La mort de Mikhaïl Gorbatchev, architecte de la perestroïka, résonne sombrement avec les événements actuels. L’inflation annuelle en zone euro a atteint le niveau record de 9,1% en août. Dopées par les prix de l’énergie, les pressions inflationnistes s’étendent – l’inflation sous-jacente a dépassé les anticipations et s’établit à 4,30%. La décision du G7 de plafonner les prix du pétrole russe a probablement incité la Russie à stopper les livraisons de gaz via Nord Stream 1 jusqu’à nouvel ordre. Le choc au niveau des prix qui en résulte milite en faveur d’une hausse des taux de 75 pb lors de la réunion de la BCE prévue cette semaine.  Nous sous-pondérons donc la duration au niveau des obligations souveraines européennes. En réponse à l’envolée des prix de l’énergie, le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé un paquet fiscal s’élevant à EUR 65 milliards, soit 1,8% du PIB, sans préciser quelle part de ce montant correspondait à de nouvelles mesures, ni comment il serait financé. Au Royaume-Uni, la probable nouvelle Premier ministre, Liz Truss, s’est engagée à geler une part importante des factures énergétiques des ménages. Compte tenu des perspectives de hausse des taux et des rendements obligataires dans les mois à venir, nous sous-pondérons les Gilts britanniques.

Les tensions sur le marché du travail américain montrent de premiers signes d’apaisement, la population active ayant progressé de 0,5% par rapport au mois de juillet – pour atteindre le niveau le plus élevé depuis l’introduction de cet indicateur en 1948. Le taux de chômage est passé de 3,5% à 3,7%. Les salaires ayant désormais dépassé leur niveau d’avant la crise, un ralentissement des créations d’emplois n’est guère surprenant. La hausse du taux de participation a probablement été bien accueillie par la Fed, mais ne suffira pas à interrompre le cycle de resserrement monétaire. A titre indicatif, les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont augmenté la semaine dernière, tandis que les spreads du haut rendement américain se sont élargis. Nous sous-pondérons ce segment. Nous surveillerons cette semaine les discours des responsables de la Fed et la publication, la semaine prochaine, de l’indice des prix à la consommation d’août, afin de déceler tout signe d’inflexion de la politique de la banque centrale.

Une flambée des cas de covid oblige de nombreux gouvernements locaux chinois à imposer de nouvelles restrictions à l’approche du 20e Congrès du Parti communiste, prévu le 20 octobre. Cet événement clé, qui a lieu tous les cinq ans, vise à désigner les membres du Bureau politique du Parti communiste chinois. Cette année, le congrès s’inscrit dans un contexte de fortes tensions géopolitiques: Washington a interdit à l’entreprise technologique américaine Nvidia de vendre des puces sophistiquées à la Chine, tandis que Taïwan abattait des drones chinois.

Une décision semble imminente quant à l’intention de Volkswagen d’introduire Porsche en bourse dans les semaines à venir. Alors qu’aucune introduction en bourse d’une valeur supérieure à USD 25 millions n’a eu lieu depuis 109 jours, la cotation de Porsche redonnerait confiance aux marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.