lun. Mai 27th, 2024

Cette dernière semaine, ­­le marché de l’électricité a été baissier la semaine passée tandis que celui du gaz cherche toujours la direction à prendre pour les prochains mois.

Gaz : +0,6% sur les prix pour 2025 et -2,3% pour les prix de mai 2024. Les prix sur le marché gazier sont actuellement plus faibles pour des livraisons au mois de mai que pour l’année 2025. Cela traduit une situation stable et détendue à court terme, avec des stocks élevés (60%), des températures au-dessus des normales de saison et une production renouvelable forte. A plus long terme, le marché craint que la diminution des livraisons de GNL ne force le continent à renchérir sur les prix afin de sécuriser plus de cargaisons en vue du prochain hiver, par rapport à son compétiteur asiatique.

Électricité : -3,6% sur les prix pour 2025 et -16,7% pour les prix de mai 2024. Le marché de l’électricité reste baissier, du SPOT jusqu’aux contrats à plus long terme. L’effet de la forte production renouvelable actuelle se fait ressentir sur le marché, avec des prix qui se sont effondrés sur le prix SPOT et celui du mois de mai. A horizon 2025 – 2026, les prix conservent une trajectoire baissière, grâce à la disponibilité nucléaire, qui va continuer d’augmenter, au rôle plus important que vont jouer les renouvelables sur les niveaux de prix du marché et au CO2, qui a baissé dernièrement.

CO2 : -2% sur les quotas pour décembre 2024. Le prix du CO2 a baissé, plutôt en raison de l’essor du renouvelable et la très faible production thermique actuelle, que de l’annonce de la baisse des émissions des industriels européens, de l’ordre de 7% en 2023 par rapport à 2022. Ce dernier élément avait déjà été anticipé par le marché.

Pétrole : +7,3% sur le prix du pétrole brut. Le pétrole a connu une hausse de son prix assez fulgurante la semaine passée et s’échange au plus haut depuis 6 mois. L’attaque israélienne sur la succursale d’une ambassade iranienne en Syrie fait ressurgir le spectre d’un embrasement du conflit dans la région, provoquant l’implication de plusieurs belligérants et risquant d’impacter fortement le marché pétrolier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *