mar. Avr 23rd, 2024
  • Seulement 9 % des investisseurs particuliers français pensent que nous sommes dans un marché haussier.
  • L’ensemble des indicateurs de confiance ont chuté au second trimestre. 65 % des Français interrogés ne se disent pas confiants vis-à-vis de l’économie nationale, contre seulement 58 % au trimestre précédent.
  • Suite à la récente hausse du marché boursier, 24 % des Français interrogés craignent une récession de l’économie globale du pays.

La plupart des investisseurs français pensent que la récente hausse des marchés boursiers est une illusion, avec seulement moins d’un sur dix (9 %) qui considère que nous sommes entrés dans un nouveau marché haussier, selon les données du dernier baromètre trimestriel de l’investissement particulier de la plateforme d’investissement social eToro.

Dans l’étude trimestrielle menée auprès de 10 000 investisseurs particuliers de 13 pays – dont 1 000 Français – 16 % des répondants s’attendent à ce que le prochain marché haussier intervienne d’ici la fin de l’année et 14 % au premier semestre 2024.

Ces résultats font suite au récent élan des marchés boursiers, largement alimenté par l’intérêt pour l’intelligence artificielle et la reprise du secteur technologique au sens large. Malgré cette reprise, les investisseurs particuliers se montrent plus prudents et moins optimistes qu’il y a trois mois, ce qui pourrait s’expliquer par les craintes croissantes d’une récession.

Tous les indicateurs de confiance des Français au sein du baromètre trimestriel de l’investissement particulier ont chuté en glissement trimestriel. Ainsi, le nombre d’investisseurs confiants dans leur portefeuille perd 6 points, passant de 75 % à 69 %. Quant au niveau de confiance vis-à-vis de l’économie française et de l’économie mondiale, celui-ci chute de 7 points pour s’établir à 35 % et 30 % respectivement. Dans le même temps, la menace d’une récession du marché intérieur est devenue le principal risque perçu par les investisseurs français (24 %) au cours des trois prochains mois, tandis qu’ils sont beaucoup moins nombreux à considérer l’inflation comme le principal risque (10 %) ; la tendance s’étant exactement inversée par rapport au trimestre précédent.

Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse des marchés pour eToro, commente ces résultats : “Les investisseurs particuliers sont revenus très tôt sur les marchés boursiers après le creux d’octobre 2022 et font à nouveau preuve d’anticonformisme en adoptant un point de vue plus terre-à-terre que celui du marché haussier en expansion, bien que le CAC 40 soit en hausse de plus de 10 % depuis le début de l’année. La réalité économique semble de plus en plus mordante, les craintes de récession augmentant ainsi que ceux de l’augmentation des taux d’intérêt”. 

Bien que la confiance ait baissée, de nombreux investisseurs français continuent de soutenir les marchés. Au cours des trois derniers mois, 25 % d’entre eux ont augmenté le montant des sommes qu’ils versent régulièrement dans leur portefeuille, tandis que 10 % seulement l’ont réduit. La situation est similaire pour les trois prochains mois : 23 % prévoient d’augmenter leurs contributions, tandis que 10 % déclarent qu’ils les réduiront. 

Les investisseurs particuliers français sont également optimistes à l’égard de certains secteurs, l’immobilier en tête. Lorsqu’on leur demande dans quel secteur ils sont le plus susceptibles d’augmenter leurs investissements d’ici à 2023, 19 % répondent l’immobilier, 16 % optent pour les services financiers, 15 % pour l’énergie et 10 % pour la technologie.

Antoine Fraysse-Soulier ajoute “Comme souvent avec les Français, les valeurs immobilières sont à l’honneur et les investisseurs particuliers restent fidèles à leur position haussière de longue date. Mais celles-ci ne doivent pas dissimuler d’autres tendances de fond qui s’affichent sur d’autres secteurs tels que les valeurs financières, la technologie et l’industrie.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *