lun. Mai 27th, 2024

Commentaire de Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro


L’Espagne (ESP35) est au coude à coude avec l’Italie en tant que marché boursier majeur le plus performant au monde cette année, avec des gains de 16 % bien supérieurs aux 6 % des actions mondiales. Elles ont bénéficié à la fois du rebond des valeurs financières européennes et de valorisations particulièrement bon marché et modérées, leurs bénéfices du quatrième trimestre ayant étonnamment augmenté d’environ 30 % par rapport à l’année dernière. Alors que la “fragmentation” et les risques de croissance macroéconomiques se calment, ils présentent également un certain nombre de différences significatives, de l’exposition de l’Espagne à l’Amérique latine aux valeurs de luxe et à l’activité de fusions et acquisitions de l’Italie. Le fait que les valorisations soient encore bon marché, associé au rebond des bénéfices, devrait apporter un certain soutien à l’inévitable volatilité du marché à venir, avec une inflation toujours élevée, des taux d’intérêt qui augmentent rapidement et la poursuite de la guerre en Ukraine.

Les banques représentent un tiers des deux marchés, de Santander à UniCredit. Il s’agit de la plus grande proportion en Europe, qui a mené les gains cette année. Les deux marchés ont également d’énormes secteurs touristiques et ce “rebond de réouverture” se poursuit, aidant les actions d’Aena à Melia. Mais les actions de ces deux marchés tirent encore plus de 60 % de leurs revenus de l’étranger. Les valorisations sont bon marché, même selon les normes européennes. Le ratio cours/bénéfice de l’Italie (9x) et celui de l’Espagne (12x) sont faibles. Et l’écart de valorisation par rapport aux États-Unis s’est considérablement creusé au cours de la dernière décennie (voir le graphique).

La forte exposition des valeurs espagnoles aux ventes dans les pays d’Amérique latine a été une bénédiction mitigée cette année, après une année 2022 vigoureuse. La vigueur du marché mexicain s’est maintenue, mais le Brésil est en train de digérer la nouvelle présidence de gauche de Lula. L’Italie a bénéficié de la poursuite de la hausse du luxe, de Ferrari à Moncler. Les valorisations très basses de l’Italie ont également attiré les fusions et acquisitions, y compris la bataille actuelle de KKR et Macquarie pour le rachat des actifs de Telecom Italia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *