Hopwork, plateforme et communauté de talents qui proposent leurs services en freelance, clôture une nouvelle levée de fonds de 5 millions d’euros auprès de Serena Capital, lead sur cette levée et, de son investisseur historique ISAI. Cet investissement vise à renforcer les équipes, poursuivre le développement de sa plateforme et permettre un déploiement européen courant 2017. Retour sur cette startup qui transforme le marché de l’outsourcing, et qui positive le monde du Travail !

Accompagner une nouvelle manière de travailler

En Europe, on compte 9 millions de freelances dans les secteurs du développement informatique, du graphisme, du conseil en communication, etc. ce qui représente un marché potentiel de 300 milliards d’euros. Les 3 fondateurs de Hopwork, Vincent Huguet, Hugo Lassiège et Jean-Baptiste Lemée – issus du monde de l’Entrepreneuriat et du Freelancing – ont créé Hopwork pour accompagner ce mouvement de société et faciliter la rencontre et la relation commerciale entre les freelances et les entreprises.

« Aujourd’hui, avec plus de 35 000 Hopworkers inscrits, plus de 15.000 entreprises clientes, des startups aux entreprises du CAC 40, et 200.000 recherches de freelances par mois, Hopwork permet de se faire rencontrer l’offre et la demande sur un marché traditionnellement opaque. Notre approche est celle d’une plateforme orienté sur l’humain plutôt que sur la tâche à réaliser, et cela nous permet de fédérer une communauté qui compte les meilleurs freelances.» explique Vincent Huguet.

« Hopwork accompagne la mutation du marché du travail tirée par les millenials qui aspirent à d’autres choses (plusieurs employeurs, travail à distance, expérience, etc.), et apporte plus de flexibilité aux entreprises dans leurs recrutements (30% du CAC 40 l’utilisent). Et cela, de manière humaine, en mettant avant tout, en exergue les compétences des freelances, là où d’autres incitent à la guerre des prix entre freelances. Cette plateforme simple et scalable transforme le marché de l’outsourcing » déclare Marc Fournier, Managing Partner de Serena Capital.

Jean-David Chamboredon Président Executif d’ISAI ajoute :
« Depuis notre entrée, Hopwork s’est imposée comme la plateforme de « freelancing » de référence. Les clients y trouvent les talents nécessaires à leur transformation digitale dans un modèle parfaitement sécurisé. Les freelances y trouvent des opportunités commerciales avec la certitude d’être payés rapidement et d’avoir de nombreuses autres clients si leurs prestations sont de qualité… La transformation de ce marché s’opère dans le cadre d’un cercle très vertueux ! »

Hopwork avait levé auparavant 2 millions d’euros auprès de ses actionnaires, le fonds ISAI représenté par son CEO Jean-David Chamboredon, le fond Kerala Ventures représenté par Olivier Occelli et Antoine Freysz, ainsi que Jérôme Caillé, House of HR (ex ceo monde de Adecco).Hopwork, comment ça marche ?

Hopwork est la nouvelle façon de trouver et de travailler avec des profils locaux hautement qualifiés dans l’univers du digital. A travers sa plateforme en ligne, elle permet notamment de travailler avec la communauté des Hopworkers qui compte :

–     40% de freelances développeurs web, mobile & autres métiers de l’IT (Développeurs Back-End & Front-End, Développeurs mobiles, Data scientists, …)

–     30% de freelances dans les métiers de l’image (Webdesigners, Directeurs artistiques, Photographes, UX designers, Illustrateurs, …)

–  30% de freelances métiers du conseil, du marketing et de la communication (Consultant webmarketing & SEO, Consultant en stratégie, Chefs de projets, …)

Le parti-pris de Hopwork est de volontairement bannir le système d’appel d’offre privilégiant ainsi l’échange bilatéral constructif entre les 2 parties plutôt que le prix à tout prix ! Le profil Hopwork sert ainsi de nouveau CV digital aux freelances et la plateforme d’outil sécurisant la collaboration pour chacune des deux parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.