et retailers se mènent une guerre sans merci sur les prix. Et le prix est bien souvent le facteur-clé de la décision d’achat sur internet (contrairement au commerce traditionnel où c’est plutôt la proximité). Cyril Fougère et Denis Oulion, spécialistes respectivement de l’IA et du e-commerce, en font le constat et réalisent alors l’inexistence d’une solution capable de proposer une vue d’ensemble des prix e-commerce de la concurrence. En 2014, ils cofondent PAARLY et élaborent une solution de veille tarifaire et de repricing dynamique pour les e-commerçants qui ont besoin de surveiller les prix concurrents et pour les marques qui ont besoin d’analyser les tarifs en ligne de leurs revendeurs.   PAARLY s’est rapidement imposée comme un des acteurs incontournables de la veille tarifaire et du pricing en France tout en veillant à développer son empreinte internationale. La société, rentable depuis la création et affichant une forte croissance de son CA, présente plus de 150 clients grands comptes comme L’Oréal, Total, Saint-Gobain, Sarenza ou encore Back Market.   La maturité et la notoriété de la société en tant que spécialiste du prix online ont créé les conditions d’une accélération forte de la croissance ces derniers mois. Le contexte sanitaire et l’inflation ont encore renforcé l’intérêt de la solution PAARLY.   Après une 1ère levée de fonds de 400k€ avec des business angels en 2015, PAARLY vient de boucler une série A de 4M€, auprès d’IRDI Capital Investissement et GSO Innovation, accompagné de 4 business angels dont 2 consultants, experts internationaux du pricing. Le financement servira au développement marketing & commercial en France et à l’export tout en maintenant les efforts de R&D et développement produit. PAARLY prévoit de recruter une vingtaine de collaborateurs sur les 12 prochains mois.   Cyril Fougère, Président de PAARLY : « Reconnue par ses clients pour la qualité de ses solutions, PAARLY a pour ambition d’amplifier son expansion et de renforcer la valeur de ses produits. PAARLY délivre une solution unique destinée aux grandes marques et aux retailers pour élaborer de meilleures stratégies digitales à partir d’une technologie innovante d’analyses de données et de modélisations. Les perspectives du secteur de l’intelligence prix sont grandes et nous comptons en devenir le leader Européen. »   Denis Oulion, Directeur Général de PAARLY : « A la différence d’autres start up, PAARLY réalise une série A après plusieurs années d’expérience et de maturation. Nous connaissons donc parfaitement notre marché et les attentes de nos clients. Le but sera donc d’amplifier notre croissance et notre présence internationale tout en continuant à apporter une valeur ajoutée parfaite sur les sujets de veille tarifaire et de repricing à nos clients et en conservant notre taux de satisfaction et de fidélité exceptionnels (98% de renouvellement chaque année). »   Benjamin Lillo, Directeur d’investissement IRDI Capital investissement : « Les solutions d’optimisation de tarifs ont connu un regain d’intérêt mondial dans les années 2010 avec le développement et la démocratisation des technologies liées à l’intelligence artificielle, au big data et au cloud. La tarification dynamique devrait maintenant connaître une croissance annuelle de 25% dans un paysage concurrentiel encore éclaté mais en concentration et nous sommes ravis d’accompagner PAARLY dans cette dynamique de marché. » Romain Febvre, Directeur de participations : « Quand on sait qu’Amazon modifie ses prix plus de 2.5 millions de fois par jour afin de proposer constamment les prix les plus compétitifs, il apparait de manière évidente que la tarification dynamique est un puissant levier de la rentabilité. Dans un contexte économique aussi complexe, incertain et évolutif qu’aujourd’hui, utiliser une solution de pricing comme levier d’amélioration des revenus et profits est plus que jamais critique. PAARLY fait partie des technologies de smart pricing les plus abouties et nous sommes fiers de participer à son développement. » A propos d’IRDI Capital Investissement Basée à Toulouse, Bordeaux et Montpellier, la société IRDI Capital Investissement accompagne en capital les entreprises basées dans le grand quart sud-ouest à tous les stades de leur développement (Amorçage, Capital Risque, Capital développement / Transmission). Avec 480 M€ sous gestion, IRDI Capital Investissement a la capacité de suivre des investissements de 0.2 M€ jusqu’à 15 M€. Au travers des fonds gérés, IRDI Capital Investissement est partenaire de près de 200 PME et ETI dans de nombreux secteurs d’activité. Plus d’informations sur  www.irdi.fr Pour suivre les actualités : LinkedIn IRDI Capital Investissement et Twitter : @IrdiCapital_I Le fonds de capital-risque AELIS Innovation, géré par IRDI Capital investissement, est destiné à favoriser l’éclosion d’entreprises innovantes à fort potentiel et financer leur croissance. Il cible les jeunes entreprises issues de tous les secteurs d’activité, avec une attention particulière aux sociétés du domaine du numérique et aux projets d’entreprises répondant aux défis sociétaux et aux enjeux d’avenir (IA, IOT, agriculture, photonique, transition énergétique, usine du futur, économie circulaire, e-santé, silver économie, sécurité, mobilité…).   Le fonds Inn’Vest PME Occitanie Ouest, géré par IRDI Capital-Investissement, est un fonds de co-investissement issu du dispositif FOSTER mis en œuvre par le FEI (Fonds Européen d’investissement) pour le compte de la Région Occitanie.  

« TALENT, TECH & TRADE* »: LES PRINCIPAUX MOTEURS DES FUSIONS ET ACQUISITIONS, UNE NOUVELLE ÉTUDE D’EVERSHEDS SUTHERLAND

Selon une nouvelle étude sur les fusions-acquisitions publiée aujourd’hui par le cabinet d’avocats international Eversheds Sutherland – Putting the pieces into place : The next drivers of strategic M&A** – 70 % des dirigeants d’entreprise et des représentants du monde des affaires dans le monde considèrent que leur future stratégie M&A repose sur les trois pilliers suivants : Talent, Tech and Trade* : 

  • Talent:  72% des dirigeants intérrogés considèrent que la rétention et l’acquisition de talents sont importantes dans la stratégie de développement de leur organisation dans l’année à venir. Trois sur cinq (62%) pensent également que la récente grande vague de démission [1] agit comme un catalyseur pour les fusions et acquisitions alors que la bataille pour les talents se poursuit. 
  • Technology: La technologie continue d’influer sur les orientations stratégiques des organisations, au sein desquelles près de 80 % des décideurs cherchent à améliorer leur cybersécurité et trois quarts visent une transformation numérique. Les fusions et acquisitions sont considérées comme un moyen rapide d’absorber de nouvelles technologies et de nouvelles compétences: 74 % des répondants affirment en outre que les fusions et acquisitions jouent un rôle clé pour combler les écarts technologiques.
  • Trade: Touchés par des perturbations de leur supply chain et par les efffets des sanctions commerciales, 68 % des dirigeants déclarent que l’amélioration de la résilience de leur chaîne d’approvisionnement sera une priorité stratégique de leurs opérations de M&A au cours de l’année à venir.

Note : En avril 2022, 60 % des répondants ont déclaré que les ruptures de supply chain résultant de l’invasion de l’Ukraine feraient de l’intégration verticale un axe stratégique majeur pour leur entreprise. L’étude mondiale M&A d’Eversheds Sutherland est basée sur une enquête d’opinion menée début 2022 auprès de 1 200 fonctions dirigeantes et dans 16 pays dans le monde. Les répondants, issus d’un large éventail de secteurs, ont donné leur vision à la fois détaillée et globale de la situation. En avril 2022, une étude complémentaire menée auprès de 75 dirigeants d’entreprise a permis d’intégrer l’impact de l’invasion de l’Ukraine sur les activités de fusion et d’acquisition. Eric Knai, Associé, Head of International M&A chez Eversheds Sutherland, déclare : « Après quelques années de turbulences dans le paysage économique au sens large, et désormais le conflit en Ukraine, l’évolution rapide des marchés a incité les dirigeants à réfléchir à la meilleure façon de positionner leurs organisations pour l’avenir. Notre étude montre que la majorité d’entre eux considèrent les talents, la technologie et le développement des activités commerciales comme les trois principaux facteurs clés de succès de leur stratégie de fusions et acquisitions. » 

Robert Copps, Associé, Head of M&A aux Etats-Unis chez Eversheds Sutherland, déclare : « Plusieurs facteurs ont un impact sur le paysage des fusions et acquisitions, notamment l’invasion de l’Ukraine, l’inflation et la hausse des prix de l’énergie, la hausse des taux d’intérêt, les turbulences des marchés boursiers et les effets persistants de la pandémie mondiale. Ceci étant, l’étude montre que les entreprises continuent de faire face à des besoins stratégiques urgents à combler pour se développer et qu’elles continueront à chercher à répondre à ces besoins par le biais des fusions et acquisitions. »  

Autres résultats marquants de l’étude:   Ce qui compte vraiment dans les transactions À l’ère de la transparence et de l’utilisation croissante des plateformes de réseaux sociaux, les entreprises sont désormais obligées de rendre des comptes presque immédiatement à chacune de leur décision. L’étude montre ainsi que l’image de marque et la réputation sont les éléments les plus importants pour 77 % des décideurs interrogés. Des positions bien établies telles que des parts de marché en croissance, une propriété intellectuelle clé et de solides performances financières sont également considérés par les dirigeants d’entreprise comme des conditions essentielles pour envisager une acquisition (des critères cités comme importants par respectivement 74%, 73% et 72% d’entre eux).  On notera à cette occasion que ces priorités diffèrent sensiblement pour la France, les critères cités en premier lieu sont les compétences (78%) devant l’image de marque et la réputation (74%) et l’intégration de la supply chain (74%).   De forts vents contraires en 2022 Deux tiers (66 %) des dirigeants d’entreprise s’accordent à dire que la montée du protectionnisme crée désormais un environnement plus complexe pour les fusions et acquisitions et 67 % estiment que ceci rend plus difficile l’accès aux marchés de croissance. 70 % des organisations reconnaissent également que l’incertitude qui entoure la pandémie de COVID-19 demeure significative. Dans le cadre d’une recherche supplémentaire, 74 % des personnes interrogées confirment que l’invasion en cours de l’Ukraine a un effet négatif sur les activités de fusion et acquisition en raison de l’impact direct des sanctions (voir détails ci-après).   L’impact spécifique du conflit en Ukraine Au début de l’année 2022, 70 % des dirigeants d’entreprise et des représentants du monde des affaires pensaient que l’intérêt de leur organisation pour les opérations de fusion et acquisition augmenterait considérablement au cours des 12 prochains mois. Cependant, en avril, 90 % des chefs d’entreprise ont révélé que l’invasion de l’Ukraine entraînait l’annulation ou le report d’opérations, 21 % d’entre eux déclarant qu’ils reportaient même toute activité de fusion et d’acquisition à partir d’avril 2022. Malgré ce début d’année perturbé, le marché intègre souvent rapidement les événements majeurs, conduisant les d’entreprises à réévaluer la situation et à se repositionner en conséquence. Pour plus d’informations sur les perspectives 2022 et pour lire l’intégralité de notre étude “Putting the pieces into place : the next drivers of strategic M&A**”, veuillez consulter notre site internet.   Méthodologie Cette étude mondiale consacrées aux fusions et acquisitions stratégiques montre quels seront les prochains moteurs de compétitivité privilégiés par les entreprises. Une enquête d’opinion a été menée début 2022 auprès de 1 200 hauts dirigeants d’entreprise. Les répondants étaient basés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France (avec plus d’une centaine de répondants dans l’échantillon français), en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Irlande, aux Émirats arabes unis, au Qatar, en Chine, à Hong Kong, au Japon, en Inde, en Corée du Sud et à Singapour. L’étude couvre un large éventail de secteurs, notamment les services financiers, les services professionnels, l’industrie, les TMT, l’énergie, la grande consommation et les sciences de la vie. En avril 2022, une recherche supplémentaire a été menée auprès de 75 dirigeants issus de marchés et de secteurs similaires concernant l’impact de l’invasion actuelle de l’Ukraine sur les activités de fusions et acquisitions.   A propos d’Eversheds Sutherland  Dans le top 10 des cabinets d’avocats avec plus de 5.000 personnes dans le monde, Eversheds Sutherland dispose de 72 bureaux dans plus de 30 juridictions. Sa présence internationale alliée à sa connaissance des marchés locaux font d’Eversheds Sutherland un acteur majeur du droit des affaires au niveau mondial. Présent à Paris depuis 1984, Eversheds Sutherland France compte plus d’une centaine de professionnels du droit proposant une gamme complète de services aux entreprises privées et publiques ainsi qu’aux institutions financières, couvrant tous les aspects du droit des affaires. www.eversheds-sutherland.com

* Talents, technologie et échanges commerciaux ** Fusions & Acquisitions tratégiques : les éléments clés des futures opérations [1] apparue en 2020 aux Etats-Unis avec l’expression « Great Resignation », cette notion illustre une vague de démissions, impactant principalement les secteurs de la restauration et du commerce

 

Vinpai annonce son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth® à Paris  

  • Vinpai, une ingredient’tech spécialiste des ingrédients fonctionnels à base algale, végétale et minérale, positionnée sur les segments les plus porteurs de « mass markets » 
  • Un savoir-faire « cross-technologies » unique qui permet des applications multiples avec les mêmes matières premières 
  • Un modèle associant forte croissance et récurrence : un chiffre d’affaires en progression de 42% en moyenne entre 2017 et 2021 
  • Un ADN international, avec plus de 50% du chiffre d’affaires réalisé à l’export à travers plus de 30 pays 
  • Des objectifs bien définis à horizon 2025 : une multiplication par plus de 3 du chiffre d’affaires et une marge d’EBE de plus de 10%
Téléchargez l’intégralité du communiqué de presse en cliquant ici Saint-Dolay – France, le 09 juin 2022 – Vinpai, spécialiste de la conception, la fabrication et la consommation d’ingrédients fonctionnels, annonce aujourd’hui son projet d’introduction en bourse sur le marché Euronext Growth® à Paris.   Cyrille Damany, Co-fondateur et Président de Vinpai, et Philippe Le Ray, Co-fondateur et Directeur Général, déclarent : « Nous sommes heureux de vous présenter Vinpai et d’annoncer notre projet d’introduction en bourse sur le marché Euronext Growth® Paris. Nous avons créé Vinpai il y a 10 ans, animés par la conviction que le végétal était une solution incontournable pour répondre à la demande grandissante d’une alimentation plus saine, génératrice de bien-être et avec un meilleur impact environnemental. Vinpai a développé une large gamme de produits végétaux et un outil industriel performant qui ont permis de commercialiser ses produits dans plus de 30 pays à travers le monde. Nous voulons aujourd’hui accélérer cette croissance en continuant d’innover afin d’élargir l’utilisation de nos matières premières végétales dans l’alimentation mais aussi dans des marchés porteurs comme la cosmétique ou le soin. Vinpai veut également continuer sa conquête internationale, fort de son modèle où l’exportation de ses produits facilite la production locale de ses clients. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *