sam. Juil 20th, 2024
  • Les services financiers sont de loin le secteur le plus détenu par les investisseurs particuliers français, suivi par l’immobilier et la santé.
     
  • Alors que les taux d’intérêt devraient rester élevés plus longtemps, les liquidités restent la classe d’actifs la plus populaire en France.
  • Mais les intentions d’investissement varient considérablement d’un pays à l’autre – la France, le Royaume-Uni et les États-Unis sont plus axés sur les liquidités, tandis que les investisseurs allemands et espagnols donnent la priorité aux crypto-monnaies.

26 Juin 2024, Paris – Les investisseurs particuliers sont souvent perçus comme étant trop concentrés sur les valeurs technologiques, pourtant en France les services financiers sont de loin le secteur le plus détenu par les investisseurs particuliers, selon les données du dernier Retail Investor Beat (RIB) de la plateforme de trading et d’investissement eToro, qui interroge 10 000 investisseurs particuliers dans 12 pays dont la France.

En effet, 67 % des investisseurs particuliers Français interrogés déclarent détenir des actions du secteur des services financiers, l’immobilier étant le deuxième secteur le plus détenu (38 %) et l’énergie le troisième (29 %). Ces 18 derniers mois ont été marqués par une surperformance des valeurs énergétiques et une montée en puissance des valeurs des services financiers, le deuxième secteur le plus important au monde et l’un des moins chers bénéficiant de la combinaison de taux d’intérêt plus bas et d’une croissance plus forte des prêts.

Le portefeuille moyen de l’investisseur particulier Français est également susceptible d’inclure des liquidités. 74 % des investisseurs français détiennent des actifs liquides tels que des comptes d’épargne, tandis que les actions cotées sur le marché national arrivent en deuxième position (49 %) parmi les classes d’actifs les plus populaires, suivies par les obligations domestiques (26 %). Selon les données du RIB, la popularité des liquidités a continué à augmenter cette année, car les taux d’épargne sans risque, élevés depuis longtemps, sont largement disponibles dans de nombreuses économies majeures. 

Les investisseurs particuliers Français considèrent les services financiers et les liquidités comme les plus grandes opportunités

Lorsqu’on a demandé aux investisseurs particuliers Français du RIB dans quel secteur ils étaient le plus susceptibles d’augmenter leurs investissements, les services financiers et l’immobilier sont une fois de plus arrivés en tête de liste, choisis respectivement par 14 % et 12 % des sondés, suivis de près par l’énergie (11 %), la technologie (10 %) et la santé (9 %)

Parmi les classes d’actifs, les liquidités sont toujours considérées comme la plus grande opportunité, 22 % des investisseurs Français déclarant qu’ils lui donneraient la priorité. Viennent ensuite les actions cotées nationalement (12 %), les cryptos monnaies (10 %), les matières premières (7 %), les action étrangères (6 %), les obligations nationales (6 %), les investissements alternatifs (6 %), les obligations étrangères (3 %) et les Devises/FX (3 %).

Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro, explique à propos de ces données : “Alors que les marchés ont continué à offrir de la performance aux investisseurs en 2024, le fait que le taux d’épargne reste très attractif, signifie que les liquidités resteront la classe d’actifs dominante parmi les investisseurs particuliers, au moins pendant quelques mois encore. Toutefois, la BCE ayant récemment abaissé ses taux et d’autres grandes banques centrales devant suivre, la balance penchera bientôt davantage en faveur des actions et d’autres classes d’actifs comme l’immobilier.”

“L’investisseur particulier français moyen est également bien positionné pour ce qui devrait être une période faste pour les sociétés de services financiers, ce secteur étant de loin le plus répandu dans les portefeuilles des investisseurs du monde entier. Les données montrent également que, malgré l’internationalisation rapide des marchés financiers au cours des dernières années, les investisseurs continuent de privilégier les actions cotées nationalement.”

Crypto ou argent liquide ? Cela dépend de votre lieu de résidence

Les données de cette étude menée auprès de 10 000 investisseurs particuliers dans 12 pays, montrent une divergence significative des intentions d’investissement lorsque l’on examine les investisseurs particuliers de différents pays. Au Royaume-Uni par exemple, un investisseur sur quatre (25 %) déclare qu’il privilégiera les liquidités à toute autre classe d’actifs au cours des prochains mois, loin devant les crypto-monnaies (11 %), les actions locales (8 %) et les actions internationales (10 %). Une tendance similaire se dégage aux États-Unis et en France, tandis qu’en Allemagne et en Espagne, c’est l’inverse, les crypto-monnaies arrivant en tête et les liquidités en troisième position en ce qui concerne les intentions d’investissement.

Cette tendance correspond en grande partie à la possession de crypto-monnaies dans ces pays. En Espagne et en Allemagne, 38 % et 32 % des investisseurs particuliers détiennent respectivement des crypto-monnaies. Ce chiffre tombe à 25 % au Royaume-Uni, 27 % aux États-Unis et 20% en France.

Antoine Fraysse Soulier ajoute “Nous constatons une réelle disparité au niveau mondial en ce qui concerne les classes d’actifs que les investisseurs prévoient de privilégier dans les mois à venir. Cela peut s’expliquer en partie par l’attrait des taux d’épargne dans les différents pays. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, par exemple, où les épargnants peuvent encore obtenir des taux supérieurs à 5 %, cette classe d’actifs reste la priorité. En revanche, en Allemagne et aux Pays-Bas, où les épargnants n’obtiendront probablement pas plus de 4 %, ce sont les crypto-monnaies et les actions qui sont privilégiées.” 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *