La majorité des entreprises souffrent de la hausse des prix plus qu’elles n’en profitent. Les bénéfices  élevés de certains groupes dans l’énergie ou le transport maritime peuvent alimenter l’idée que les  entreprises profitent de l’inflation pour accroître leurs prix et leurs marges. Les données moyennes de  l’ensemble de l’économie française contredisent cependant cette idée : en observant les taux de marge, la  trésorerie ou les défaillances, on constate que les entreprises souffrent majoritairement du contexte  inflationniste actuel, vraisemblablement du fait d’une croissance de leurs coûts plus rapide que leurs prix  de vente. 

– La trésorerie des entreprises se dégrade. D’après les enquêtes de la Banque de France1, la situation  de trésorerie des entreprises se dégrade sensiblement. Après un point haut atteint en 2021, la trésorerie  des entreprises a fortement diminué et se situe désormais nettement en dessous de sa moyenne de long  terme. Cette tendance s’observe dans les services marchands, et de manière plus prononcée dans  l’industrie. 

– Les marges des entreprises baissent. Les marges (EBE/VA) des entreprises, qui avaient augmenté  en 2021, ont sensiblement baissé depuis et devraient atteindre 32 % au troisième trimestre 20222. À l’automne 2022, les marges des entreprises sont donc légèrement inférieures à leur niveau d’avant la  crise sanitaire.

– Les défaillances d’entreprises repartent à la hausse. Après s’être effondrées pendant la crise  sanitaire, les défaillances rebondissent et retrouvent presque leur niveau de 20193. Ce rebond des  défaillances s’observe aussi bien dans les données mensuelles que dans les données cumulées sur douze  mois (chiffre intéressant du fait de la forte saisonnalité des défaillances).

Sylvain BERSINGER, économiste chez Asterès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.