Depuis 2019, de nombreuses banques centrales*ont augmenté leurs réserves en or, sur fonds de tensions ou de crises géopolitiques (rivalité USA-Chine, Covid, guerre en Ukraine, etc.). La raison principale de cet engouement est simple : l’or est le seul actif géopolitiquement neutre.

L’or n’est en effet rattaché à aucun état, à la différence d’une monnaie comme le dollar qui peut facilement être manipulée ou utilisée par le pays émetteur comme arme de sanctions économiques. L’or n’est le passif de personne, il n’a donc pas de risque de contrepartie, il ne peut pas faire faillite comme un bon du trésor. Et il peut être détenu dans des coffres sur le territoire national sans risque de saisie.

Autant d’atouts remis sur le devant de la scène suite au gel des avoirs en dollar de la banque centrale de Russie. Cet événement a beaucoup interrogé la communauté des banques centrales désireuses de sécuriser leurs réserves de change, et l’or est de plus en plus perçu comme l’instrument d’une politique d’indépendance économique et financière.

*Pour en citer quelques-unes : Chine, Russie, Thaïlande, Inde, Turquie, Brésil, Égypte, Singapour, Hongrie, Pologne, Irlande…

Laurent Schwartz, Président-Directeur Général du Comptoir National de l’Or, est disponible pour échanger et apporter son expertise autour de l’actualité du marché et du cours de l’or, des matières premières et des métaux précieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.