mar. Avr 23rd, 2024

LES EXPOSITIONS

HISTOIRE

Dès le XV e siècle, les seigneurs de Yerres possèdent ce domaine où est érigé un manoir appelé l’Hôtel de Narelles. La propriété actuelle a été aménagée dans les années 1830 en parc à l’anglaise, au tracé irrégulier. Le parc comprend plusieurs « fabriques d’ornementation » : l’Orangerie, le Chalet Suisse, le Kiosque et la Glacière ou encore la Chapelle. Cette propriété appartient alors à Pierre-Frédéric Borrel, chef de cuisine du très célèbre restaurant Le Rocher de Cancale à Paris, jusqu’en 1843.

Après sa faillite, c’est la veuve de Martin Guillaume Biennais qui en deviendra propriétaire jusqu’à son décès.
La famille Caillebotte l’acquiert en 1860 pour en faire sa résidence d’été. Martial Caillebotte, père, l’embellit et agrandit notamment le potager. Gustave Caillebotte est âgé de 12 ans en 1860 lorsqu’il découvre Yerres et la propriété achetée par son père. Étant pensionnaire pendant l’année, c’est à Yerres qu’il connaît une vie familiale. La grande demeure est également habitée par des parents plus éloignés et des domestiques. Les occupations n’y manquent pas : billard, chasse ou loisirs sur la rivière.

Après avoir fait des études de droit, Gustave entre à 25 ans à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Ses thèmes de prédilection sont à la fois les nouveaux paysages urbains de Paris, l’activité de la ville et la nature au contact de laquelle il est dans la propriété yerroise. C’est ainsi qu’il affirme son style et devient l’un des peintres impressionnistes les plus originaux. Au total, ce sont plus de 80 toiles réalisées au sein de la Maison Caillebotte.


Avec son parc, son potager, les bords de sa rivière,
Yerres a joué un grand rôle dans l’élaboration de son art pour lequel il est aujourd’hui un peintre reconnu dans le monde entier. La famille vend la propriété en 1879, peu de temps après le décès de la mère de Gustave Caillebotte.
Après avoir connu plusieurs autres propriétaires, le domaine est acquis par la commune en 1973. De 1995 à aujourd’hui, la Municipalité n’aura de cesse de la rénover, célébrant ainsi l’art de vivre au XIXe siècle d’une maison de la bourgeoisie française au sein d’un vaste parc.

La réhabilitation du Casin, maison à l’italienne de la famille Caillebotte, constitue la dernière étape de la rénovation (ouverte au public depuis juin 2017). La programmation culturelle de la Maison Caillebotte en faitdésormais un lieu durablement ancré dans la Destination Impressionnisme puisqu’il est l’un des sites majeurs de l’impressionnisme en Ile-de France. Désigné par le public, monument préféré des français pour l’Ile-de-France en 2021, la Maison Caillebotte est prête à accueillir de nombreux visiteurs dans ses jardins, ses lieux d’exposition et dans le Casin, véritable témoin du mode de vie d’une famille aisée sous la Restauration.

LE CASIN (LA MAISON)

Entre 1860 et 1879, cette maison et son jardin furent la
propriété de la famille Caillebotte. C’est là que Gustave
Caillebotte pratiqua son art et réalisa plus de 80 toiles.
La visite de la maison remeublée comme à l’époque
du peintre grâce aux dons des « Amis de la Propriété
Caillebotte » et aux collections du Mobilier National,
plonge le visiteur dans l’esprit d’une maison de villégiature
de la fin du XIXe siècle et permet de découvrir la vie de sa
famille et leurs passions.


Véritable témoignage de l’époque de la Restauration,
unique en Île-de-France, les visiteurs pourront ainsi
découvrir la salle à manger et le salon, la salle de billard
attenante, entièrement redécorés. La chambre familiale,
point phare de la visite, a retrouvé son mobilier d’origine,
premier empire réalisé par Martin Guillaume Biennais.
L’atelier de l’artiste est évoqué ou régulièrement
aménagé en salle d’exposition, pour des expositions
temporaires.


Enfin, dans les salles muséales, on suivra l’histoire de la
famille et de la propriété, considérée désormais comme
un des hauts lieux de l’impressionnisme de notre pays.

Exposition “Figurations. Un autre art d’aujourd’hui” – 13 mai – 22 octobre 2023 à la Maison Caillebotte à Yerres47 artistes de 1950 à nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *