Le plus grand site auto en Europe

1er site européen d’annonces de voitures d’occasion

présent dans 18 pays d’Europe

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 2 mai 2022

 

Baromètre : Marché du véhicule d’occasion en France

Données et décryptages AutoScout24

 

En avril, le marché du véhicule d’occasion enregistre une nette baisse de -17,2% rapport à avril 2021 avec 428 674 immatriculations (et 1 jour ouvrable de moins qui joue en sa défaveur).

Ces chiffres confirment la tendance à la baisse amorcée depuis plusieurs mois.

Comparativement à avril 2019, période pré Covid il recule de -14.8%.

Sur un marché automobile en berne, il s’est vendu près de 4 véhicules d’occasion pour 1 neuf.

 

– Les marques françaises enregistrent des performances en ligne avec la tendance du marché avec une légère perte de part de marché. DS, en volume négatif, confirme sa progression.

– Le rééquilibrage Diesel-Essence s’accélère avec une baisse de -24% des Diesel en volume et -8,3% en PDM.

– Les très jeunes occasions continuent à manquer dans les stocks des professionnels et perdent -28,8% en volume et -14,1% en part de marché tandis que le segment des 2-5 ans limite les pertes mais dans un volume en chute (-15,5%). Les véhicules plus âgés attirent à nouveau des consommateurs avec un segment d’âge des plus de 16 ans en forte augmentation en part de marché (+8,7%), même si les volumes sont globalement en baisse.

– Les immatriculations des occasions électriques ont presque doublé en volume (+83,1%) sur 1 an dans un marché baissier avec une part de marché proche de 2%. Les hybrides progressent également vigoureusement +31,6% en volume.

– Le prix moyen des annonces sur AutoScout24 tend à se stabiliser après de fortes hausses, démontrant un nouvel équilibre entre offre et demande.

 

 » Les mauvaises nouvelles s’accumulent sur un marché du véhicule d’occasion où l’offre est pourtant en légère augmentation et les prix plus stables depuis le début de l’année. L’environnement international et les prix élevés des carburants et biens de consommations n’invitent pas à investir dans un nouveau véhicule. Une grande partie des consommateurs a donc décidé de reporter son achat. Certains segments restent très dynamiques comme ceux des véhicules électrifiés ou à l’autre bout de l’échiquier les véhicules plus anciens 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *