sam. Juil 20th, 2024

Par Cafpi

Alors que les taux de crédit immobilier ont entamé leur baisse depuis le début de l’année, renforcée par la décision de la BCE, le 6 juin 2024, de réduire ses taux directeurs, ce mouvement a été freiné par l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale. Pour preuve, en ce début de mois de juillet 2024, avec des taux qui se stabilisent malgré des hausses enregistrées chez certains établissements bancaires.

Profitant de la concurrence entre établissements bancaires, pour la quête de nouveaux clients, les taux négociés par CAFPI en juin ont atteint 3,44% sur 15 ans (-11 centièmes), 3,65% sur 20 ans (-3 centièmes) et 3,71% sur 25 ans (- 10 centièmes), un fléchissement par rapport au mois de mai, porté principalement par la baisse, en début de mois, des taux directeurs de la BCE. D’ailleurs, les meilleurs profils ont pu bénéficier d’un taux de 3,45% sur 20 ans

 

 

Ces taux du mois de juin confirment le frémissement perceptible depuis quelques mois sur le marché des crédits immobiliers. Comme l’a noté la Banque de France, la production est repartie à la hausse, après une baisse quasiment continue depuis mai 2022.

Cependant, depuis l’annonce de la dissolution, les banques s’adaptent à cette nouvelle donne et sont entrées dans une période d’attentisme.

DES PERSPECTIVES ENCOURAGEANTES

À la suite des élections, l’OAT 10 ans, l’indice de référence des banques pour fixer leurs taux de crédit, semble se stabiliser.

On retrouve ainsi des niveaux de taux équivalents à ceux pratiqués il y a 2 ans. L’inflation qui a reflué plus vite qu’attendu à 2,1 %, ainsi que les évolutions de ces derniers mois laissent raisonnablement penser que les taux de crédit moyens pourraient avoisiner 3,30% en fin d’année.

EN ATTENDANT UNE REPRISE DU MARCHE

Si la production de crédits immobiliers semble repartir, les ventes restent encore à la traîne. Cependant, comme le note la FNAIM, la chute du nombre de transactions ralentit et devrait atteindre un plancher de 800 000 transactions cette année.

De même les candidats à l’accession ont retrouvé ces derniers mois du pouvoir d’achat immobilier, grâce à la baisse des taux de crédit et à celle des prix, -3,8% en moyenne nationale selon la FNAIM.

Passé la période d’attentisme actuel et l’été, souvent plus calme en immobilier, les acquéreurs disposeront donc de conditions de marché sûrement très intéressantes pour réaliser leur projet immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *