mar. Avr 23rd, 2024

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, le marché pétrolier mondial a complètement changé :
● Les États-Unis ont réussi le pari de l’indépendance énergétique et produisent plus de pétrole que n’importe quel autre pays au cours de l’Histoire (graphique ci-contre).
● L’Océan Atlantique est devenu le centre névralgique du transit de pétrole pour les Européens.
● Le gaz naturel liquéfié (GNL) « made in USA » a remplacé le gaz russe. Les États-Unis représentent désormais près de 50% du total des importations de GNL par les pays européens, contre 27% il y a seulement trois ans.

Géopolitique de l’uranium

La transition énergétique a besoin du nucléaire, et le nucléaire a besoin d’uranium.
● Course des États pour l’accès aux réserves d’uranium :
Le Niger – 7ème producteur mondial – a cédé aux sirènes des Russes. Lorsque le Niger avait intimé l’ordre aux forces françaises de partir, les Américains n’avaient pas fait preuve de solidarité. Au contraire, ils s’étaient empressés de nous remplacer. Pas pour longtemps…Ils doivent à leur tour quitter le pays. Ce sont les Russes qui ont gagné !
● Offre déficitaire, demande exponentielle :
Il y a environ 60 réacteurs nucléaires en construction au niveau mondial qui vont consommer à peu près 30 millions de livres d’uranium par an lorsqu’ils seront opérationnels. Face à une hausse structurellement déficitaire, les producteurs américains décident de rouvrir des mines abandonnées, notamment au Texas, en Arizona, dans l’Utah et au Wyoming. Mais cela va prendre du temps, et ce ne sera pas suffisant.
● Conséquence : des prix inexorablement à la hausse – plus haut de 15 ans !

Par Defthedge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *