lun. Mar 4th, 2024

La start-up est évaluée à 2 milliards de dollars.

 Mistral AI, fondée il y a sept mois par des chercheurs de Meta et Google, a annoncé publiquement la sortie de sa dernière technologie, permettant ainsi aux individus de construire leurs propres chatbots. Arthur Mensch, est l’un des trois fondateurs de Mistral, qui croit en l’efficacité des logiciels d’intelligence artificielle en open source. Mistral AI, une start-up parisienne fondée il y a sept mois par des chercheurs de Meta et Google, a réussi à lever 385 millions d’euros, soit environ 415 millions de dollars.

Elle a été fondée par Timothée Lacroix et Guillaume Lample, qui ont travaillé précédemment en tant que chercheurs dans le laboratoire d’intelligence artificielle de Meta à Paris, le propriétaire de Facebook et Instagram, ainsi que par Arthur Mensch, chercheur chez DeepMind, un laboratoire d’intelligence artificielle acquis par Google en 2014 pour 650 millions de dollars. Cet été, elle a levé une première tranche de financement de 105 millions d’euros (environ 113 millions de dollars), valorisant la société à environ 260 millions de dollars.

Effervescence pour une nouvelle forme d’intelligence artificielle alimentant les chatbots en ligne

Cette transaction valorise la société de 22 personnes à environ 2 milliards de dollars. Parmi les investisseurs figurent des sociétés de capital-risque de la Silicon Valley telles qu’Andreessen Horowitz et Lightspeed Venture Partners.

Mistral AI développe une technologie que d’autres entreprises peuvent utiliser pour déployer des chatbots, des moteurs de recherche, des tuteurs en ligne et d’autres produits alimentés par l’intelligence artificielle et peut rivaliser avec OpenAI et son chatbot ChatGPT.

Cette technologie en tant que logiciel open source, c’est-à-dire un code informatique pouvant être librement copié, modifié et réutilisé, a la capacité defournirt ainsi à d’autres tout ce dont ils ont besoin pour construire rapidement leurs propres chatbots.

Des investisseurs injectent de l’argent dans d’autres start-ups qui croient en cette approche open source. En effet, la plupart des grandes technologies qui alimentent l’informatique moderne sont open source, y compris les systèmes d’exploitation et les langages de programmation et les bases de données.

Les employés de l’entreprise aiment plaisanter en disant que les premières lettres de leurs noms de famille des fondateurs sont “L.L.M.”, qui est également l’abréviation de large language model, la technologie d’intelligence artificielle que l’entreprise est en train de développer. Des entreprises telles qu’OpenAI, Microsoft et Google dominent la course à l’intelligence artificielle après avoir dépensé des centaines de milliards de dollars dans ce type de technologie. En analysant d’énormes quantités de texte numérique provenant d’Internet, un L.L.M. peut apprendre à générer du texte de manière autonome. Cela signifie qu’il peut répondre à des questions, écrire de la poésie et même générer du code informatique.

De nombreux chercheurs et dirigeants en intelligence artificielle estiment que la course à l’intelligence artificielle sera remportée par des entreprises qui construisent la même technologie puis la donnent gratuitement sans barrière de sécurité.

Meta, l’ancien domicile de deux fondateurs de Mistral, est à l’avant-garde des entreprises encourageant cette approche en open source. Le géant de la tech vient de créer un large modèle de langage appelé LLaMA et l’a essentiellement donné en open source. Mistral a également publié sa dernière technologie en tant que logiciel open source, affirmant qu’elle est performante au même niveau que la technologie de Meta.

Par Navidh Mansoor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *