dim. Mai 19th, 2024

Le 29 février est un rare “jour bissextile”. Il s’agit du jour supplémentaire que nous recevons tous les quatre ans pour nous aligner sur le calendrier solaire. Il existait dans le calendrier julien romain et a été affiné dans le calendrier grégorien de 1582 que nous utilisons encore aujourd’hui. Il s’agit d’une perturbation mineure mais réelle pour les entreprises et les marchés, depuis la publication des résultats jusqu’au calcul des intérêts obligataires. C’est généralement un mauvais jour pour les marchés, mais l’année s’annonce meilleure, peut-être parce qu’il coïncide avec les élections présidentielles américaines. Ce “leap day” nous rappelle qu’il y a quatre ans à peine, nous commencions à faire face aux premiers blocages covidiques, avec des marchés boursiers en chute libre et l’intervention des autorités.

Le jour supplémentaire aura un certain nombre de petites répercussions dont les entreprises et les marchés devront être conscients et tenir compte. Par exemple :
1) Les résultats des entreprises du premier trimestre bénéficieront d’un jour de vente supplémentaire, ce qui augmentera les recettes d’environ 1 %. Ces rapports commencent le 12 avril et certaines entreprises, comme Walmart, ont déjà intégré ce jour supplémentaire dans leurs prévisions de croissance des ventes.
2) Les chiffres comparables, comme la croissance des ventes dans les mêmes magasins, devront peut-être être ajustés.
3) Les ressources humaines devront modifier les feuilles de paie, avec des dépenses accrues pour le personnel non salarié. Cela concerne tous les secteurs d’activité, du commerce de détail à la construction.
4) La comptabilité devra modifier les calculs de dépréciation et d’amortissement.
5) Les détenteurs d’obligations percevront un jour d’intérêt supplémentaire, et de nombreuses obligations ajusteront leur rendement à l’échéance.

Les jours bissextiles n’ont lieu que tous les quatre ans et le marché boursier n’est pas ouvert tous les jours bissextiles. Depuis la création de l’indice S&P 500 dans les années 1950, le marché a été ouvert 13 jours bissextiles. Il n’a progressé que lors de cinq d’entre eux, soit un taux inférieur à la moyenne de 38 %. La meilleure nouvelle est que les années bissextiles affichent de bien meilleures performances, peut-être parce qu’elles coïncident avec le cycle électoral américain. Au cours du siècle dernier, les actions américaines ont progressé 88 % du temps lors d’une année bissextile, et n’ont chuté qu’à trois reprises : en 1940, lors de l’effondrement du secteur technologique en 2000 et lors de la crise financière mondiale de 2008 (voir le graphique).

Ben Laidler, Global Markets Strategist pour eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *