ven. Juin 14th, 2024

En Europe, on a souvent coutume de penser que le pétrole et le gaz vont être complètement remplacés par les énergies renouvelables, à terme. C’est peu probable. En réalité, c’est le charbon qui devrait disparaître. Si cela survient, ce serait la première fois dans l’histoire de l’Humanité que nous n’avons plus recours à cette énergie très polluante. Ce grand remplacement a déjà eu lieu dans certains pays développés, comme le Royaume-Uni. Quid de l’Asie ?

C’est le nouvel or jaune…ou presque. La hausse du jus d’orange semble impossible à stopper. Cela fait écho avec ce qui se passe sur le cacao depuis le début d’année.
En cause : une production en chute libre. Le marché est ultra-concentré : le Brésil et la Floride représentent 85% de la production mondiale. Problème : les récoltes ne sont pas au rendez-vous. En Floride, elle devrait être inférieure de 36% à son niveau d’il y a deux ans et au Brésil c’est une baisse de 24% qui est attendue – soit le plus bas niveau en 36 ans.
Résultat : lorsque le jus d’orange concentré arrive au port de Rotterdam (le principal en Europe pour cette denrée), il coûte en moyenne 6000 euros la tonne. Oui, vous avez bien lu ! C’est l’équivalent de deux sacs de voyage Louis Vuitton…

 

Cobalt

La semaine dernière, la Chine a annoncé son plus important achat de cobalt de l’histoire : 15 000 tonnes (6,5% de la production mondiale). C’est un métal essentiel pour la transition énergétique. Cela pourrait faire monter les prix qui sont actuellement à un point bas depuis cinq ans.

Beurre

Ça continue de monter. Les contrats sur le beurre sont désormais à un point haut depuis novembre 2023. En cause notamment la sécheresse de l’été 2020 qui a réduit la qualité et la quantité d’herbe disponible pour les vaches laitières, et la hausse du prix des fertilisants depuis la guerre en Ukraine.

Matières premières

Phénomène à suivre ! Les gestionnaires d’actifs et les fonds spéculatifs n’ont jamais autant investi dans les matières premières qu’en mai. C’est historique. Cela inclut à la fois les positions acheteuses et vendeuses. Cela accroît le risque de forte volatilité sur les matières premières en cas de débouclage des positions

Par Defthedge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *