#Recherche #Digital #Entreprises #EMNormandie #MetisLab

La chaire Digitalisation et Innovation dans les Organisations et les Territoires de l’EM Normandie publiera le 24 mai 2022 une étude intitulée « Quelles clés pour transformer les entreprises digitalisées en entreprises numériques ? ».

A l’heure de la célébration de la « start up nation », cette étude a pour objectif d’évaluer dans quelle mesure les entreprises françaises utilisent dans les faits les outils numériques pour faire évoluer leur modèle d’affaires. Ses résultats mettent en avant un paradoxe jamais démontré jusque-là.

Plutôt qu’une véritable transformation numérique, l’étude observe une dématérialisation des documents et des échanges, car l’utilisation des outils digitaux reste limitée et insuffisante pour permettre une réelle amélioration du fonctionnement de l’entreprise et de ses performances. Les entreprises remplacent les échanges physiques par des échanges en ligne, ce qui est une première étape, nécessaire mais insuffisante.

Si les outils de communication, de réunion à distance, de travail collaboratif, sont désormais très répandus (respectivement 99,1 %, 57,6 % et 53 % des entreprises de plus de 10 salariés y recourent), les outils d’analyse de données (15,9 % de taux de recours) et les outils de gestion de projets (10,3 %), pourtant déterminants dans une transformation digitale réussie, sont très peu utilisés.

Surtout, les entreprises ne transforment pas en profondeur leurs pratiques et leurs processus organisationnels et ne s’appuient pas sur les nouveaux outils disponibles pour renforcer ou renouveler leur proposition de valeur. Cette seconde étape n’est que rarement franchie. Les entreprises sont pourtant conscientes des apports bénéfiques de la digitalisation (sur leur relation avec leurs parties prenantes, leur organisation et leurs méthodes de travail, leur visibilité́…).
Par voie de conséquence, les avantages perçus de la digitalisation sont encore trop limités et n’encouragent pas les entreprises à continuer à s’y investir.

Afin de comprendre plus précisément les obstacles qui empêchent ces processus, l’étude a permis de déterminer quels sont les facteurs déclencheurs au sein des entreprises qui ont franchi l’étape de la numérisation avec succès. Tout d’abord, la responsabilité́ de la transformation digitale ne doit pas reposer uniquement sur les chefs d’entreprises. En interne, les dirigeants ont besoin du soutien, voire de la proactivité́ de leurs salariés. Ensuite en externe, ils ont besoin non seulement de compétences techniques, mais aussi et surtout d’appui (formations, soutiens d’écosystèmes dédiés à l’innovation, échange entre pairs, etc.).

Cette étude est pilotée par Mathilde Aubry, responsable de la chaire Digitalisation et Innovation dans les Organisations et les Territoires, Zouhour Ben Hamadi, Nazik Fadil et Christine Fournès, enseignants-chercheurs à l’EM Normandie. Elle s’appuie sur les données d’une enquête réalisée par l’Observatoire des Transformations Numériques. Impulsé par la Région Normandie en octobre 2019, l’Observatoire des Transformations Numériques a pour objectif de concevoir et réaliser des études mutualisées pour mesurer le degré de maturité numérique de la Normandie, au travers notamment des entreprises et des collectivités, pour éclairer l’action publique en faveur de la transformation numérique. 

A propos de la chaire Digitalisation et Innovation dans les Organisations et les Territoires 

Dirigée par Mathilde Aubry, professeure associée en économie, la chaire Digitalisation et Innovation dans les Organisations et les Territoires porte sa réflexion sur la manière dont l’introduction des outils digitaux modifie les organisations et leur environnement. L’équipe d’enseignants-chercheurs se concentre donc spécifiquement sur les transformations des activités et des relations, à différentes échelles, dues à l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication. Leurs travaux portent aussi sur le secteur à l’origine de la digitalisation de l’économie et dont la société contemporaine de l’information est dépendante : le secteur des composants électroniques ou semiconducteurs. Finalement, ils s’intéressent grandement aux enjeux du digital pour l’entrepreneuriat et l’innovation. La chaire est soutenue par le Crédit Agricole Normandie et le groupe PTBG. Le pôle de compétitivité TES, référence en matière d’innovation en haute technologie numérique, et la Région Normandie sont aussi partenaires de la chaire et investis dans les différents projets.

A propos de l’EM Normandie / Métis Lab

Fondée en 1871 parmi les premières grandes écoles de commerce françaises, l’EM Normandie s’est imposée comme une institution de référence dans le monde des Business Schools. Elle détient les accréditations internationales EQUIS et AACSB. Avec plus de 5 800 étudiants et professionnels dans ses programmes de formations initiales et continues diplômantes et 21 500 membres de l’association Alumni EM Normandie à travers le monde, l’école est implantée sur cinq campus, à Caen, Le Havre, Paris, Oxford, Dublin et Dubaï en septembre 2022. L’EM Normandie forme les managers de demain, futurs gouvernants responsables préparés à la conduite du changement dans un environnement multiculturel, et elle accompagne les salariés et dirigeants d’entreprises tout au long de leur carrière. 
Les activités de recherche académique et appliquée de l’EM Normandie sont regroupées au sein du Laboratoire Métis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.